Suivez-nous sur Facebook
09/04/2020 | Chroniques

Wrestlemania 36: 6.5/10

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Le "do or die" de Vince
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
"Un chum c't'un chum!"

cena

Wrestlemania 2020 est maintenant terminé et même si le déraillement de train anticipé n’a pas eu lieu, je ne fais pas partie de ceux qui ont été particulièrement emballés par cet évènement historique. Évidemment, il faut être bon joueur et admettre d’emblée que les dés étaient pipés à l’avance en défaveur de la WWE donc, à la fin de la soirée de dimanche, au bout de deux soirées de lutte, on peut dire que ce n’était pas si mal… même assez bon, sauf que ce n’était vraiment pas “over the top” comme Wrestlemania se doit de l’être.

Si crise égale opportunité, les deux soirs auront été marqués par le Boneyard match entre AJ et Taker, ainsi que le segment Firefly Fun House entre Cena et Wyatt. Deux moments surréalistes qui ont peut-être définitivement ouvert une brèche dans l’univers de la WWE et devant le lot de critiques positives de ces deux moments, on peut penser que les segments hors lutte à grands déploiements seront tentant à ramener de temps à autres… Mais vous devez savoir que ce n’est pas le genre de chose qui se tourne sur le coin d’une table comme une promo. Pour être bon: ça prend un script, une équipe de tournage, du temps et de la post-production. Le Boneyard a été particulièrement trippant car “l’histoire” était bonne et le visuel en osmose avec le thème du combat. Pour le Firefly Fun House match, c’est un peu la même chose: l’effet “bad trip d’acide” n’est pas dû au hasard et la recherche historique des phases de la carrière de Cena prouve un travail assez poussé dans la réalisation du court-métrage. Cela dit, ce n’est pas de la lutte pour moi, donc faudra être parcimonieux avec ce genre de “Feux de l’amour version extrême”. Tout ça me fait quand même penser qu’il serait peut-être possible d’avoir une émission hebdomadaire avec seulement ce genre de chose, mais encore là… pour que ce soit bien fait, ça prend du temps et des moyens…

Pour ce qui est de la lutte au sens propre de la chose, il faut applaudir le travail de tous, surtout ceux qui n’ont jamais arrêté de parler, bouger, amplifier leurs émotions pour contrecarrer le manque d’émotion qu’apportent les réactions du public. Edge, Owens, Zayn, Bryan, Ripley et Baszler ont particulièrement été bons/bonnes dans les circonstances. Malheureusement les “main event” m’ont particulièrement laissé de marbre et certains combats n’étaient vraiment pas pertinents dans les circonstances… Encore une fois, soyons indulgents, c’était irréaliste que la soirée soit magique quand ça se tient sur deux soirs, pré-enregistrés et sans public. Donc perso, je donne un 6.5 sur 10, ce qui n’est pas mauvais dans ce contexte extrême, j’en conviens.

En terminant, ce n’était pas parfait. Le Gronk était plutôt inutile tout autant que l’était Titus. Ensuite, on n’a pas risqué d’insulter les gens avec de faux effets de foules. Je ne suis pas encore sûr de la pertinence d’avoir le main roster sur deux soirs, considérant la qualité de NXT la veille, mais je ne ferai pas la fine bouche pour cette fois: on ne peut pas toujours avoir de la bavette et un Petrus dans le frigo, parfois du bon baloney pis une root beer ça fait la job!

 

RÉAGISSEZ CI-DESSOUS

commentaire(s)

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Le "do or die" de Vince
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
"Un chum c't'un chum!"