Suivez-nous sur Facebook
03/10/2018 | Chroniques

Le cas Brie Bella : une semaine pour une seconde

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Le cas Brie Bella : une semaine pour une seconde
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Le cas Brie Bella : une semaine pour une seconde

brielivmorgan

Parlons d’un sujet délicat qui est sur tellement de lèvres et de claviers depuis un peu plus d’une semaine : le cas Brie Bella. Nous savons que les prochaines lignes ne feront pas l’unanimité, mais nous croyons qu’il est important d’avoir une vue d’ensemble sur les derniers événements. Ceci ne constitue nullement  le procès de Brie, au contraire, et encore moins celui de Liv Morgan; simplement un regard nuancé fait avec recul.

Le retour du « Brie Mode » : 

C’est un euphémisme de dire que le retour de Brie dans l’arène a fait jaser et pas que pour les bonnes raisons. D’abord, revenons sur les Suicide Dives à Raw : Brie s’est accrochée les pieds dans le câble. A-t-elle blessé qui que ce soit? Non, et encore, la seule personne qui risquait de subir quoi que ce soit, c’était elle. Deux fois dans la même soirée, de surcroît.

Suite à cela, la pression monte-t-elle? Se sent-on moins à l’aise dans son corps après, disons, une grossesse comme Brie l’a elle-même affirmé via les médias sociaux? Ce sentiment de relative insécurité est-il une raison suffisante de ne pas remettre les pieds dans les étriers lorsqu’il s’agit de notre passion? À ce compte, peu de lutteur(se)s retourneraient jamais dans une arène. La passion de la lutte, Brie en est habitée. Que font Brie et Daniel dans leur temps libre? Selon les dires de Nikki, ils regardent de la lutte, ils en mangent. Il serait présomptueux de croire qu’une telle passionnée n’est pas affectée par un retour qui n’est pas à la hauteur de ses attentes.

* *

Maintenant qu’on a tous vu ce segment, on peut d’emblée affirmer que c’est dommage, c’est triste, et que jamais un accident ne fait plaisir à qui que ce soit. Cet extrait dure dix secondes, les deux coups de pied problématiques durent en tout et partout environ trois secondes. Est-ce que la concentration était à son meilleur? Peut-être pas, mais les circonstances et la vitesse de réaction inhérente à un combat télévisé y sont certainement pour quelque chose. Et cela aurait pu arriver à n’importe quel lutteur ou lutteuse… Quoi que, abordons ce dernier point de vue…

* *

Un histoire de double standard ?

On ne souhaite pas exonérer Brie Bella de toute faute dans le Yes! Kick de trop, mais bel et bien aborder deux problématiques, de notre point de vue, répandues : le double standard homme-femme et l’« échelle de talent ». En elle-même, l’erreur de Brie Bella n’est pas exceptionnelle dans le monde de la lutte. Comment un incident malencontreux a-t-il pu prendre une telle ampleur?

Il s’agit, à nos yeux, d’un biais défavorable auquel sont confrontées certaines Superstars féminines.

Par rapport à l’incident, un lutteur qu’une majorité d’amateurs apprécie, Daniel Bryan, a émis ce commentaire via Twitter dans lequel il défend son épouse et même davantage si l’on se permet de l’analyser tel que mentionné précédemment. À ceux qui seraient prompts à écarter son témoignage sur la base du propre biais de Daniel, nous vous invitons à lui laisser la chance de s’exprimer.

Daniel rappelle que personne n’est à l’abri de l’erreur, lui-même ayant blessé d’autres lutteurs dans sa carrière. On peut tristement citer d’autres cas : « Seth Rollins contre Finn Bálor à SummerSlam 2016 »,« Samoa Joe contre Tyson Kidd à NXT » , « Shinsuke Nakamura contre Austin Aries à NXT» ou encore « Hideo Itami contre The Brian Kendrick à 205 Live », etc… Nous croyons que l’idée est claire.

* *

L’« échelle du talent » :

Nous sommes convaincus que plusieurs trouvent aberrant de comparer les cas cité précédemment avec celui de Brie et cela participe d’une autre forme de différence de traitement, celle basée sur le « talent perçu par les amateurs ».

À tord ou à raison, une Superstar jugée plus talentueuse par les fans jouira de davantage de clémence. Exemple fictif : Mojo Rawley blesse Seth Rollins. Aurait-il droit à la même compréhension que si c’était l’inverse? Poser la question c’est, à nos yeux, y répondre. Les goûts, qui ne se discutent pas, influencent notre perception. Nous-mêmes avons nos Superstars favorites, mais il est avisé de se confronter à ses préjugés, d’en prendre conscience afin d’éviter ce que Brie et Daniel ont dénoncé via les réseaux sociaux (voir ci-dessous).

brieinsta1

brieinsta2

brie-insta3

En conclusion :

N’oublions pas que des erreurs telles ce qui s’est passé le lundi 24 septembre peuvent tristement arriver même aux meilleur(e)s : « Sasha Banks contre Paige en novembre 2017», « The Undertaker contre Shawn Michaels au Royal Rumble 1998 », « Owen Hart contre ”Stone Cold” Steve Austin à SummerSlam 1997 »…
On n’est pas dans l’arène, on ne vit pas le moment au même titre que les lutteur(se)s. Comme l’a si bien dit Daniel Bryan, Brie n’a blessé qu’une seule personne durant toute sa carrière et elle en paie le prix fort en plus de sa propre culpabilité. Merci et prière de pas lancer de roches, nous aussi trouvons tout cela dommage.

https://twitter.com/YaOnlyLivvOnce/status/1046853019147460608

 En collaboration avec Pierre-Luc Benoit

 

 

 

 

RÉAGISSEZ CI-DESSOUS

commentaire(s)

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Le cas Brie Bella : une semaine pour une seconde
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Le cas Brie Bella : une semaine pour une seconde