Suivez-nous sur Facebook
02/04/2017 | Chroniques

Weekend de WrestleMania 1ère partie: WrestleCon, SHIMMER, Axxess

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Le Poing: Analyse complète du dernier spectacle de la WWE à Montréal
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Weekend de WrestleMania 2e partie: NXT, meilleurs matchs, prédictions pour Mania

Pat Laprade

Pat Laprade

Mesdames, messieurs, je vous l’annonce officiellement: Orlando est lutte. Il n’y a aucun doute là-dessus. Une quarantaine d’événements de lutte y sont présentés entre jeudi dernier et mercredi prochain. C’est complètement fou. Et c’est sans compter les spectacles de Jim Ross, le WWE Hall of Fame, et le WrestleCon, la plus grosse convention de lutte de l’année.

D’ailleurs je voulais écrire une chronique vendredi, mais je vends mon dernier livre, Sisterhood of the Squared Circle, au WrestleCon, et ça a pris pas mal de mon temps.

Le Con était rempli de vedettes d’hier et d’aujourd’hui. De Lita à Jessicka Havok, de Bushwacker Luke à Colt Cabana en passant par Wendi Richter, Ric Flair, Scott Hall, les Québécois Jacques Rougeau et Tiger Jackson et j’en passe. Beaucoup de monde comme toujours. Contrairement à l’an dernier, les spectacles de lutte associés au WrestleCon ne se déroulent pas dans la même salle que le Con, mais plutôt à une vingtaine de minutes à pied.

Team Ospreay vs Team Ricochet: magnifique mais pas pour tout le monde
Vendredi soir, je suis allé voir le WrestleCon SuperShow, un des spectacles les plus courus à chaque année. Un long show cependant, qui a débuté à 20h50 pour se terminer presque quatre heures plus tard.

J’ai particulièrement aimé le 5 vs 5, Team Ricochet (avec Sami Callihan, AR Fox, Jason Cade & Dezmond Xavier) vs Team Will Ospreay (avec Drew Galloway, Marty Scurll, Ryan Smile & Lio Rush). Un match de 40 minutes qui n’était pas fait pour tout le monde. Assez difficile à décrire, mais en résumé, c’était un mélange de théâtre expérimental, de gymnastique et de comédie musicale. J’ai vu un Spanish Fly à l’extérieur sur les huit autres lutteurs. En plein milieu du match, tout le monde a arrêté de lutter et la toune de Mark Ronson et Bruno Mars Uptown Funk s’est faite entendre et on a eu droit à un concours de danse qui a duré les 4 minutes 30 secondes de la chanson et qui s’est terminé quand Galloway a ramené tout le monde à l’ordre. La foule était complètement derrière ce type de match. Bon match devant la bonne foule. Après le combat les 10 gars ont même fait un salue un peu comme une troupe de théâtre. Je vous conseille d’acheter le DVD, car je ne peux y faire justice en quelques lignes. Rush, Ospreay, Ricochet et Scurll sont dans une classe à part.

Après l’intermission, nous avons eu droit à une bataille royale de type Royal Rumble avec le who’s who de la lutte professionnelle. Moose, Billy Gunn, Swoggle (comme dans Hornswoggle), Too Cold Scorpio, Shane Douglas, Shannon Moore, Kevin Thorn, Joey Ryan, Hurricane, Abyss, Gangrel, Marty Jannetty (très courte présence marquée d’un chant de « Marty’s wasted ») et plusieurs autres.

À un moment donné Moose et Gunn, deux gars de 6 pieds 5 ont fait un face à face, seulement pour voir Swoggle sortir des rideaux. Ce dernier s’est interposé dans le face à face et la foule a suivi avec un « Fuck’em up Swoggle fuck’em up »!

La fin a vu Swoggle gagner en sortant Ryan. Il se méritait donc un titre qui est défendu 24/7, un peu comme le défunt titre Hardcore de la WWE. Ryan a donc immédiatement battu Swoggle, mais n’a pas eu le temps de célébrer que la musique de Sandman se faisait entendre. Oui, oui. Sandman. On a joué Enter Sandman de Metallica au complet avant qu’il ne rentre dans l’arène, donne un coup de kendo stick en pleine gueule à Ryan et remporte le titre à son tour. Un beau segment pour les nostalgiques.

Dans ce qui a aussi retenu mon attention, un TLC match entre Johnny Mundo accompagné de Taya et Brian Cage accompagné de Melissa Santos (l’annonceure de Lucha Underground). Bon match qui a vu Cage faire un powerbomb à Taya à travers une table et Mundo un spear sur Santos à travers une autre. Après autant de pop et de gimmicks, le match par équipe entre les Hardys et Penta el 0M & Rey Fenix, sans stipulation ni accessoires, a paru un peu fade.

WWE Axxess: De tout pour l’amateur
En fin d’après-midi, j’ai également assisté à quelques matchs présentés dans le cadre du WWE Axxess, la convention exclusive à la WWE.

J’ai eu droit à trois matchs de lutte féminine et curieusement le meilleur des trois ne mettait pas aux prises des lutteuses de NXT.

Liv Morgan et Aaliyah ont battu Bille Kay et Peyton Royce. J’ai trouvé que Morgan, à cause de son côté plus énergique, était la meilleure babyface des deux. Moment cocasse lorsque Kay, Royce et Aaliyah était dans le ring, un fan a crié « USA, USA », pourtant il y avait deux Australiennes et une Canadienne. Daria Berenato a battu Macey Estrella, une ancienne brute de la marine américaine à qui on essaie de donner un personnage de cheerleader babyface qui est voué à l’échec. Mais finalement, Toni Storm de l’Australie a fait face à Jinny du Royaume-Uni et les deux ont offert un excellent combat. C’était le match où la lutte était la plus solide, où il y a eu le plus de réactions, sans toutefois qu’aucune des deux lutteuses n’aient un personnage sortant d’une bande dessinée. Il ne serait pas surprenant de les voir toutes les deux dans le tournoi féminin qui a été annoncé samedi.

Pour ceux moins familier avec Axxess, c’est l’expérience totale pour un fan de la WWE. Il peut prendre une photo dans la cage à requins, dans l’Elimination Chamber, imiter les entrées en sortant des rideaux avec la musique et tout, faire une promo et l’enregistrer. Pour les enfants, un ring de blocs de styromousse permet aux plus jeunes de faire des descentes du coude du 2e, mais de façon supervisée. Et pour les collectionneurs d’autographes, on y retrouve toutes les vedettes de la WWE et de NXT à différents moments, sur différentes journées.

SHIMMER, des Québécoises se distinguent
Samedi, j’ai assisté au spectacle de SHIMMER, la meilleure promotion de lutte féminine en Amérique du Nord et la promotion où ont lutté les Bayley, Paige, Asuka, Becky Lynch et plusieurs autres avant de signer avec la WWE. Il faut s’attendre d’ailleurs à ce que plusieurs des lutteuses qui y performent en ce moment soient invitées au tournoi féminin.

Ceci dit, quatre matchs ont retenu mon attention.

Deux Québécoises y luttaient, alors que dans un premier temps, LuFisto a défait Leva Bates avec une nouvelle prise de finition assez dévastatrice. Puis, la co-championne par équipe de SHIMMER, Vanessa Kraven, en équipe avec Tessa Blanchard (la fille de Tully) ont défait l’équipe composée de Mia Yim et Kay Lee Ray, dans l’un des meilleurs matchs du show. Les autres combats ayant sorti du lot ont été la finale opposant la championne Mercedes Martinez face à Candice Lerae. Martinez fait partie de l’excellent Trifecta, avec la championne HEART de SHIMMER (Un titre secondaire) Nicole Savoy et l’ancienne combattante de MMA et amie de Ronda Rousey, Shayna Baszler. Lerae de son côté a eu droit à un chant de « Candice Wrestling » était donné que c’est bien connu qu’elle est la conjointe de Johnny Gargano et que celui-ci se fait surnommé « Johnny Wrestling ». Le dernier match d’importance a été celui opposant Dulce Garcia (anciennement Sexy Star) à l’Aistralienne Kellyanne. Un vrai bon match de lutte. Bref, de l’excellente lutte féminine et un très bon show en général.

En rafale…
-Je ne suis pas allé au WWE Hall of Fame, une cérémonie à laquelle j’ai déjà assisté par le passé et que je finis par trouver assez longue sur place, mais bien plus agréable à écouter devant son téléviseur.

-Plus tard dans la journée de dimanche, je vous donnerai mes impressions du spectacle de NXT auquel j’ai assisté, ainsi que mes prédictions finales pour WrestleMania.

-Dans quelques heures, soit vers les 6h40 du matin, je serai en entrevue à Salut Bonjour Weekend, afin de parler des Québécois Kevin Owens, Maryse Ouellet, Sami Zayn et de leur match respectif à WrestleMania.

-J’ai mis sur mon Facebook quelques photos des différents shows et conventions auxquels j’ai assistés, je vous invite à les apprécier.

Resto-Bar
Cette chronique est une presentation du Resto-Bar Coin du Métro. Le Resto-Bar Coin du Métro, 10 719 Lajeunesse, l’endroit par excellence pour tous les événements sportifs tels que le hockey, le soccer, la boxe, la lutte et le football à Montréal! Vous pouvez aussi consulter leur page Facebook.

Bonne lutte à tous et à toutes!

Si vous avez des questions, des suggestions ou des commentaires, n’hésitez pas à communiquer avec moi au patric_laprade@lutte.quebec, sur ma page Facebook ou sur mon compte Twitter.

RÉAGISSEZ CI-DESSOUS

commentaire(s)

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Le Poing: Analyse complète du dernier spectacle de la WWE à Montréal
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Weekend de WrestleMania 2e partie: NXT, meilleurs matchs, prédictions pour Mania