Suivez-nous sur Facebook
04/12/2019 | Chroniques

Mike Bailey voit encore plus grand

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Victory Ring en pleine « Action » sur YouTube
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Wrestlemania 29, le jour après

mike bailey A

Depuis quelques années, “Speedball” Mike Bailey enflamme les fans de lutte à travers le monde, mariant à merveille les arts martiaux et la haute voltige.

Bailey a eu la chance d’affronter des grands noms tels Kevin Owens, Michael Elgin, Matt Riddle, Pentagon Jr, Drew McIntyre, Will Ospreay et Aleister Black… et c’est loin d’être terminé.

Celui qui peut légitimement songer à une carrière à la WWE a franchi récemment une étape supplémentaire, en affrontant Flamita (qui a remplacé Bandido) lors de l’événement Honor United UK Tour, présent par Ring of Honor en Angleterre.

Le site www.25yearslatersite.com parle d’ailleurs d’une performance remarquable de Bailey (“Seriously, if anyone from ROH reads this, sign Bailey, sign him now!”).

Mais que nous réserve Bailey pour l’avenir? Lutte.Québec l’a joint afin d’en savoir peu plus.

Que représente tout d’abord sa récente expérience avec Ring of Honor?

« C’est une belle chance d’avoir cette visibilité. Ring of Honor étant une compagnie majeure aux États-Unis, c’est un combat qui a permis à plusieurs fans de me voir lutter pour la première fois. Présentement, un de mes plus grands buts est de me faire reconnaître dans le monde entier comme un des meilleurs lutteurs et je crois quel ça pourrait m’aider énormément à éventuellement atteindre de plus grands objectifs », affirme Bailey.

Banni en 2016 – durant cinq ans – pour avoir traversé la frontière américaine sans visa de travail alors qu’il allait lutter pour EVOLVE, Bailey ne s’en fait pas trop, affirmant être heureux d’avoir pu démontrer son talent sur la scène internationale.

« Depuis mon dernier gala aux États-Unis, j’ai été très chanceux de voyager et de lutter dans de nombreux pays. J’ai appris énormément, j’ai vu plusieurs styles de lutte différents et j’ai fait partie de plusieurs galas, ayant eu la chance de travailler avec les meilleurs lutteurs du monde. Je me suis d’ailleurs grandement amélioré. C’est sûr que je ne peux aucunement savoir où en serait ma carrière si j’avais toujours pu travailler aux États-Unis, mais je suis présentement extrêmement fier de qui je suis devenu en tant que lutteur », déclare-t-il.

Est-ce que la WWE, avec une escale à NXT, est l’ultime rêve de Mike Bailey?

« Pour l’instant, je garde l’esprit ouvert. Je suis très content de continuer à travailler avec DDT au Japon. Le monde de la lutte évolue très rapidement, alors ça me ferait plaisir d’éventuellement lutter pour Ring of Honor, NXT et la WWE ou All Elite Wrestling. Peu importe l’endroit, tant que ça me permet d’atteindre le plus de gens possible », mentionne-t-il.

Bailey est par ailleurs ravi de constater que plusieurs lutteurs québécois (Kevin Owens, Sami Zayn, Dark Order, Ever-Rise, etc.) tirent bien leur épingle du jeu à l’étranger.

« La lutte, surtout indépendante, a récemment grandi rapidement partout dans le monde. C’est donc normal que ça se passe aussi dans un endroit comme le Québec, qui a un long historique au niveau de la lutte professionnelle. Il y a énormément de lutteurs au Québec et au Canada qui ont amplement assez de talent pour lutter n’importe où à travers le monde. C’est juste une question de temps avant que d’autres lutteurs présentement actifs au Québec soient reconnus mondialement », conclut-il.

Mike Bailey donnera un séminaire de trois jours au Dojo de la IWS (10015, Avenue de Bruxelles) du 18 au 20 décembre, de 20h à 22h. Pour en savoir plus ou pour s’inscrire: spectaclesiws@gmail.com.

mike bailey B

RÉAGISSEZ CI-DESSOUS

commentaire(s)

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Victory Ring en pleine « Action » sur YouTube
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Wrestlemania 29, le jour après