Suivez-nous sur Facebook
11/08/2016 | Chroniques

Le coin du livre: l’autobiographie de Pat Patterson, le rêve du Québec!

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Le coin du livre: Harley Race = 100% badass
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Le coin du livre: I'm Next, l'autobiographie de Goldberg

J’avais hâte à la sortie du livre de Pat Patterson. J’ai toujours été un fan. Je l’ai connu dans les années 80 quand il est revenu lutter à Montréal en tant que Rêve du Québec. Sa rivalité avec Mad Dog Vachon à cette époque a donné lieu à quelques unes des meilleures « promos » au micro de l’histoire de la province. Par la suite, je le voyais de temps en temps comme arbitre à la WWF, sans savoir qu’il travaillait dans les coulisses à aider Vince McMahon à mettre en place les combats. Ce n’est que dans les années 90 pendant le « Monday Night War » qu’on l’a revu à l’écran en tant que « Stooge » de Vince McMahon. C’est aussi à cette époque que j’ai appris, grâce à l’arrivée d’internet, que Pat Patterson était plus qu’un « Stooge ». Il était vice-président sénior de la WWE. Comme il le raconte dans son livre : « même s’il avait ce rôle dans la WWE, il n’a jamais su ce que ça voulait dire. »

vince-pat-patterson

Accepted : How the First Gay Superstar Changed WWE de Pat Patterson et Bertrand Hébert (aussi co-auteur du livre À la semaine prochaine, si Dieu le veut! et de la biographie sur Mad Dog Vachon avec Pat Laprade) est plus qu’un livre sur la lutte. C’est l’histoire d’un québécois issu d’une famille pauvre de neuf enfants, qui est parti de Montréal vers Boston avec 20$ dans les poches, qui ne parlait que cinq mots anglais et qui a réussi en devenant une vedette internationale. Il a voyagé à travers dans le monde et a fait soulever les foules partout où il est passé. Accepted est aussi l’histoire de quelqu’un qui était homosexuel à une époque où c’était tabou de l’être, surtout dans le monde de la lutte qui était considéré comme un milieu macho. En plus d’avoir à cacher son orientation sexuelle, il devait préserver, aux yeux de tous, le secret bien gardé à l’époque : que la lutte est « arrangée ». Il s’est quand même ouvert à ses proches sur son homosexualité, mais son père n’aimait pas trop le fait qu’il était gai.

Ce livre est aussi sur la relation amoureuse qu’il avait avec son ami Louie. Il l’a rencontré à Boston et ils sont vite devenus inséparables. Tellement, que quand Pat Patterson a dû quitter Boston pour aller lutter à Portland, suite à l’invitation de Mad Dog Vachon, il a pensé que de se séparer de Louie serait peut-être pour le mieux. Pat Patterson avait peur de ses sentiments envers Louie et sa carrière de lutteur devait passer en premier. Le vrai amour ne connait pas de frontière et Louie est vite allé le rejoindre à Portland. Pat Patterson le présentait tout le temps comme son ami et il était généralement très bien accepté de tous grâce à sa personnalité et sa facilité à interagir avec les gens. Un soir que Mad Dog Vachon était un peu saoul, il est allé visiter Pat à l’hôtel où il habitait. Mad Dog a aperçu Louie dans le lobby et ce dernier s’est sauvé aussitôt. Mad Dog savait que Pat était gai et il avait rencontré Louie à Montréal en sa compagnie lors d’une tournée. Il a vite compris ce qui se passait. Il était frustré après Patterson parce qu’il avait apporté son chum avec lui. C’est Mad Dog qui lui avait trouvé son job et il sentait que Patterson était sa respnsabilité. Mad Dog et Pat sont partis en auto à sa recherche. Aussitôt retrouvé, Mad Dog lui a dit de rentrer dans l’auto. Louie ne voulait pas parce qu’il avait peur pour sa vie. Il est finalement rentré et Mad Dog a décidé que c’était le temps d’aller boire. Après quelques bières, Mad Dog et Louis étaient rendus les meilleurs amis du monde. C’est même Mad Dog qui insistait par la suite pour que Patterson apporte Louie avec lui en tournée. Chaque fois que Mad Dog présentait Louis à des gens, il disait que c’était SON ami. Mad Dog était tellement respecté que s’il disait que quelqu’un était son ami, c’est sûr que c’était ton ami à toi aussi.

Éventuellement, Pat Patterson est allé lutter à San Francisco pour le promoteur Roy Shire. Dès leur première rencontre, Shire lui a posé des questions sur son homosexualité. Patterson était sûr qu’il ne l’aurait pas facile avec lui. Avec beaucoup d’efforts, il a tout de même réussi à faire changer la mentalité du vieux promoteur qui lui en a même beaucoup appris sur le côté « affaires » du monde de la lutte. Shire était un des génies dans le domaine et lui a montré ce qu’est la psychologie derrière un bon combat.

Cow Palace

Un carte de lutte au Cow Palace à San Francisco

Ceci lui a beaucoup servi quand il s’est mis à travailler pour Vince McMahon, le père, ainsi qu’avec Vince McMahon, le fils, par la suite. Ce n’est pas pour rien que beaucoup de monde, dont Stone Cold Steve Austin dans son podcast cette semaine, dit que Pat Patterson est le meilleur pour trouver comment un combat va se terminer. Chris Jericho, pour sa part, dit que Patterson est un Jedi de la lutte et il est le Yoda de la WWE. The Rock dit qu’il a été un de ses meilleurs mentors.

Vince_K_McMahon_et_Pat_Paterson_01

Dans ce livre, Pat Patterson explique comment lui est venu l’idée de créer le Royal Rumble. Il parle aussi de l’importance qu’il a eu dans les carrières de Bret Hart et de Shawn Michaels. Il a convaincu Vince McMahon que Hart était ce que la WWE avait besoin au moment où il a commencé son ascension vers le sommet. Pour ce qui est de Michaels, il avait déjà été congédié avec Marty Jannety, son partenaire dans les Rockers, parce qu’ils avaient démoli une chambre d’hôtel. Pour Vince, ils étaient comme « morts » et il n’allait jamais les réengager. Pat savait que Michaels avait du potentiel et une fois de temps en temps, il revenait voir Vince avec l’idée de reprendre les Rockers dans la WWE. Éventuellement, Vince a cédé et on sait ce qui est arrivé par la suite. La même chose est arrivée avec Daniel Bryan. Vince l’avait congédié parce qu’il avait étranglé quelqu’un dans le milieu de l’arène. Un tel geste était interdit. Pat voyait du potentiel dans Daniel Bryan. Encore une fois, il était « mort » pour Vince. Pat a insisté. Daniel Bryan est revenu et on sait ce qui est arrivé.

Je ne peux que vous recommander le livre Accepted de Pat Patterson. C’est une histoire unique et captivante. C’est le genre de livre qu’on commence à lire et qu’on ne peut pas déposer, tant qu’on ne l’a pas fini. Je sais que c’est cliché à dire, mais c’est vraiment ça. C’est quand même pas tous les jours qu’on peut lire l’histoire de quelqu’un qui a travaillé aussi étroitement avec Vince McMahon. Pat Patterson est une des personnalités les plus importantes de l’histoire de la lutte. En plus, c’est un québécois qui a réussi à l’international. J’ai posé la question à Bertrand Hébert et il m’a dit que, malheureusement, il n’y a présentement aucun plan pour que ce livre soit traduit en français. Je sais que le monde du livre ne va pas toujours bien au Québec, mais me semble qu’une histoire comme celle-ci devrait intéresser un éditeur québécois…

Une séance de signatures en présence de Pat Patterson a lieu ce soir, le 11 août, à la Librairie Paragraphe sur McGill. Pour plus d’infos, c’est ici.

Accepted : How the First Gay Superstar Changed WWE écrit par Pat Patterson et Bertrand Hébert, publié le 8 août 2016 par ECW Press, 272 pages.

Pat Patterson

La promo de Mad Dog Vachon sur Pat Patterson

Le brunch de Pat Patterson avec André the Giant

RÉAGISSEZ CI-DESSOUS

commentaire(s)

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Le coin du livre: Harley Race = 100% badass
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Le coin du livre: I'm Next, l'autobiographie de Goldberg