Suivez-nous sur Facebook
15/12/2019 | Chroniques

Pour en finir avec le mot fake

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
La mort lente du rest hold
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Susan G Komen, atrocité mondiale

pour-en-finir-avec-le-mot-fake

Beaucoup de fans, et lutteurs y compris, se choquent immédiatement lorsque le mot “fake” survient lors d’une conversation sur la lutte professionnelle. On a qu’à se souvenir du lot de représailles que Joe Rogan reçu lorsqu’il utilisa ce mot durant une de ses baladodiffusions. Même si depuis plusieurs décennies il est bien connu que le sport soit scripté, le mot “fake” ne passe toujours pas. Et pourtant, ce serait le mot à prendre.

Pourquoi encore d’actualité?

La polarisation semble venir à son comble sur le sujet depuis que les médias sociaux font fière allure. L’époque où la lutte professionnelle se devait d’avoir l’air vraie en tout temps est révolue. Il est évident maintenant de dire que le tout est scripté et c’est en acceptant cette perspective que le fan de lutte moyen regarde cela à la télévision. Malgré tout, le mot fake reste aussi tabou que le nom Chris Benoit.

Scripté contre fake

Un mot qui n’existe pas, contre un anglicisme. Le terme “scripté” est beaucoup plus accepté car lorsque ce mot est mentionné, c’est l’aspect théâtre qui semble être affiché tout en tenant compte que les prouesses sont dangereuses et méritent un certain athlétisme. Le mot fake semble avoir une connotation péjorative et sans douleur reliée au sport. Ce qui est faux. Donc l’enjeu est principalement relié à la définition qu’on offre sur chaque terme.

Techniquement parlant

Techniquement, le terme fake serait le plus approprié. Ne serait-ce que parce que le terme “Kayfabe” vient du dérivé de “BeFake”, le mot ne devrait pas donner une sensation d’insulter les athlètes de la profession. Tout comme le cinéma, la lutte peut très bien être classée comme fake sans perdre de crédibilité. La définition du mot dans le dictionnaire n’indique pas qu’il implique la fourberie complète. Elle peut être partielle.

La prochaine fois

La prochaine fois que vous conversez avec un non-fan et qu’il vous mentionne que la lutte professionnelle est fake. Demandez lui sa définition du mot. Neuf fois sur dix vous aurez la même définition que scriptée. On évite les prises de bec inutiles!

RÉAGISSEZ CI-DESSOUS

commentaire(s)

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
La mort lente du rest hold
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Susan G Komen, atrocité mondiale