Suivez-nous sur Facebook
17/02/2015 | Chroniques

Deux Québécois, dans une incroyable histoire!

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
La chronique de Pat Laprade: Une belle opportunité!
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Un WrestleMania sans émotion

Kevin Owens vs. Sami Zayn  photo: wwe.com

Pat Laprade

Entendre « from Marieville, Quebec, Canada, Kevin Owens » et « from Montreal, Quebec, Canada, Sami Zayn » était de la musique à mes oreilles lors de la finale de NXT mercredi dernier.

J’ai vu de meilleurs matchs. En fait, le match n’était même pas le meilleur de la soirée. Ceci dit, il n’avait pas comme but d’être le meilleur dans l’arène, mais bien de débuter une rivalité à long terme entre les deux. Zayn et Owens ne pouvaient pas tout donner dans le premier combat, qu’auraient-ils fait dans le second? De toute manière, les meilleurs combats ne font pas nécessairement les meilleures rivalités. Et l’histoire racontée dans ce match était tout à fait exceptionnelle.

C’était à la fois une histoire simple, mais ô combien efficace. Après être mal atterri suite à un saut à l’extérieur, Zayn a joué le jeu, c’est-à-dire avoir l’air d’un gars qui avait des symptômes de commotion. Puis, Owens en a profité pour le ruer de coups à la tête, lui donner de multiples « powerbombs », sans trop s’efforcer de lui river les épaules au tapis. Zayn, l’un des meilleurs dans l’industrie pour vendre les coups, a été égal à sa réputation alors que certains amateurs sur place y croyaient tellement qu’ils pleuraient. Les médecins se sont approchés de Zayn et ont demandé à l’arbitre d’arrêter le combat. À la surprise de tous, Kevin Owens devenait le nouveau champion de NXT par arrêt de l’arbitre, une finition rarement, voire jamais utilisée par la WWE. Paul Heyman a aimé. Hulk Hogan a aimé. Mais surtout, Triple H, le grand manitou de NXT, a aimé.

Ce qui est fantastique avec cette histoire c’est qu’elle permet une multitude d’options. Zayn va accuser Owens, son ami, d’avoir tenté de mettre un terme à sa carrière, rendant le tout personnel. D’un autre côté, il ne s’est pas fait battre et n’a jamais abandonné, raisons supplémentaires pour obtenir une revanche. Et c’est là que la rivalité va prendre tout son sens. Laissez les matchs cinq étoiles à Itami, Balor et Neville. Owens et Zayn vont aller chercher les gens par les tripes, ils vont aller chercher l’émotion chez l’amateur, comme dans tout bon film ou télésérie.

Kevin Owens vs. Sami Zayn photo: wwe.com

La suite?
Owens vs. Zayn va être l’histoire à suivre à NXT pour la prochaine année. Ils vont à l’occasion faire les « house shows » de la WWE, par contre la rumeur qui les envoie à WrestleMania est non-fondée. Même avec près de 10 combats, la WWE a de la difficulté à placer tous les lutteurs de son alignement principal. De plus, tant qu’à les faire lutter à Mania et de ne plus les voir par la suite lors d’autres événements télévisés, aussi bien attendre. Ce n’est d’ailleurs pas la philosophie de l’entreprise de les emmener si tôt, sur une aussi grande plate-forme.

Kevin Owens et Triple H photo: twitter.com/tripleh

Ascension fulgurante
Pour employer une expression de hockey, Owens est en train de brûler la ligue américaine. Il saute des étapes comme pas un avant lui et ça inclut Zayn. Il est le gars à Triple H, et nul besoin d’être dans le secrets des dieux pour s’en rendre compte: à chaque fois qu’ils en ont l’occasion, ils prennent une photo ensemble. Si présentement on dit Kevin Owens, plus connu sous le nom de Kevin Steen, le jour n’est plus très loin où ce sera l’inverse.

Zayn et Owens sont présentement deux des vedettes montantes de la WWE et auront tout le temps voulu de bien savourer leur moment à WrestleMania l’occasion venue. En attendant, ce sont les fans de NXT qui y gagnent.

Bonne lutte à tous et à toutes!

Si vous avez des questions, des suggestions ou des commentaires, n’hésitez pas à communiquer avec moi au patric_laprade@lutte.quebec, sur ma page Facebook ou sur mon compte Twitter.

RÉAGISSEZ CI-DESSOUS

commentaire(s)

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
La chronique de Pat Laprade: Une belle opportunité!
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Un WrestleMania sans émotion