Suivez-nous sur Facebook
10/10/2019 | Manchettes

Le Géant Gustave meurt à l’âge de 58 ans

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Primeur: la WWE défait AEW au Canada
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
AEW gagne du terrain au Canada

Gustave LutteQc

Si vous avez suivi la lutte des années 1980, le Géant Gustave est un nom qui vous dit certainement quelque chose. Sinon, vous l’avez probablement vu dans l’un des nombreux projets télévisuels auxquels il a participé.

De son vrai nom Gustave Ouimet, l’ancien lutteur devenu acteur est décédé dimanche dernier, le 6 octobre, dans un accident tragique. En effet, Ouimet, qui n’était âgé que de 58 ans, circulait avec sa conjointe en voiture sur la rue Barré à Chambly, où il demeurait, lorsqu’il a perdu le contrôle de son véhicule et est entré en collision avec une maison. Selon le bureau du coroner, Ouimet aurait eu un malaise cardiaque au volant, ce qui aurait causé la perte de contrôle et l’accident. Il est mort sur le coup. Sa conjointe, Carole Daigneault, a pour sa part été hospitalisée, mais est maintenant hors de danger.

Né à Longueuil le 25 avril 1961, Ouimet avait fait ses débuts dans le monde de la lutte au milieu des années 1980, après avoir été entraîné par Édouard Carpentier.

« Je me souviens qu’il était venu nous voir à notre école de lutte, Brito-Bravo, avec son frère Denis, se souvient l’ancien lutteur et promoteur Gino Brito. Je l’ai regardé, j’ai vu la grosseur de mains qu’il avait, il avait des mains comme le Géant Ferré! Alors je me suis dit qu’il y avait surement de l’argent à faire avec lui. Il m’avait dit qu’il avait fait quelques combats. »

Sous le nom du Géant Gustave et habillé en bûcheron, un personnage fort populaire dans l’histoire de la lutte au Québec, il a commencé à lutter pour Lutte Internationale.

C’est alors qu’il a une chance inouïe.

Maurice avec son protégé! crédit: Linda Boucher

Maurice avec son protégé! crédit: Linda Boucher

Maurice « Mad Dog » Vachon, qui lui-même, en compagnie de son frère Paul, avait joué un bûcheron en début de carrière à Calgary, décide d’en faire son protégé. Rien de surprenant de la part de Maurice, qui a aidé tellement de Québécois, des lutteurs tels que Pat Patterson, René Goulet, Gilles Poisson, Rick Martel, Armand Rougeau et Richard Charland pour ne nommer que ceux-là.

« C’était du Maurice ça, toujours vouloir aider quelqu’un », a dit Paul Vachon.

Une tournée pour la NJPW
En octobre 1985, Maurice demande à Paul d’accompagner Gustave au Japon. Par l’entremise de Tokyo Joe, il avait réussi à trouver des dates pour son poulain avec la New Japan Pro Wrestling. Mais avant son départ, Maurice a l’idée de le filmer en train de tirer des autobus, un peu comme le Grand Antonio l’a fait si souvent, et d’envoyer cette vidéo promotionnelle au Japon. Son arrivée était attendue.

C’est donc du 18 au 30 octobre 1985 que Gustave lutte au Japon, uniquement dans des matchs handicaps, alors qu’il affronte une pléiade de jeunes lutteurs qu’on connaîtra davantage par la suite tels que Shinya Hashimoto, Masa Chono et Keiji Muto. Il gagne tous ses combats ou bien, perd par disqualification. Ce sera sa seule tournée au pays du soleil levant.

Le Géant Gustave au Japon avec Paul Vachon crédit: Linda Boucher

Le Géant Gustave au Japon avec Paul Vachon crédit: Linda Boucher

« Maurice voulait qu’il se fasse voir au Japon, se souvient Paul. Il n’était pas le meilleur dans l’arène, mais au Japon, les promoteurs cherchaient souvent des gros gars comme ça. Il était un bon gars, alors Maurice a voulu l’aider. »

Il s’agira certes de son plus gros fait d’armes en carrière. De retour au Québec, il participera à la tournée de retraite de Maurice. En entrevue, Vachon s’assure de parler de Gustave. « Le Géant Gustave, qui a les mains plus grosses que
celles du Géant Ferré. Le plus gros Canadien Français qui existe sur la
terre », disait Mad Dog.

Il mesurait plus de 6 pieds et pesait environ 550 livres. Cependant, ses mains faisaient encore plus parler. « Ma main se perdait dans la sienne », se souvient Brito. Bien que plusieurs médias aient rapporté que selon son agence de casting, il avait le record des plus grosses mains au monde, un titre qu’il se donnait même du temps qu’il luttait, Paul Vachon nous éclaire sur le sujet.

« C’était une gimmick, une façon de mieux le publiciser, avoue-t-il. Il avait vraiment de grosses mains, mais ce n’est pas comme si quelqu’un du Livre de Record Guinness était venu lui mesurer les mains. »

Après la fermeture de Lutte Internationale, Gustave a lutté en Ontario et pour quelques promotions au Canada et aux États-Unis, mais sa carrière ne décollera vraiment jamais. Selon Gino Brito, il n’était pas fait pour ce monde, qui peut parfois être cruel, encore plus dans les années 1980.

« Il luttait contre Tony Ricco une fois et Ricco s’est mis à le frapper pour vrai. Gustave ne se défendait pas, raconte Brito. Après le match j’ai été le voir et il m’a dit qu’il n’avait pas besoin de ça. Je lui ai répondu que s’il n’avait pas besoin de ça, qu’il me le dise tout de suite. J’étais déçu. Je le voyais faire un match avec le Géant (Ferré). »

C’est plutôt vers une autre carrière que Ouimet s’est tourné, celle d’acteur.

Gustave, dans sa deuxième carrière crédit: courtoisie

Gustave, dans sa deuxième carrière crédit: courtoisie

De lutteur à acteur
En 1989, il a fait ses débuts comme acteur. Autant au Québec qu’à l’étranger, autant à la télévision qu’au cinéma, il a décroché plusieurs rôles, surtout des rôles de motards ou de criminels. Il a entre autres joué dans X-Men Apocalypse, Les pays d’en haut, No Holds Barred, LOL, le Fric Show, Une Grenade avec ça?, de même que des publicités comme pour les pharmacies Brunet.

Il y a quelques années, Bertrand Hébert avait essayé de l’interviewer pour l’un de ses livres sur la lutte professionnelle, mais Gustave avait refusé. « Il semblait amer envers la business », explique Hébert.

Son décès a fait les manchettes des principaux médias au Québec, principalement à cause de sa carrière d’acteur. Sur les réseaux sociaux, plusieurs ont fait son éloge, alors qu’il était une personne appréciée de ses pairs.

Le Géant Gustave s’ajoute à la liste d’anciens lutteurs québécois décédés en 2019. Michel Dubois, Jacques Rougeau Sr. et Fernand Fréchette nous ont quittés cette année.

Les détails sur ses funérailles ne sont toujours pas connus.

RÉAGISSEZ CI-DESSOUS

commentaire(s)

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Primeur: la WWE défait AEW au Canada
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
AEW gagne du terrain au Canada