Suivez-nous sur Facebook
06/10/2018 | Manchettes

L’Ambassadeur de la lutte britannique tire sa révérence

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Blessure malchanceuse, Janela à l'écart jusqu'en 2019
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Résultats de NXT du 10 octobre 2018

doug-williams

Une légende de la lutte anglaise accroche ses bottes

À l’âge de 46 ans, Doug Williams fait une croix sur une longue carrière de 25 ans. Son travail dans le ring l’a notamment mené à lutter pour la TNA, la ROH et la WWE à quelques reprises. Ancien champion britannique de judo des 72 kg en 1992, il a fait ses débuts dans le ring en 1993. C’était une période très sombre pour la lutte anglaise, qui venait de perdre World of Sport en décembre 1988.

Williams a su tirer son épingle du jeu dès le départ. Aux côtés de Nigel McGuinness, Jody Fleisch, Martin Stone (maintenant Danny Burch avec la NXT) et d’une panoplie d’autres vétérans qui sont à ce jour avec les grands de l’industrie, il a rebâti peu à peu la réputation de sa région.

Il a connu de bons moments en début de carrière avec la NWA UK Hammerlock, fermée depuis 2012, la Frontier Wrestling Alliance et la Pro Wrestling NOAH. En début de carrière, il a lutté contre Eddie Guerrero, Robbie Brookside, Daniel Bryan, Naomichi Marufuji, CM Punk, Christopher Daniels et j’en passe.

Ses multiples succès l’ont mené en Amérique du Nord. Son passage aux États-Unis a commencé avec un long séjour sous la bannière de la ROH entre 2002 et 2007, avec qui il a remporté le défunt championnat « Pure ». Ensuite, il s’est joint à la TNA jusqu’en 2014. Il a côtoyé plusieurs anciens collègues en McGuinness, Nick Aldis et Rob Terry tout en remportant trois championnats, soit ceux par équipe, de la X Division et télé.

Cette longue carrière s’est terminée avec un retour aux sources. À la suite d’un regain de popularité pour la lutte en sol britannique, il a pu partager son savoir-faire et ses expériences avec la relève du Royaume-Uni. Il a également contribué au développement de la PROGRESS, l’ICW, l’IPWUK, l’ATTACK !, l’OTT, l’EVE, la Defiant, la RPW et la wXw lors des quatre dernières années.

Un match au gala « Chapter 76 : Hello Wembley » tenu dimanche dernier mettait fin à ce long voyage, où il a baissé pavillon contre Trent Seven. Si Williams perdait, il devait prendre sa retraite et céder le championnat Atlas de la PROGRESS, qu’il détenait depuis le 20 mai 2018.

Ayant agis comme entraîneur et modèle pour plusieurs de ses paires, Williams quitte le sport en ayant laissé sa marque sur une région qui, grâce à lui et plusieurs autres, est aujourd’hui l’une des plus populaires dans la lutte professionnelle.

De la part de Lutte.Quebec, bonne retraite!

RÉAGISSEZ CI-DESSOUS

commentaire(s)

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Blessure malchanceuse, Janela à l'écart jusqu'en 2019
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Résultats de NXT du 10 octobre 2018