Suivez-nous sur Facebook
04/07/2015 | Chroniques

Le coin du livre : l’autobiographie d’Animal des Road Warriors

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Le coin du livre : l’autobiographie de Bruce, le frère de Bret Hart
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Le coin du livre : un nouveau roman québécois qui se passe dans le monde de la lutte

Road Warriors Cover

Les Road Warriors était une des meilleures équipes de tous les temps, sinon la meilleure. On pourrait même dire que la belle époque des tag teams est morte quand les Road Warriors sont disparus. J’ai toujours été un méga fan des Road Warriors. Je suis aussi un grand amateur de films post-apocalyptiques et le look des Road Warriors était parfait pour un kid comme moi à l’époque, qui trippait sur Mad Max. Ça faisait un certain temps que je voulais lire le livre de Joe « Animal » Laurinaitis. Je me suis dit que sa présence au Comiccon en fin de semaine serait l’occasion parfaite pour en faire une chronique.

Hawk et Animal se sont rencontrés dans un gym au début des années 80. Les deux étaient portiers dans les bars de Minneapolis. Un moment donné, ils se sont mis à travailler au même endroit, le Gramma B’s. C’est à cet endroit que travaillaient la plupart des « badasses » de la région comme Rick Rood, Barry Darsow, John Nord, et Scott Norton. Ils sont tous devenus lutteurs par la suite (Rick Rude, Smash de Demolition ou le Repo Man, le Berzerker et Scott Norton dans la NWO.) C’est qu’au Gramma B’s, un des barmans était nul autre qu’Eddie Sharkey. Ce dernier était un ancien lutteur qui avait été célèbre pour avoir affronté Harley Race pour la ceinture de champion de la NWA et aussi pour avoir tiré avec son 12 en direction des bureaux de Verne Gagne, le propriétaire de la AWA. Chacun est célèbre à sa façon, faut croire. Eddie a vu beaucoup de potentiel dans les portiers du Gramma B’s et il a décidé de les entraîner pour qu’ils deviennent lutteurs. Il a par la suite appelé un de ses contacts, Ole Anderson, qui était booker pour la GCW (Georgia Championship Wrestling). Il a tout d’abord engagé Animal et Rick Rude et les a apportés à Atlanta. Par la suite, Ole Anderson les a envoyé à Mid-Atlantic Championship WrestlingAnimal a lutté contre plusieurs gros noms comme Ric Flair et qu’il a connu Roddy Piper qui lui a dit qu’il ne réussirait jamais dans le domaine de la lutte. Animal est éventuellement retourné chez lui à Minneapolis, un peu déprimé de ses échecs dans le monde de la lutte. Un jour, Ole Anderson est revenu le voir au Gramma B’s et il a eu l’idée de former une équipe avec Animal et Hawk qui s’appellerait les Road Warriors. Animal est donc retourné à Atlanta, mais cette fois-ci, en compagnie de Hawk.

Tout de suite en arrivant, Ole leur a donné la ceinture de champions par équipe. Il leur a aussi donné comme manager « Precious » Paul Ellering. Ce dernier ne jouait pas juste le personnage de manager des Road Warriors à l’écran, il était leur manager pour de vrai. C’est lui qui s’occupait de leur trouver des bookings un peu partout aux États-Unis, au Canada et éventuellement au Japon où les Road Warriors sont devenus des stars. Paul Ellering avait aussi une écurie de méchants qui s’appelait Legion of Doom et elle était composée de Jake « The Snake » Roberts, The Spoiler, Arn Anderson et plusieurs autres, en plus des Road Warriors.

C’est en 1984 que les Road Warriors ont joint les rangs de la AWA. C’est à cet endroit qu’ils ont montré leur look classique des épaulettes avec des pics pour la première fois. C’est aussi à cet endroit qu’ils ont utilisé la chanson Iron Man de Black Sabbath lors de leur entrée sur le ring. Ils cherchaient de la musique pour leur entrée et c’est en se promenant en auto qu’ils ont entendu Iron Man à la radio et qu’ils se sont dit que cette chanson serait parfaite pour eux.

Ils sont par la suite allés à la WCW où ils sont devenus champions par équipe trois contre trois avec Dusty Rhodes. Les chapitres du livre sur leur passage à la WCW sont un excellent exemple de tout le génie qu’était Dusty Rhodes comme booker. La WCW était dans une guerre avec la WWF et Dusty devait se surpasser comme booker pour trouver des idées qui feraient vendre des billets pour remplir les arénas. Si les Road Warriors n’étaient pas dans un match sur un échafaudage 20 pieds dans les airs, ils étaient dans un combat avec des barbelés sur les câbles de l’arène ou dans un match de cage à trois étages, aussi connu sous le nom de Tower of Doom.

Des différends avec la direction de la WCW les ont convaincus un jour d’appeler Vince McMahon pour joindre les rangs de la WWE. Vince leur a demandé de changer leur nom parce qu’il ne voulait pas deux Warriors dans la WWE. L’Ultimate Warrior était arrivé dans la WWE avant eux, lui qui avait fait partie de la première équipe « clône » des Road Warriors en compagnie de Sting, les Blade Runners. Hawk et Animal ont suggéré Legion of Doom comme nom et Vince l’a adoré. Les Blade Runners n’ont pas été les seuls clônes des Road Warriors. Il y a eu Demolition avec Ax et Smash qui était Barry Darsow, leur ancien collègue de travail du Gramma B’s. Il y a eu aussi les Power of Pain avec le Barbarian et le Warlord. Ce dernier était un lutteur qui avait été découvert par Animal qui l’a aidé à percer dans le monde de la lutte en lui trouvant un job avec la WCW avant qu’il passe à la WWE. Il y a eu d’autres clônes de Road Warriors, mais Animal n’a jamais eu de problèmes avec les imitateurs

C’est dans la WWE qu’Animal a commencé à avoir des problèmes personnels avec son partenaire Hawk. Animal aimait bien faire le party une fois de temps en temps comme tout le monde, mais Hawk était dans une autre catégorie. Il était le genre de personne qui était fier de montrer qu’il pouvait faire le party plus que tous, qu’il pouvait consommer plus d’alcool ou plus de drogues. Au moment où les Road Warriors sont arrivés à la WWE, Vince était aux prises avec un scandale de stéroïdes qui l’a amené en cour. Les lutteurs étaient maintenant testés pour la drogue régulièrement. Hawk a été suspendu quelques fois à cause qu’il n’a pas passé les tests. À chaque fois qu’il était suspendu, c’est Animal qui était affecté parce qu’il était retiré des galas lui aussi. Juste avant Summerslam 92, Hawk s’est fait tester. Il était sûr d’être mis à la porte au moment où le résultat allait être connu. Il est donc arrivé à Summerslam en Angleterre complètement scrap. Il devait aller vers l’arène en moto et Animal avait vraiment peur qu’il se plante. Ils ont fait le combat et Vince à la table des annonceurs n’arrêtait pas de sacrer après eux hors des ondes. Le lendemain, Hawk a décidé de rester en Angleterre pour faire le party avec ses nouveaux amis dans les Hell’s Angels et de donner sa démission à Vince, sans en parler à Animal. C’est en complétant en solo les dates qu’il restait à faire à Legion of Doom avant de partir de la WWE qu’Animal s’est blessé au dos, ce qui l’a tenu à l’écart du ring pendant plus d’un an. Vince ne voulait pas garder Animal dans la WWE si Hawk n’était pas avec lui. Animal était vraiment fâché après Hawk et ils ne se sont pas parlés pendant longtemps par la suite. Éventuellement ils sont redevenus amis et ils ont fait un retour autant dans la WCW que dans la WWE.

Ce que j’aime quand je lis un livre sur la lutte, c’est quand quelque chose que j’ai lu dans un est corroboré dans un autre. C’est le cas dans celui-ci. Je vous parlais il y a quelques semaines dans la chronique que vous pouvez lire ici de Superfly Jimmy Snuka et de sa consommation de drogues. Animal était dans le vestiaire un soir dans le temps qu’il était dans la AWA. Un autre lutteur s’est plaint parce que Jimmy Snuka était pas mal amoché. Quelqu’un l’a confronté avec ça et Jimmy s’est emporté et est allé aux toilettes. Tout le monde l’a entendu sniffer quelque chose. Il est ressorti avec un air de quelqu’un possédé en disant : « vous pensez que je suis fucked up, bin maintenant je suis fucked up! » Il est allé faire son combat et ça l’air que ça n’a pas paru une seconde qu’il avait consommé peu importe quelle substance.

Ce que je n’aime pas, par contre, dans un livre sur la lutte, c’est quand un lutteur parle de sa croyance en Dieu. Un chapitre complet du livre d’Animal est consacré à sa découverte de Dieu. C’est probablement très important pour lui s’il en parle, mais personnellement, je n’en ai rien à foutre. C’est juste mon opinion, mais pas parce que tu es croyant que tu dois en parler dans ton autobiographie. Goldust est croyant, mais il n’a pas fait un chapitre complet sur la découverte de sa foi. Je pourrais en nommer d’autres, mais anyway, c’est juste mon opinion. Je suis sûr qu’il y a des gens que ça ne dérange pas.

Aucune idée si Animal aura des copies de son livre avec lui lors de son passage au Comiccon de Montréal en fin de semaine, mais si c’est le cas, je vous recommande de lui en acheter une copie, surtout si vous êtes un fan des Road Warriors. Il fait près de 400 pages et il est très intéressant. Bonne lecture!

RoadWarriors

The Road Warriors : Danger, Death and the Rush of Wrestling de Joe « Animal » Laurinaitis avec Andrew William Wright publié par Medallion Press en 2011. 384 pages.

L’entrée de Legion of Doom à Summerslam 92

Le retour d’Animal en 2012 contre Heath Slater

The Four Horsemen contre les Road Warriors, Nikita Koloff et Dusty Rhodes

RÉAGISSEZ CI-DESSOUS

commentaire(s)

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Le coin du livre : l’autobiographie de Bruce, le frère de Bret Hart
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Le coin du livre : un nouveau roman québécois qui se passe dans le monde de la lutte