Suivez-nous sur Facebook
08/03/2020 | Chroniques

Retour sur le C2E2 et AEW Revolution

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Rien n’est plus beau qu’un diamant
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
En manque de lutte indépendante? Independentwrestling.tv

c2e2

Le C2E2 existe depuis 2010 et a lieu au plus grand centre de convention en Amérique du Nord, le McCormick Place, situé en plein centre-ville de Chicago. La première année a été un gros succès avec un nombre d’entrées estimé entre 20 000 et 30 000. L’événement a gagné en popularité au cours du temps avec 80 000 personnes présentes à l’édition de 2019 et approximativement 100 000 pour cette année, date de leur 10e anniversaire. Même si le nom est différent, le Chicago Comic & Entertainment Expo a le même gabarit que les Comiccon qui ont lieu un peu partout en Amérique.

C’est la célébration de toute la culture populaire passant surtout par les comic books, mais aussi les jeux vidéo, les films, les séries, etc. La lutte était particulièrement en vedette cette année avec leur association avec la AEW et le gala Revolution. Si en mars 2019 quelques étoiles de l’univers du carré rond étaient présentes comme CM Punk, Eric Bischoff, Jim Cornette, Kenny Omega, Marty Scurll, les Young Bucks et Tony Schiavone, la liste pour cette année était beaucoup plus impressionnante.

La convention avait lieu pendant le même week-end que le PPV, soit du 28 février au 1er mars. Malheureusement à cause des conditions climatiques horribles de jeudi, notre vol avec Porter partant de Québec a été tellement retardé que nous avons manqué notre correspondance à Toronto et n’avons pas été en mesure de pouvoir assister au premier jour. Le vendredi midi, il y avait un Q&A d’une heure avec les Young Bucks et Cody Rhodes, animé par Excalibur (l’interview est disponible sur YouTube). On y a appris entre autres que le réseau TNT voulait que l’émission hebdomadaire s’appelle Revolution à la place de Dynamite. Cody trouvait ça bien, mais Tony Khan et les Bucks détestaient.

Un Torontois a questionné Cody pour savoir s’ils prévoyaient présenter des galas au Royaume-Uni, au Mexique et au Canada cette année. Il lui a assuré que trois dates étaient garanties pour le UK et qu’il était certain de pouvoir présenter la AEW au Canada en 2020. Il lui a promis 100$ s’ils ne venaient pas au pays et a parlé des villes de Toronto et Montréal.

Après l’entrevue, les trois membres de The Elite ont rejoint le kiosque de la AEW pour une séance de signatures et de prises de photos pour la somme de 100$ pour le trio (prix le plus élevé du week-end pour des lutteurs). On pouvait acheter d’autres « meet and greet » du même genre au kiosque les trois journées.

Pour 30$, on pouvait rencontrer soit Orange Cassidy, Britt Baker, Nyla Rose, Joey Janela, MJF, Darby Allin ou encore le couple Kip Sabian et Penelope Ford. Pour 50$, il y avait le trio de Jurassic Express, SCU, Dustin Rhodes, Hangman Adam Page ou encore Jon Moxley ayant la ceinture en main au lendemain de sa victoire. Ça reste des prix abordables pour ces vedettes montantes si on les compare au prix de la WWE pour leurs sessions de photos.

Aussi présent les trois jours pour des périodes de quatre heures pour la deuxième année consécutive, CM Punk qui était au kiosque de Pro Wrestling Tees pour rencontrer ses fans. Ça fait deux fois que Phil Brooks est associé à la AEW par l’entremise de la compagnie de t-shirts de Chicago. La dernière fois c’était lors de All Out pour une entrevue durant le Starrcast. Il s’est montré très généreux avec tout le monde, il a pris le temps de parler à tous ceux qui allaient le voir (encore plus avec les enfants), il faisait des « fist bumps » en guise de salutation. Très gentil et poli, il ne jouait pas à la vedette et il était authentique. Brooks semblait heureux d’être là pour vrai. Pour ce qui est des prix, c’était 40$ pour une photo ou un autographe. On a su que c’était 60$ pour poser avec Santino Marella ou Hurricane Helms aussi présents à cette édition, alors on ne peut pas dire que c’est une somme déraisonnable pour l’ancien meilleur au monde.

Nous sommes arrivés à Chicago le vendredi soir, un peu bourrus d’avoir manqué la première journée. Nous étions à une trentaine de minutes en autobus du McCormick Place qui lui-même était à quelques minutes à pied du Wintrust Arena. En voyant la grosseur de l’édifice et la quantité de monde (la plupart étaient costumés) déjà présente en attente de pouvoir passer les lignes de sécurité, on voyait l’ampleur de la convention qui est beaucoup plus grosse que le Comiccon de Montréal.

On a repéré un gars qui avait un beau sac en tissu à l’effigie de la All Elite Wrestling pour lui demander où il se l’était procuré, croyant qu’on avait affaire à un fan de la compagnie. Il nous a répondu qu’ils les donnaient et qu’il l’avait reçu hier. À notre grand bonheur, on a aperçu quelques temps après des boites en carton remplies de ces sacs offerts gratuitement à tout le monde. Un beau geste de générosité de la AEW car ils auraient facilement pu les vendre. Tout le monde présent sur place, fan de lutte ou non, arborait le logo emblématique et s’en servait pour mettre leurs différents achats parmi l’infinité de marchandises geek en tout genre vendu sur l’étage des artisans. Beaucoup de visibilité pour la nouvelle fédération où leur logo brillait partout.

sac

On ne pouvait difficilement manquer le kiosque de la All Elite car c’était le premier que l’on voyait lorsqu’on pénétrait dans la grande salle. Ils donnaient aussi des affiches de leurs lutteurs dessinés par des artistes de DC comics. Les nouvelles figurines (séries 1 et 2) qui sortiront l’été prochain pouvaient être vu à leur kiosque adjacent.

Après quelques cocktails à l’hôtel, direction Wintrust Arena pour assister au PPV qui aura mûri au travers de quatre mois de Dynamite. Première constatation, nous n’avons pas affaire au même public que la WWE. La majorité du public sont des hommes dans la trentaine et nous n’avons pratiquement pas vu d’enfants. Nos gars de Québec ont eu des bonnes réactions de la foule, eux qui ont eu maille à partir au début avec un total désintérêt il y a à peine un an. Les vignettes ont fait leur chemin et le mystère qui tourne autour du Exalted One garde un bon intérêt du public.

Suite au combat un peu lent entre Dustin Rhodes et Jake Hager pour commencer la carte principale, nous avons eu droit aux deux meilleurs combats de la soirée. En commençant avec Darby Allin et Sammy Guevara, deux jeunes dans la vingtaine, qui ont sorti l’arsenal complet pour venir à bout de l’un et l’autre. Le combat n’aura duré que 5 minutes car ils ont fait un street fight avant que la cloche sonne pour s’amocher le plus possible, nous donnant droit à la portion hardcore du gala.

Le combat par équipe aura amené la foule de Chicago au bout de leur siège du début à la fin. Adam Page n’était pas là pour jouer les doux et n’a démontré aucune moralité pour arriver à ses fins. Malgré toutes les mauvaises actions qu’il pouvait faire, la foule était toujours derrière lui. Il a tenté de faire croiser les fils à Matt Jackson à plusieurs reprises en lui crachant au visage. Il savait que le plus vieux des frères Jackson avait eu des blessures au dos dans le passé et en a profité pour attaquer cette partie du corps avec l’aide de Kenny qui s’est prêté au jeu à contrecœur. Les Bucks ont commencé à en avoir marre et sont allés de quelques gestes salauds de leur côté, notamment en voulant s’attaquer aux blessures du haut du corps de ce dernier. Au milieu du combat, la foule s’est complètement retourné contre eux. Après la victoire des détenteurs des ceintures par équipe, nous avons cru à un revirement des Bucks et Kenny contre Page puis de Adam envers son partenaire mais rien n’est arrivé. La relation toxique des champions se poursuivra dans les prochaines semaines.

Le combat suivant opposant Nyla Rose contre Kris Statlender aura complètement tué l’ambiance de la foule. C’était la position ingrate de la carte de passer après les incroyables combats qu’on venait de voir. Les filles n’ont pas livré leur meilleure performance il faut le dire et c’était presque le silence complet dans l’aréna.

Cody est venu avec tout son entourage (incluant son ami Stephen Amell) sur sa chanson thème interprété en direct par le groupe Downstait. On a manqué la finale car c’était rapide et subtile (même à la télévision) mais MJF contre toute attente, après 2 Cross Rhodes, a trouvé la force nécessaire pour sortir sa bague et frapper au visage son ancien mentor pour ensuite s’effondrer sur lui pour le compte de 3.

Pour l’avant dernier combat de la carte, Orange Cassidy affrontait pour son premier combat en simple à la promotion le bâtard de Pac. Le toit du building a explosé, ce gars-là est tellement populaire. Il a livré une solide performance à mi-chemin entre la comédie et a démontré qu’il pouvait être un lutteur complet mais malheureusement ce n’était pas assez pour venir à bout du britannique. Cassidy est probablement le plus populaire à la All Elite, mais il faudra continuer de l’utiliser avec parcimonie pour que ces combats demeurent uniques.

Combat principal de la soirée qui a couronné le nouveau champion AEW face à Jericho malgré les interférences de l’entièreté des membres du Inner Circle. Personnellement un peu déçu que le règne du champion ne dure pas plus longtemps d’autant plus que c’était peut-être la dernière fois que Jericho mettait la main sur un titre majeur lui qui frôle la cinquantaine. Quelle année il aura eu, sa plus grande en carrière. Moxley semblait vraiment heureux suite à sa victoire, ils ont bien su le bâtir comme un légitime dur à cuir. Un excellent gala dans son ensemble, pas parfait mais presque. Une meilleure construction pour le titre féminin des femmes aurait pu donner plus d’intérêt aux amateurs.

Nous sommes retournés au C2E2 le lendemain. Parmi ceux qu’on voulait absolument voir le dimanche, il y avait MJF. On peut dire que ce n’est peut-être pas le lutteur le plus impressionnant à voir sur le ring (il lutte professionnellement depuis plus de quatre ans) mais au niveau de son charisme et de son talent au micro c’est du jamais vu. Avec de telles capacités, il a le talent pour devenir un incontournable pour sa génération et peut devenir dans les meilleurs « heels » de l’histoire. Il a l’attitude des vieux méchants de l’époque qui ne brisaient jamais le « kayfabe », peu importe où ils passaient.

En apercevant Maxwell au loin avec les individus qui allaient le rencontrer, on voyait que c’était le même MJF qu’à la télévision. Arborant sa face de plâtre sans aucun sourire, il prenait plaisir à envoyer promener tout le monde sur son passage de façon unique. Il a lancé l’affiche du gala au visage d’un fan après lui avoir signé. Il s’est moqué d’une fille un peu ronde en gonflant ses joues et celle-ci de lui répliquer avec un doigt d’honneur. Devant nous il y avait deux frères bien en chair et lorsque c’était leur tour il a pogné la poitrine généreuse d’un des jeunes garçons pour la photo. Il y a eu également l’histoire avec l’enfant aussi qui s’est fait envoyer promener et qui a fait les manchettes récemment. On y a même eu droit à notre grand plaisir dans un moment que nous n’oublierons jamais. Je lui simplement dit suite à sa victoire surprise de la veille :

“You know that Cody is gonna get you one day don’t you?”

“First of all, you get one of the most shitty accent I’ve ever heard. If you ever come to me again and told me those things, I’m gonna punch you in the face. Now you don’t get an autograph just a photo. So look at the camera and get out of here!”, a-t-il repliqué de façon non-chalante.

Il a regardé son cellulaire pendant la photo et n’a effectivement jamais signé l’affiche, seulement Wardlow.

La jeune compagnie floridienne en est peut-être à sa première année d’existence, mais déjà de belles traditions commencent à s’instaurer. On a qu’à penser à l’événement Double or Nothing qui reviendra au MGM Grand Garden Arena à Las Vegas en mai, là où tout a commencé pour le premier événement de signature de la fédération. Le Jericho Cruise reviendra pour une troisième année consécutive pour diffuser l’épisode hebdomadaire de Dynamite. On ne sait pas encore la liste complète des pay-per-views qui reviendront annuellement. On peut espérer qu’avec le grand succès qu’a connu cet événement conjoint, la AEW serait enclin de retenter le coup pour une deuxième année lors du C2E2 qui se tiendra le 26 au 28 mars 2021.

Nous avons vraiment aimé notre expérience et nous envisageons de la renouveler prochainement. Chicago demeure une ville très accessible pour les Québécois qui désirent voir un événement de lutte majeur.

Ce texte est en collaboration avec Guillaume Simard-Lavoie.

RÉAGISSEZ CI-DESSOUS

commentaire(s)

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Rien n’est plus beau qu’un diamant
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
En manque de lutte indépendante? Independentwrestling.tv