Suivez-nous sur Facebook
30/06/2017 | Chroniques

Le Poing: Survol de la division féminine avec le MITB et le Mae Young Classic

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Entrevue exclusive: Raymond Rougeau, « une joie immense de retourner derrière un micro! »
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Le Poing: Bilan de mi-année pour la lutte québécoise

Pat Laprade

Pat Laprade

On le sait tous, la WWE met beaucoup plus d’emphase sur sa division féminine qu’à n’importe quelle autre époque de son existence. Ce n’est pas la première fois que Vince McMahon tente l’expérience, lui qui a essayé de créer une division digne de ce nom avec Wendi Richter dans les années 80 et Alundra Blayze dans les années 90. C’est cependant la première fois que l’expérience dure aussi longtemps. Si vous comptez NXT, ça va bientôt faire trois ans et demi. Sinon, au début juillet, ça va faire deux ans que Charlotte, Becky et Sasha ont fait le grand saut.

Il y a eu des hauts et il y a eu des bas lors de ces 24 mois. Mal partie, alors qu’on a décidé de jouer au professeur et d’imposer des équipes à la foule, la rivalité Charlotte-Sasha aura permis à la division de bien s’établir. Par contre, la défaite de Sasha à Boston devant ses partisans alors que les deux participaient à la première finale toute féminine d’un PPV de l’histoire de la WWE, finale qui n’a pas été mise en valeur parce que la décision avait été prise à la dernière minute, vient quelque peu porter ombrage à cette rivalité. Si Alexa Bliss est devenue l’une des meilleures performeuses de la compagnie, l’équipe de création a vraiment échappé la balle avec Bayley, qui s’est fait huée dans un segment avec Bliss récemment. Si en Naomi la WWE compte sur une des femmes les plus athlétiques de son alignement, une excellente rescapée de l’ère Divas, elle n’a pas pris la meilleure des décisions en n’attendant pas à WrestleMania pour faire gagner le titre à Bayley et pour donner à Charlotte une première défaite en PPV, avec le résultat qu’on connait pour l’athlète de San Jose.

Bref, pour chaque bon coup que la WWE fait pour la division, elle en a fait un moins bon. Et Money in the Bank d’il y a deux semaines n’était pas différent.

Il s’agissait du premier MITB féminin de l’histoire et on aurait dû le traiter ainsi. Tout comme la première finale d’un PPV, on ne peut avoir une deuxième première fois. On peut s’améliorer, on peut réparer nos erreurs, mais le souvenir de la première fois sera toujours là. Alors bien que je n’ai rien contre le choix de Carmella pour remporter le combat, même si ce n’est pas mon choix personnel, c’est plutôt de la façon qu’elle l’a gagné qui me laisse perplexe. Si on veut mettre l’emphase sur la division féminine, selon moi, ça veut aussi dire mettre l’emphase sur les lutteuses comme telles. Dans ce type de match, pour la première fois à tout le moins, une des filles aurait dû monter sur l’échelle et s’emparer de la valise. Tu veux avoir le visuel pour promouvoir la lutteuse et le match, et aussi pour la prospérité. Le visuel que tu ne veux pas avoir c’est celui d’un maigrichon sans menton qui monte sur l’échelle et qui donne la valise à la fille trop belle pour lui. J’aurais eu moins de problème si Ellsworth avait aidé Carmella à gagner mais que celle-ci serait montée elle-même dans l’échelle. Ou si cette façon de terminer le match était survenue lors du deuxième ou troisième MITB.

Pas mieux lors de SmackDown Live

Pire encore, lors du SmackDown Live qui a suivi, malgré une bonne promo heel de Carmella, on a dévié des principaux enjeux entourant le combat, soit le premier MITB féminin et les lutteuses y participant. On s’est amusé à clamer d’autres premières comme la première fois qu’un non-participant décrochait la valise et la première fois qu’un gagnant devait redonner la valise. Au lieu d’avoir hâte au match revanche, on voulait davantage voir Daniel Bryan donner une bonne volée à James Ellsworth. C’est d’ailleurs le moment où Bryan a menacé de casser la gueule à Ellsworth qui a suscité la plus forte réaction de la foule.

On a essayé de réparer l’erreur mardi dernier, en donnant justement le visuel de Carmella en haut de l’échelle et en mettant plus de focus sur les filles. Mais l’envers de la médaille c’est qu’on a laissé la valise à la même lutteuse, qui n’est pas plus détestée qu’il y a deux semaines, car la chaleur s’est dirigée vers Ellsworth. L’idée d’un MITB féminin en était une bonne, mais la façon de terminer le combat a laissé un goût amer, le SmackDown Live qui a suivi encore plus et l’émission de cette semaine n’aura servi à rien car on se retrouve avec la même aspirante numéro un, sans que celle-ci soit plus détestée de la foule.

Et pendant tout ce temps, on en oublie presque la championne, Naomi, qui doit lutter contre Lana, parce que toutes les bonnes lutteuses font partie de cette histoire. Et moi qui croyais que l’emphase devait être mis davantage sur la championne et son titre, ou minimalement tout autant.

Le Money in the Bank du 18 juin était le premier, c’était sur le cinquième plus gros PPV de l’année, c’était le bon moment de le faire comme il faut.

Qui participera au Mae Young Classic?
Ceci dit, la WWE est toujours derrière sa division féminine. Une belle preuve est que cette semaine, pour la première fois de l’histoire (une autre première!), Raw, SmackDown Live et NXT avaient tous un match de la division féminine en finale. Ce qui n’est pas rien. Les décisions à la WWE sont ultimement prises par Vince McMahon, tandis que ce sont Paul Levesque et Stephanie McMahon qui ont poussé fort pour que les lutteuses soient mieux représentées dans la compagnie. Et Levesque gère ce qui se déroule à NXT, lors des différents tournois qu’on voit sur le Network et voit à l’embauche du nouveau personnel, la division féminine demeura une priorité pour l’organisation.

D’ailleurs, dans moins deux semaines aura lieu le Mae Young Classic, un tournoi où 32 lutteuses auront la chance de se faire voir par la haute direction et d’améliorer leur sort, que ce soit en devenant régulières sur les émissions télévisées et les tournées de NXT ou en étant tout simplement embauchées par la WWE.

Il sera donc normal de retrouver parmi ces 32 lutteuses des filles qui font uniquement les spectacles de NXT non-télévisés en Floride, des filles qui sont signées mais qui s’entraînent encore à temps plein au Performance Center et des lutteuses du circuit indépendant. Douze noms ont pour l’instant été annoncés et neuf d’entre elles ne causent aucune surprise et faisaient partie de ma mock list.

Lutteuses annoncées
1-Toni Storm
La championne féminine de Progress, j’ai vu lutter Storm à Orlando lors de la semaine de WrestleMania et elle m’avait beaucoup impressionné.

2-Sarah Logan
Logan était connue sur le circuit indépendant sous le nom de « Crazy » Mary Dobson et est signée avec la WWE depuis octobre 2016, mais n’avait pas encore débuté sur les ondes de NXT, uniquement sur les spectacles non-télévisés en Floride.

3-Lacey Evans
Même chose pour Evans, une ancienne marine américaine qui s’appelait Macey Estrella il n’y a pas si longtemps.

4-Tessa Blanchard
Blanchard est la fille de Tully et la belle-fille de Magnum T.A. Je la connais depuis quelques années maintenant alors qu’elle est devenue une régulière à SHIMMER et elle a fait quelques apparitions déjà pour NXT. Elle est la conjointe du lutteur Ricochet. Blanchard est une naturelle, très bonne heel, qui fait équipe de façon régulière avec la Québécoise Vanessa Kraven à SHIMMER (elles sont championnes par équipe) et je ne serais pas surpris qu’elle soit signée, elle qui n’est âgée que de 21 ans.

5-Abbey Laith
Laith est l’ancienne Kimber Lee, que je connais bien également car elle a passé quelques années à SHIMMER et a déjà lutté à Montréal pour NCW Femmes Fatales. Excellente lutteuse, elle avait signé avec la WWE au début de l’année.

6-Taynara Conti
Conti, une Brésilienne, avait fait ses débuts à NXT lors d’une bataille royale dans un événement non-télévisé en Floride au mois de mai.

7-Bianca BelAir
BelAir a participé à une bataille royale lors d’un enregistrement de NXT et performe sur les spectacles non-télévisés depuis septembre 2016, sous le nom de Bianca Blair.

8-Vanessa Borne
Bourne a fait des spectacles non-télévisés de NXT de façon assez sporadique cependant depuis aout 2016 sous e nom de Danielle Kamela.

9-Evie
Une excellente lutteuse de la Nouvelle-Zélande, qui a lutté régulièrement pour SHIMMER, mais qui n’est pas encore assignée sur la route. Elle vient tout juste de recevoir son nouveau nom, Dakota Kai.

10-Princess Sugehit
Provenant du Mexique, elle a 37 ans et lutte depuis 21 ans. Je comprends qu’on a voulu intégrer une Mexicaine dans le tournoi, cela dit son choix me surprend, car lorsque nous avions fait la recherche pour notre livre sur l’histoire de la lutte féminine, Dan Murphy et moi avions préféré parler des sœurs Apache et de Sarah Stock, une Canadienne qui a permis à la lutte féminine de renaître à la CMLL. Fabi et Mary Apache, qui ont le même âge, me semblaient donc de meilleurs choix, mais Stock, qui travaille maintenant au Performance Center, a lutté à plusieurs reprises avec Sugehit au Mexique et le lien était peut-être plus fort avec elle qu’avec d’autres luchadoras.

11-Kavita Devi
Devi est la moins connue. Elle est d’origine indienne, a été entraînée par le Great Khali et avait fait les essais de la WWE à Dubai en avril dernier. Un autre choix surprenant.

12-Jazzy Gabert
Gilbert est mieux connue sur le circuit indépendant sous le nom de Alpha Female. Elle vient d’Allemagne, mais a beaucoup lutté au Royaume-Uni, au Japon et même pour la TNA. Son choix est quelque peu surprenant, car malgré son physique imposant (6 pieds 1, 190 livres), elle a 35 ans et avait débuté une carrière en arts martiaux mixtes depuis presqu’un an.

Il est donc à se demander qui seront les 20 autres lutteuses choisies pour le tournoi. Voici donc mes choix personnels, en regardant tout d’abord du côté des lutteuses signées par la WWE.

Prédictions (lutteuses signées par la WWE)
13-Julia Ho, une Américaine d’origine asiatique, une chanteuse qui a aussi fait du MMA et qui s’est entraînée avec Brian Kendrick.

14-Mary Kate, qui est l’ancienne Rosie Lottalove à la TNA et qui est avec la WWE depuis avril dernier. Elle vient de recevoir un nouveau nom cette semaine, Sage Miller, ce qui laisse présager que sa présence dans le tournoi sera annoncée sous peu.

15-Victoria Gonzalez, la fille de l’ancien lutteur Ricky Gonzalez, qui a participé à une bataille royale lors d’un enregistrement de NXT et qui a fait quelques spectacles non-télévisés depuis le début de l’année

16-Demi Bennett, une Australienne de 20 ans qui luttait dans son pays depuis 2013 et qui a signé avec la WWE en février dernier

17-Isabel Lahela, une haltérophile canadienne de 22 ans qui s’entraînait à Toronto avec Superkick’d Wrestling et qui a signé avec la WWE en février.

18-Kairi Hojo, une des meilleures lutteuses au monde, régulière de Stardom au Japon, qui vient tout juste d’être signée.

19-Io Shirai, elle est probablement la meilleure lutteuse en provenance du Japon et l’une des meilleures au monde, ancienne championne de Stardom. La rumeur veut qu’elle n’en fasse pas partie, mais bon, les choses changent rapidement.

20-Nixon Newell, une lutteuse du pays de Galles, qui a lutté pour SHIMMER et Stardom et qui n’a pas encore été assignée sur la route. Elle a performé dans le match du week-end selon moi lors des enregistrements de SHIMMER de l’automne dernier

21-Thea Trinidad, anciennement Rosita à la TNA, elle vient tout juste de signer avec la WWE au début du mois de juin

22-Zhao Xia, une adepte des arts martiaux et originaire de la Chine, elle fait partie du contingent de lutteurs à avoir été signés de la Chine l’an dernier

23-Sonya Deville, anciennement connue sous le nom de Daria Berenato, elle a fait quelques matchs télévisés pour NXT, mais pas assez pour ne pas faire partie du tournoi

Pour les dix autres, on se doit de tourner notre attention vers les lutteuses du circuit indépendant.

Prédictions (lutteuses sur le circuit indépendant)
24-Shayna Baszler, ancienne combattante de MMA avec le UFC et Invicta, elle a débuté sa carrière de lutteuse l’an dernier et connaît une ascension fulgurante. Je l’ai vu en action à plusieurs reprises et elle est vraiment solide. Elle est aussi une des amies de Ronda Rousey et fait partie de leur version des Four Horsewomen.

25-Nicole Matthews, de la Colombie-Britannique, elle a déjà eu un match à NXT, et est régulière pour SHIMMER depuis des années, où elle fut championne en simple et en équipe. Elle fait partie de l’élite de la lutte féminine.

26-Candice LeRae, elle fait le tour des promotions depuis des années, mais s’est surtout fait connaître à la PWG. Régulière à SHIMMER, elle aussi a eu un combat à NXT et est la conjointe de Johnny Gargano, ce qui lui a valu le surnom de Candice Wrestling. Je ne serais pas surpris qu’elle soit signée à la suite du tournoi.

27-Rachel Ellering, fille de Paul Ellering, qui est le gérant actuel des Authors of Pain, elle a eu plusieurs combats avec NXT sans toutefois être signée. Ça pourrait changer après le tournoi.

28-Viper, une lutteuse d’Écosse, qui a beaucoup lutté au Royaume-Uni, mais aussi à SHIMMER et qui lutte depuis près de 10 ans

29-Mia Yim, ancienne championne de TNA sous le nom de Jade, lutte sur le circuit indépendant depuis longtemps. Comme plusieurs, je la connais depuis longtemps, elle a déjà lutté à Montréal et elle est capable de mieux performé que ce qu’on a vu d’elle à la TNA.

30-Jinny, une lutteuse d’Angleterre, qui a fait partie de la finale qui couronnait la première championne de Progress. C’est elle qui luttait contre Toni Storm dans le match que j’ai vu à Axxess à Orlando lors de la semaine de WrestleMania.

31-Nicole Savoy, une qui s’est le plus démarquée dans les dernières années, un charisme naturel, qui lutte régulièrement à SHIMMER, et qui lors de la semaine de WrestleMania à Dallas en 2016, avait été la lutteuse qui avait le plus impressionnée les recruteurs de la WWE. Si ce n’était pas d’une blessure, elle serait déjà signée avec la WWE. Après avoir vu un seul match d’elle, j’étais sûr qu’elle serait signer dans un avenir rapproché. Cet avenir semble de plus en plus près.

32-LuFisto, championne de SHINE, tout comme Martinez, la Québécoise est un choix logique compte tenu de son expérience et de sa position sur la scène en ce moment. Avec ses 20 ans d’expérience, ou malgré ses 20 ans, elle est au sommet de la promotion féminine la plus près de la WWE alors que SHINE fait partie du groupe WWN qui comprend aussi Evolve.

Bien évidemment, d’autres lutteuses pourraient être considérées. La Québécoise Vanessa Kraven, la championne SHIMMER/WSU/Femmes Fatales Mercedes Martinez ou l’Écossaise Kay Lee Ray seraient aussi d’excellents choix. Les blessures, signatures de contrats et papiers légaux pour travailler aux États-Unis peuvent aussi venir changer la donne pour certaines.

La WWE avait originalement annoncé que des lutteuses de 17 pays différents prendraient part au tournoi. La présente liste couvre les États-Unis, le Canada, la Chine, le Japon, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, l’Angleterre, le Pays de Galles, l’Écosse, le Mexique, l’Inde, le Brésil, pour un total de 12. Ceci dit, on peut donner l’origine qu’on veut aussi à une lutteuse. Par exemple, Mia Yim est une Américaine d’origine Coréenne.

Les enregistrements du Mae Young Classic seront les 13 et 14 juillet et quatre épisodes seront disponible le 28 août et quatre autres le 4 septembre, la WWE voulant s’inspirer du succès que Netflix remporte avec le visionnage boulimique (que je déteste cette expression!), mieux connue sous le nom de binge watching. La gagnante sera couronnée lors d’un événement présenté en direct de Las Vegas sur le WWE Network, soit le 12 septembre à 22h après la diffusion de SmackDown Live.

En rafale…
-Quelle bonne idée de donner les commandes du tournoi féminin à Jim Ross et Lita. Un commentateur d’expérience, le meilleur dans la business, et une ancienne lutteuse et championne de la WWE, qui représente une époque où la lutte était drôlement plus écoutée. Bref, j’en suis ravi.

-La Floride vibrera donc au son de la lutte féminine en juillet, alors que la promotion toute féminine SHINE fera elle aussi un tournoi, pour couronner la championne NOVA, un deuxième titre pour la promotion. Le tournoi aura lieu les 14 et 16 juillet et parmi les huit lutteuses annoncées, on y retrouve entre autres Ivelisse, qu’on a pu voir à Lucha Underground.

-Pour ceux et celles qui se demandent, je n’ai pas encore vu la série GLOW sur Netflix. C’est à mon agenda du week-end. Je vous en reparlerai.

Resto-Bar
Cette chronique est une presentation du Resto-Bar Coin du Métro. Le Resto-Bar Coin du Métro, 10 719 Lajeunesse, l’endroit par excellence pour tous les événements sportifs tels que le hockey, le soccer, la boxe, la lutte et le football à Montréal! Vous pouvez aussi consulter leur page Facebook.

Bonne lutte à tous et à toutes!

Si vous avez des questions, des suggestions ou des commentaires, n’hésitez pas à communiquer avec moi au patric_laprade@lutte.quebec, sur ma page Facebook ou sur mon compte Twitter.

RÉAGISSEZ CI-DESSOUS

commentaire(s)

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Entrevue exclusive: Raymond Rougeau, « une joie immense de retourner derrière un micro! »
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Le Poing: Bilan de mi-année pour la lutte québécoise