Suivez-nous sur Facebook
19/05/2022 | Chroniques

Lutte Académie: tout ce que vous voulez savoir

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Jacques Rougeau c. Patric Laprade: l'histoire d'une mise en demeure
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Matt Menard et Angelo Parker: les premiers Québécois à recevoir 5 étoiles

252D276B-133F-4460-BA9E-223EBD51FD39

Le premier spectacle de Lutte Académie est derrière nous et je trouvais que c’était le bon moment de vous donner une mise à jour sur ce qui se passe avec ce projet, ainsi que tous les détails de ce qui s’est déroulé dimanche dernier, incluant les résultats et les états financiers.

Parlons tout d’abord d’argent.

Premièrement, les lutteurs et lutteuses ne sont pas payés. Pas une grande surprise ici. Et en toute honnêteté, Jacques n’est pas le seul promoteur à ne pas payer ses talents. Par contre, c’est quelque chose qu’on voit de moins en moins. Je me souviens qu’en 2001, quand j’ai débuté sur la scène locale, c’était 98% des gens qui n’étaient pas rémunérés. C’est maintenant une minorité et c’est tant mieux.

Il n’y avait pas de billets en vente pour le public. Quoi? Il n’y avait pas de billets en vente pour le public. Je sais. Ça sonne aussi incroyable la deuxième fois.

De ce que Joseph Fitzmorris, mieux connu sous le nom de Green Phantom me dit, Jacques ne voulait pas prendre la chance que des fans viennent perturber son événement. Il ne voulait pas de « haters ».

Alors qui pouvait y assister?

Des amis et la famille des participants, parce que tous les lutteurs devaient vendre des billets. Un vieux concept de Jacques, qu’il continue de perpétuer ici. Là où le bât blesse, c’est que les gars et filles n’avaient pas une cote sur la vente de billets, contrairement à ce que Jacques faisait à l’époque.

Ce fut d’ailleurs une des choses qui en a refroidi certains. Je n’ai pas de noms, mais certains ont quitté quand ils ont réalisé qu’ils n’étaient pas payés et ce, d’aucune façon (payoff ou pourcentage des billets vendus).

Enfin, les lutteurs et lutteuses ne pouvaient vendre leur propre marchandise à l’événement de dimanche dernier. C’est la chose qui aurait sonné le glas pour Brad Alekxis, qui a quitté le projet à ce moment-là. Rapidement, Jacques l’a retiré de ses amis Facebook. Un classique.

La réaction d’Alekxis est fondée. Surtout quand on sait que Jacques a fait faire des cartes à l’effigie des participants et que personne ne reçoit une cote sur les cartes vendues. Question d’être transparent, d’autres promotions ont déjà eu des cartes et ne donnaient pas une cote aux lutteurs non plus. Mais au moins, ils pouvaient vendre leur marchandise.

De plus, Jacques vendaient quatre différents t-shirts. Il était donc le seul à pouvoir vendre sa marchandise! Un autre classique.

Donc si on récapitule, les participants ne sont pas payés, ne reçoivent pas une cote des billets qu’ils sont obligés de vendre et ne peuvent vendre leur propre marchandise. L’expression « travailler pour rien » n’aura jamais eu autant de sens.

De l’exposure?
Parlons maintenant du concours comme tel.

Oubliez le diffuseur télé. Oubliez une plateforme de streaming. Malgré toutes les présences médiatiques de Jacques, malgré tous les services que certains journalistes lui ont rendu parce que c’était Jacques, le tout sera présenté sur YouTube. La chaîne YouTube de Jacques. Chaîne qui compte un peu plus de 1000 abonnés.

De toute les personnes à qui j’ai parlé, personne n’est en mesure de me dire quand le tout sera diffusé. Ronde par ronde ou le concours en entier à la fin de tout? Cela demeure aussi une inconnue pour l’instant.

Alors quand Jacques essaye de convaincre les participants de ne pas être payés en disant qu’ils vont avoir de l’exposure, c’est de ça qu’on parle. La chance de lutter devant les amis et la famille et sur une chaîne YouTube de 1000 abonnés. Tout une exposure!

Mis à part certaines vidéos d’anciens lutteurs ou de personnalités, la majorité des vidéos promotionnels des participants n’ont pas eu plus de 100 vues et quand ça dépasse 100, ça demeure entre 100 et 200. Même une vidéo de Jacques lui-même a été vue que moins de 200 fois au moment d’écrire ces lignes.

En comparaison, l’IWS a près de 2000 abonnés sur sa chaîne, avec une récente vidéo vue plus de 1000 fois.

Lutte Académie n’a pas de compte Instagram, ou Twitter. Comment loin de la réalité de 2022 le tout est? Jacques en fait la promotion sur sa page Facebook officiel qui contient près de 4000 abonnés et sur une page Lutte Académie qui en contient un peu plus de 1000. Sur l’une ou l’autre des pages, le résultat est le même.

Les promos des participants qui y sont partagés vont chercher moins de 10 likes et pour la grande majorité, aucun commentaire.

En comparaison, la NSPW a près de 6000 abonnés sur sa page et obtient de bien meilleurs résultats pour ses publications.

Tout ça pour dire que le projet de Jacques, tel que prévu, ne viendra pas changer la scène locale. Pendant ce temps, la IWS produit des shows dans les meilleures salles de spectacles montréalaises telles que le MTelus, le Club Soda et l’Olympia et la NSPW fait des malheurs au Diamant à Québec et retourne au stade Canac.

Des votes…avant la diffusion
Continuons avec le concours.

La logique voudrait qu’on puisse voir les matchs et voter pour notre participant préféré afin de l’envoyer à la prochaine ronde. Le gagnant serait celui qui obtient le plus de votes en finale. Ou un mélange entre les votes du public et le vote des juges. La grosse logique, non?

Ben non.

On peut déjà, depuis quelques semaines, voter pour les participants, sans même avoir vu un seul de leur match. Le nombre de votes est d’ailleurs disponible via le site web de Lutte Académie.

Ah. Et j’allais oublié. Chaque vote se fait pour la modique somme de 1.50$. Et vous aurez deviné, les lutteurs et lutteuses n’ont aucune cote sur cet argent. Par contre, 25 cents par vote va à la fondation CARE.

Une rumeur courait à l’effet que les gagnants des combats étaient ceux ou celles qui avaient reçu le plus de votes. Toutefois, quand on regarde le nombre de votes et la liste des gagnants, pour deux des sept matchs, cela ne fonctionne pas. Ou dans tous les cas, pas avec le nombre de votes au moment d’écrire ces lignes. Je n’ai pas vérifié les votes en date de dimanche.

Selon mes informations, les lutteurs décidaient eux-mêmes des gagnants, alors que pour certains matchs, le tout était tiré à pile ou face.

Voici d’ailleurs les résultats (spoilers):

-Raphaël Demers b Marty Lang
-McKenrose b Kathtryn Von Goth
-Kyle Zachary b Steven Mainz
-Will Webster b Alexi Ouromov
-Exess & Exess Jr. b Carlos Gonzalez & Adams Matthews, acc. par Shane Pinto
-Matt Black b « Genesis » Johnny North
-Jeremy Prophet & Karl Jepson acc. par Jessika Black b Paulius Mickus & KL Shock acc. par Chad Daniels

Lang et Mainz étaient des remplaçants pour certains qui s’étaient désistés ou qui ne pouvaient y être. Cependant, pour Mainz, son nom ne se trouve pas dans la liste pour qui on peut voter. On lui aurait promis qu’il serait l’un des premiers candidats appelés pour Lutte Académie 2023. Oui, oui. YouTube a renouvelé le show pour l’année prochaine…

Les gagnants de chaque ronde seront déterminés par les votes et par les juges, chacun avec un pourcentage différent.

Des juges, pas des experts
Les juges pour cette première ronde étaient Jacques lui-même, l’ancien joueur de hockey, maintenant chroniqueur à RDS, André Roy, ainsi que Michel Monette, fondateur et directeur-general de CARE, un centre d’aide et de réinsertion. À part Jacques, pas grands experts de lutte ici. C’est plutôt l’équivalent d’un concours de chants jugés par un chanteur, un politicien et un chauffeur d’autobus.

Aussi, les trois juges seraient aussi les commentateurs pour le spectacle. Ou à tout le moins, on me rapporte qu’ils avaient un casque de commentateur et parlaient durant les matchs.

En ce qui a trait aux états financiers, un message transmis aux participants, duquel j’ai eu une copie, permet de voir que, selon ces chiffres, Jacques aurait perdu plusieurs centaines de dollars. Par contre, dans les faits, on a oublié une source de revenus.

Des pertes, qui deviennent des profits
Voici les états financiers que j’ai reçu:

Revenus
Billets: 8400$ (300 billets à 28$)
Cartes de vote: 500$ (100 cartes à 5$)
Paquets de cartes: 100$ (10 paquets à 10$)
Cartes individuelles: 15$ (30 cartes à 0.50$)
T-shirts: 240$ (12 t-shirts à 20$)
Total: 9255$

Dépenses
Salle: 3800$
Marchandise (incluant cartes de vote): 1750.65$
Arène (avec transport et montage): 900$
Manu Productions: 800$
Nourriture (Subway pour 20 lutteurs): 400$
Vols (3 x 500-600$ chaque): 1600$
Hôtel: (4 chambres à 150$): 600$
Side dishes: 200$
Total: 10 050.65$

Pertes: 795.65$

(Par souci de transparence, le message original indiquait 224$ pour les t-shirts, 9239$ pour le total de dépenses et 561$ en pertes, mais ce ne sont que des erreurs mathématiques)

Par contre, aux revenus, il faut ajouter les votes en ligne, à 1.50$ le vote, moins les 25 cents.

Voici la liste de ceux et celles ayant reçu des votes:

Chad Daniels 139
Amy Crimson 114
Mathis Myre 101
Exess Jr 66
Raphaël Demers 66
Cici Galavis 60
Kathryn Von Goth 52
Bjorg Haaken 45
Dylan Davis 40
Jeremy Prophet 39
McKenrose 33
Will Webster 28
Chantal Roy 25
Mikey Thunder 20
Jessika Black 14
Exess 13
Marty Lang 12
Green Phantom 5
Yayne Harrison 5
Carlos Gonzalez 4
Kyle Zachary 4
Adams Matthews 3
Karl Jepson 2
Mikey Maredes 2
Rayden 1

Les neuf autres participant.es n’ont reçu aucun vote.

Au final, 893 votes pour un total de 1116.25$.

Les revenus sont donc de 10 371.25$ et on ne parle plus de pertes, mais bien de profits, avec un surplus de 320.60$. À moins bien sûr qu’on ait d’autres dépenses non-déclarées.

Qui y participe?
Terminons avec les participants.

Il y a 26 hommes, 7 femmes, répartis en trois catégories: hommes, femmes, équipes.

Par contre, pour les votes, on ne peut voter pour une équipe. Et personne n’a une réponse sur comment les votes vont fonctionner pour les équipes. Est-ce que juste un des deux va passer? Le total des votes pour les deux? On ne sait pas.

De ce qu’on me dit, plusieurs des participants avaient peu d’expérience. Certains avaient trois matchs, d’autres moins de 30. Et d’autres, comme les Jeremy Prophet et Paulius Mickus œuvrent sur le circuit indépendant local depuis des années. Étant donné le peu de réaction positive du côté québécois, certains viennent de Calgary, Winnipeg, l’Ontario et les Maritimes.

Vous vous demandez sûrement pourquoi certains lutteurs acceptent d’y participer?

Plusieurs raisons.

Il y a bien sûr les anciens de l’école de lutte de Jacques ou leurs enfants, comme c’est le cas avec Raphaël Demers, le fils de Serge qui a longtemps joué le rôle de Taloche le clown pour les spectacles de Jacques. D’autres viennent de la connexion FML de St-Jean, une des rares promotions de lutte québécoise à avoir supporté Jacques dans le projet.

Certains ne connaissent pas Jacques et y voient une vraie opportunité. D’autres ont peu de bookings au Québec et voient ça comme un booking parmi tant d’autres. Certains voient ça comme une dernière opportunité alors que d’autres sont impressionnés parce que c’est Jacques.

Et il y a ceux qui ne comprennent pas que la lutte est une business et qui prennent des décisions douteuses. Comme par exemple Jeremy Prophet. Selon ce que j’ai appris, Jeremy tente d’aller chercher le plus de titres au Québec en prévision du concours. Il aurait même refusé une paie, de l’argent, par un promoteur d’une organisation locale en échange qu’on lui fasse gagner le titre.

Je ne sais pas si j’ai le goût de rire ou de pleurer.

Et les gagnants sont…
Il reste trois spectacles à Lutte Académie, soit la deuxième ronde préliminaire au mois de juin et les deux rondes éliminatoires au mois d’août.

J’espère sincèrement que les conditions salariales des participants s’amélioreront d’ici là, sinon, spoiler alert, les deux seuls gagnants du concours seront le Club Soda et Jacques!

RÉAGISSEZ CI-DESSOUS

commentaire(s)

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Jacques Rougeau c. Patric Laprade: l'histoire d'une mise en demeure
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Matt Menard et Angelo Parker: les premiers Québécois à recevoir 5 étoiles