Suivez-nous sur Facebook
06/03/2020 | Chroniques

Tania Cyr, l’amour de la lutte de père en fille!

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Cédrick "Big Buck" Lortie, charisme et passion
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Le gala "En action pour la cause" de retour!

tania cyr action

Durant son enfance, Tania Cyr suivait, à partir de sa belle Gaspésie, les exploits de son père Denis dans le ring. Depuis deux ans, c’est à son tour de représenter avec honneur la famille en gravissant les échelons afin de faire partie des stars de la lutte québécoise.

Originaire de Grande-Rivière, Denis Cyr a fait ses débuts en 1983 avec Lutte Internationale, avec comme entraîneur Édouard Carpentier, sous la supervision de Gino Brito et de Dinon Bravo. Il a remporté de nombreux titres à travers le Québec, ayant notamment oeuvré pour la ICW et la FLQ plus tard dans sa carrière.

« Mon père a également joint la WWF en 1985, ayant aidé à faire valoir des grands noms tels Terry Funk, Macho Man Randy Savage, Jake The Snake Roberts, Bam Bam Bigelow, Mr. Perfect et plusieurs autres. Ce fut pour lui une expérience extraordinaire », raconte Tania.

Après avoir consacré le début de sa vie adulte à la famille, Tania – qui est âgée de 31 ans – a lancé sa carrière à l’été 2018.

« J’ai commencé plus tard que la moyenne des lutteurs, mais j’attendais le bon moment. Je suivais quand même la lutte québécoise de près », dit-elle.

C’est lors d’un gala des Productions EWE, à Saint-Hyacinthe, que tout s’est concrétisé.

« Mon père m’a présenté Dru Onyx, qui m’a par la suite pris sous son aile afin de bien me préparer à ma carrière de lutteuse. Et mon premier combat a d’ailleurs eu lieu d’un gala de la EWE. J’ai rapidement attrapé la piqûre », mentionne Tania Cyr.

L’actuelle championne féminine de la promotion de lutte montrélaise NWC lutte également à la OCW (Drummondville). Elle aime aussi partager sa passion dans le ring un peu partout (Thetford Mines, Gatineau, etc.). Tania fera ses débuts à la FML de Saint-Jean-sur-Richelieu.

« Je m’ajuste bien à tous les styles de lutte, mais j’aime bien le old school. Et je n’ai pas de problème à affronter des hommes dans le ring. On me qualifie d’intense dans le ring et en bonne Gaspésienne, j’aime bien exprimer verbalement mes émotions! », confie-t-elle avec humour.

Tania apprécie grandement le contact avec les fans.

« Le super fan de lutte Sylvain Pronovost m’encourage beaucoup lors des galas et sur Facebook. Et j’ai tissé plusieurs amitiés au sein des lutteurs. C’est toujours un plaisir d’être dans le ring, même si j’ai un horaire chargé en tant que maman et avec mes études en Techniques d’intervention en délinquance. La lutte québécoise est en santé et mon père Denis est vraiment fier de ma progression. Je compte également sur le soutien précieux de Sweet Cherrie, un grand nom de la lutte féminine au Québec et Missy, également à la NWC. J’ai vraiment beaucoup de chance! », conclut-elle.

Les prochains combats de Tania Cyr auront lieu ce samedi 7 mars, à la NWC et le lendemain après-midi, au gala de la FCL tenu à Shawinigan.
Des escales sont aussi prévues entre autres à la NBW 2.0 (Victoriaville le 14 mars et Drummondville le 25 avril), le 21 mars à la OCW (Drummondville) ainsi qu’à la FML le 26 avril, lors du Geek-it Rumble à Montréal.

(photo principale: Rebel Shot/photo avec la ceinture: Kester’s Photography)

tania-cyr-ceinture-nwc

RÉAGISSEZ CI-DESSOUS

commentaire(s)

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Cédrick "Big Buck" Lortie, charisme et passion
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Le gala "En action pour la cause" de retour!