Suivez-nous sur Facebook
03/02/2020 | Chroniques, Québec

Rien n’est plus beau qu’un diamant

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Pee Wee, l’homme aux mille sourires, nommé Personnalité inspirante 2020
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Retour sur le C2E2 et AEW Revolution

kacey

J’ai eu la chance de rencontrer Marie-Ève Bolduc, alias Kacey « The Champ » Diamond, au gala de NSPW Generation Next, présenté à Sainte-Anne-de-Beaupré.

La lutteuse avait fait son retour après une longue pause d’environ huit ans, le 26 octobre, pour être la partenaire mystère d’Azaëlle lors de son combat contre Pink Flash Kira et Meave O’Farell.

Son retour a été très remarqué. J’ai voulu en savoir un peu plus sur elle. J’ai donc été la voir lutter au premier gala de la Generation Next de 2020.

Ce que peu de fans savent, c’est qu’elle fait partie des vétéranes de la lutte féminine québécoise, dont fait partie Lufisto, en affichant une centaine de matchs à son actif. Kacey lutte depuis le début des années 2000. Ensuite, elle a voulu démontrer que les femmes peuvent autant lutter avec des hommes et donner d’excellents matchs. Des femmes fortes et solides! « La génération d’aujourd’hui fait tellement bien juste continuer sur cette lancée et elle y met son grain de sel », ajoute-elle.

Kacey a lutté dans diverses fédérations à travers le Québec, dont la JCW. Elle a lutté pour cette fédération pendant plusieurs années à ses débuts. Ses entraîneurs furent Phil Savage et Lufisto. Ses matchs avec cette dernière font partie de ses plus beaux souvenirs. Elle en parle d’ailleurs avec tendresse.

« Lorsqu’elle te prend avec elle, elle te prend et t’amène partout! », affirme Kacey.

Ses débuts à la lutte furent sans histoire, mentionne la lutteuse. Kacey a quitté Dolbeau pour s’établir à Jonquière à l’âge de 15 ans avec sa famille. Son cousin, qui était un maniaque de lutte, demeurait là, ce qui l’a beaucoup influencée. Lors de l’ouverture d’une école à Jonquière, il s’est inscrit sans hésiter. Elle s’y est inscrite aussi et, petit à petit, la passion s’est installée.

Elle a gagné plusieurs titres, dont le ALF Champion, Tag team Champion avec Mr. Brown à la JCW et « Champion du monde » à la PWA avec Marko Estrada en 2007. C’est un des moments dont elle se souvient, car elle a eu tellement de plaisir avec celui-ci et la courte rivalité avec Pee-Wee. La vidéo ci-dessous démontre les débuts de leur association.

Kacey a participé avec fierté au prestigieux gala de Shimmer en 2009. Cependant, au sommet de sa carrière, elle s’est remise en question et a décidé de presque tout arrêter pour se recentrer sur elle-même et sa famille. Elle ne savait même pas à ce moment-là si elle allait revenir et ce, même si la lutte faisait partie d’elle.

Même si elle incarne une bitch finie sur le ring, elle ne sait pas si ce personnage existe encore aujourd’hui. Dans la vie de tous les jours, elle est vraiment l’opposée de tout ça, à part d’être proche de ses émotions. Une femme généreuse, mère de deux jeunes enfants, qui abandonne le kayfabe tout de suite après son match pour donner du temps à ses fans qui viennent lui jaser. Une jeune femme qui mord dans la vie à pleines dents. Son amoureux l’admire beaucoup. « Il m’a dit qu’il était mon fan numéro 1 parce que je réalise quelque chose qui me tient à cœur et que je suis belle et radieuse », me confie-t-elle.

Kacey mentionne que ses enfants ne venaient pas la voir lutter, dû au fait qu’ils n’apprécieraient peut-être pas que la foule lui manque de respect à cause de son personnage heel. Je lui ai demandé par la suite si un jour, ils formuleraient le souhait de vouloir suivre ses traces. Elle doute très fort pour son aînée et pour son plus jeune, elle souhaiterait le diriger vers autre chose, même si ça restera leur choix.

Kacey ne suit pas vraiment de fédérations de lutte, mais elle se tient informée. Elle avoue être une fanatique de Chris Jericho, Trish Stratus, Tessa Blanchard, Mercedes Martinez et Charlotte Flair, dont elle souhaiterait l’affronter dans ses rêves les plus fous. Plus proche de nous, elle adore Matt Angel, Marko Estrada et elle a un coup de cœur pour l’équipe torontoise The Pillars. « J’adore les méchants! », lance-t-elle.

Kacey est vraiment fière de ce que la lutte féminine a accompli au cours des années. Elle peut ainsi livrer des matchs comme celui qu’elle a eu dernièrement avec Sally. Deux lutteuses de générations différentes qui se rencontrent! Cependant, elle pose un regard triste sur la manière que la lutte féminine est encore utilisée aujourd’hui et qu’elle souhaiterait qu’il y ait un peu plus de lutteuses personnages. C’est bien beau de vouloir performer et de montrer ce qu’on est capable de faire, mais avant toute chose : il faut chercher la foule.

Enfin, Kacey finit avec quelques conseils aux jeunes filles qui souhaiteraient lutter.

« N’abandonne tellement jamais! Tu vas te faire dire que tu vas trop vite. Que tu ne vas pas assez vite! Tu vas te faire dire n’importe quoi. Fais juste t’amuser! », conclut-elle.

Si vous voulez voir lutter Kacey Diamond, elle luttera très bientôt de nouveau à la NSPW Generation Next au mois de mai ainsi qu’à la FML au mois de juin.

 

RÉAGISSEZ CI-DESSOUS

commentaire(s)

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Pee Wee, l’homme aux mille sourires, nommé Personnalité inspirante 2020
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Retour sur le C2E2 et AEW Revolution