Suivez-nous sur Facebook
31/03/2020 | Manchettes

Strangulation: la copine de Teddy Hart fait le point

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Teddy Hart arrêté pour voies de fait sur sa copine
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Stu Grayson et Evil Uno diront-ils adieu à la lutte québécoise?

Capture d’écran, le 2020-03-31 à 22.23.53

Maria Manic, la jeune lutteuse de 23 ans sous contrat avec la Ring of Honor et copine/ex-copine de l’excentrique lutteur canadien Teddy Hart, a tenu a faire le point sur l’altercation survenue le 26 mars dernier entre son conjoint et elle, par l’entremise d’une vidéo publiée hier sur YouTube.

Tout d’abord, mentionnons que Teddy Hart a officiellement été accusé de «strangulation ayant causé des lésions corporelles» par les autorités de Richmond, en Virginie, suite à son arrestation du 26 mars.

Dans la vidéo qui a été mise en ligne sur YouTube hier, Maria Manic explique que, contrairement à ce qui avait été rapporté précédemment, Teddy Hart se trouvait chez elle, dans le logement qu’ils habitent tous deux ensemble, lorsque l’incident est survenu. Elle mentionne que Hart l’entraîne depuis un certain temps à se battre (pas uniquement comme lutteuse professionnelle, mais également dans le style «arts martiaux mixtes»), et qu’il est fréquent qu’ils en viennent aux coups quand une querelle survient entre eux, mais que ceci n’a jamais représenté un problème pour elle. Elle ajoute que dans l’après-midi du 26 mars, Hart et elle se sont disputés pour une raison banale, que Hart lui a enlevé son téléphone cellulaire et que, sous le coup de la frustration, elle a giflé Hart. Hart aurait ensuite réagi en appliquant une prise d’étranglement sur elle jusqu’à ce qu’elle tape sur son bras pour signifier qu’elle n’en pouvait plus, et Hart l’aurait alors relâchée. Cependant, toujours selon Maria Manic, la querelle s’est poursuivie et Hart a appliqué sur elle une seconde prise d’étranglement qu’il aurait maintenue beaucoup trop longtemps.

Apeurée, Manic soutient qu’elle a alors demandé à Hart de sortir de leur domicile pour quelques minutes afin qu’il se calme. Étant donné que Hart était en liberté provisoire surveillée, à ce moment, et qu’il portait un bracelet GPS à la cheville, il ne pouvait s’éloigner significativement de leur domicile, mais Manic ajoute qu’il avait l’habitude d’aller dans la cour arrière après une dispute conjugale. Cette fois, par contre, Manic soutient que Hart a refusé de quitter le logement, et c’est à ce moment qu’elle a envoyé un texto à son ami Ace Montana (un lutteur indépendant), lui demandant d’intervenir car elle se sentait en danger.

Elle précise que son texto a alarmé Ace Montana et que celui-ci s’est empressé de se rendre à leur domicile, muni d’une arme à feu. Dans une tirade plus ou moins cohérente, Maria Manic affirme ensuite qu’en tant que lutteuse, le fait de subir de la violence physique ne la perturbe pas, et que si Teddy Hart était accusé de quoi que ce soit, il devrait être accusé de voies de fait graves, et non pas de violence conjugale. Après être intervenu et avoir obligé Hart à quitter le logement, Ace Montana a téléphoné aux policiers alors que Maria Manic s’y opposait. Elle affirme qu’elle n’est pas du genre à appeler la police, et qu’elle ne souhaitait pas que Teddy soit arrêté, malgré les marques d’étranglement qu’elle avait visiblement autour du cou. Elle soutient également qu’elle n’a pas l’intention de porter d’accusations contre Hart.

Pour le moment, la comparution en cour de Teddy Hart est prévue pour le 22 avril prochain, à 15 heures, et il devrait, selon toute vraisemblance, demeurer derrière les barreaux jusqu’à cette date.

RÉAGISSEZ CI-DESSOUS

commentaire(s)

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Teddy Hart arrêté pour voies de fait sur sa copine
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Stu Grayson et Evil Uno diront-ils adieu à la lutte québécoise?