Suivez-nous sur Facebook
01/02/2020 | Chroniques

Oli Roberge, un “bon diable” en personne!

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Exess de retour dans le ring… par amour pour son fils!
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Mikey Thunder, une étoile montante qui vise le sommet

oli roberge diable personne

Arrogant et rebelle dans son alter ego du “Diable en Personne”, Oli Roberge se montre passionné et très articulé au naturel. Celui qui vient de relancer sa carrière dans le ring oeuvre également comme animateur pour les galas de la Descente du Coude (LDDC) et dès mars, à la Fédération montérégienne de lutte (FML).

Sa passion pour la lutte remonte à longtemps, confie-t-il.

” J’ai commencé à faire de la lutte à 17 ans, à Saint-Jean-sur-Richelieu, en m’entraînant à la 2AW, fédération fondée et gérée par le jeune Ben Brunette et son frère. J’y ai fait une dizaine de combats. Environ un an après mes débuts, la compagnie a dû fermer ses portes. Je suis donc allé brièvement m’entraîner avec du monde de la NCW, mais l’École nationale de l’humour a pris le dessus et j’ai perdu la lutte des yeux pendant sept ou huit ans, tout en caressant secrètement le rêve de remonter sur le ring “, précise Oli Roberge.

C’est plus d’un an après ses débuts comme annonceur à LDDC que le goût de lutter de nouveau a refait surface.

” J’ai donc commencé à aller de fédération en fédération, où l’on pouvait me donner des entraînements pas trop chers et des séminaires de grande qualité (Evil Uno, Mike Bailey et plusieurs autres) avant de me refaire les dents, particulièrement aux Productions EWE à Sainte-Hyacinthe où Le Diable en Personne peut briller librement, peu importe ce que les gens en disent…! “, affirme-t-il.

L’humour fait cependant toujours partie de son parcours de vie.

” Je fais de l’humour sur scène depuis 7 ans. J’ai participé à plusieurs festivals (Juste pour Rire, Zoofest, Minifest ainsi que mon propre festival, le Voyoustival, que j’ai créé avec mon collectif La Gorgée, avec un marathon de 24 spectacles en 24 heures) et j’anime ma soirée à Saint-Jean-sur-Richelieu, le Lagablague, depuis ce même nombre d’années. J’ai fait l’École nationale de l’humour en tant qu’auteur en 2010 “, mentionne Oli Roberge.

Le Diable en Personne vient d’accepter un nouveau défi, soit l’animation des nouvelles soirées de la FML, qui auront lieu aux deux mois à La Boîte (sur la rue Saint-Jacques), en alternance avec les galas tenus au Sanctuaire de Saint-Jean-sur-Richelieu.

” On présentera des shows plus durs, plus adultes que ceux au Sanctuaire qui seront plus familiaux. Déjà, ça va se passer dans un bar, qui saura clairement attirer les fans d’adrénaline et d’action. Sans rien enlever au Sanctuaire, qui peut contenir plusieurs centaines de personnes, La Boîte est plus petite, ce qui permettra de rapprocher le public des artistes et me laissera aussi une toute autre liberté dans mon rôle d’annonceur”, dit-il.

Oli Roberge se dit heureux du retour de la lutte à Saint-Jean-sur-Richelieu, soutenant que les bons ingrédients sont maintenant en place avec la FML, pilotée par Éric “Oz” Ouimet.

Il est d’ailleurs très heureux de poursuivre son expérience avec LDDC, depuis plus de deux ans, au Bar 99 de Montréal.

” Ça m’a permis de rencontrer et d’observer les meilleurs de notre profession et ce, aux premières loges”, soutient-il.

Oli Roberge croit réellement que la lutte québécoise est sur la bonne voie.

“L’Internet, et particulièrement les réseaux sociaux, n’étaient pas aussi avancés qu’aujourd’hui, ce qui change totalement la manière de promouvoir ton produit. En plus, nous sommes dans une toute autre époque côté rayonnement de la lutte en général! La WWE est de retour à la télévision, la AEW ravive la flamme de plusieurs fans épuisés et le niveau de la lutte indy, particulièrement au Québec, est beaucoup plus élevé qu’il y a une dizaine d’années. Moins de neck-bump, plus de technique”, établit-il.

Et, au fait, qui est vraiment “Le Diable en Personne”?

” Le Diable en Personne, c’est la liberté. C’est l’unicité totale ; la rébellion de la nouvelle génération de wrestling-punk. Le Diable en Personne, c’est le désir de briser l’ordre établi par la vieille génération nonchalante, inflexible à la nouveauté. Et je ne suis pas littéralement le Diable, mais je suis bien flatté par ceux qui m’attribuent le titre”, répond-t-il.

On pourra voir en action Le Diable en Personne, ce soir, à la FML (aux côtés de Nova Cain) ainsi que prochainement, le 15 février, aux Productions EWE de Saint-Hyacinthe et le 22 février, à la NBW 2.0 de Drummondville.

(photo principale en haut de l’article : gracieuseté Beaphotographe)

DSC_4742

RÉAGISSEZ CI-DESSOUS

commentaire(s)

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Exess de retour dans le ring… par amour pour son fils!
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Mikey Thunder, une étoile montante qui vise le sommet