Suivez-nous sur Facebook
20/10/2015 | Chroniques

Le Poing: La petite histoire des sites Internet de lutte au Québec

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Le Poing: Quel est le futur de NXT?
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Le Poing: Tout le monde en parle de Kevin Owens!

internet-company

Pat Laprade

Pat Laprade

Alors que depuis le début du 20e siècle les journaux ont toujours été le média d’information de prédilection pour la lutte professionnelle, l’arrivée dans les années 90 de l’Internet a quelque peu changée la donne. Auparavant, la seule façon de savoir ce qui se passait dans d’autres villes ou d’autres pays, c’était par le biais des journaux ou des revues spécialisées. Maintenant, on peut avoir les résultats au fur et à mesure que les spectacles avancent. L’Internet a aussi fait en sorte que bien des informations qui n’étaient pas accessibles au commun des mortels soient soudainement très faciles à trouver et a ainsi mis la lutte à nue d’une certaine façon.

En contrepartie, les sites Internet, les forums de discussion et les réseaux sociaux sont devenus d’autres médias sur lesquels les fédérations peuvent compter, puisqu’ils peuvent ainsi intéressés des fans d’un peu partout dans le monde. Des fédérations comme l’ECW, la ROH et la IWS ont d’ailleurs capitalisées là-dessus.

Si avec le temps les sites Internet du Wrestling Observer de Dave Meltzer et SLAM Wrestling de Greg Oilver sont devenus des références, le Québec n’a pas fait exception à la règle, loin de là.

Lutte.com, le premier de plusieurs
En 1994, un jeune universitaire de Sherbrooke du nom de Steve Charette, un fervent amateur de lutte, a décidé de créer une page Internet sur la lutte professionnelle pour un travail dans l’un de ses cours.

Le fondateur de Lutte.Com Steve Charrette (à droite) en compagnie de Jacques Rougeau

Le fondateur de Lutte.Com Steve Charrette (à droite) en compagnie de Jacques Rougeau

« Mon premier site sur Internet fut publié en 1995, raconte Charette. Mais j’ai réservé le domaine lutte.qc.ca en 1996 pour y transférer ma page personnelle que j’avais depuis déjà quelques temps. Puis j’ai acquis le domaine lutte.com en 1998. »

Lutte.com était en effet devenu la référence en matière de site Internet au Québec, mais aussi pour la langue française.

« À ma connaissance, lorsque j’ai créé ma première page, il n’y avait rien sur la lutte en français », souligne Charette.

De plus, pendant que les sites anglophones se concentraient sur les opinions et les nouvelles, lutte.com apportait quelque chose de différent.

« J’étais le premier, toutes langues confondues, à offrir une grosse banque de photos sur Internet. »

Lutte.com et particulièrement Steve Charette ont aussi aidé à faire connaître la lutte québécoise en organisant des concours, en couvrant les événements et, ultimement, en y créant une section. Après plus de deux millions de visites, le site a fermé le 5 octobre 1999, Charette étant de plus en plus impliqué au niveau de la lutte québécoise avec l’ICW de Ludger Proulx et son temps devenant difficile à gérer.

En 1997, Jean-François Kelly était webmaître d’un site appelé l’Almanach de Lutte Professionnelle que les gens de RDS trouvaient bien fait. Ils demandent donc à Kelly de s’occuper de la section lutte pour rds.ca. On y retrouvait des nouvelles sur les fédérations majeures et aussi sur la lutte au Québec. Jusqu’à tout récemment, Kelly était encore impliqué dans cette section, qui n’existe plus aujourd’hui, mais qui a duré une bonne douzaine d’années. C’est d’ailleurs grâce à cette implication qu’il a pu travailler sur diverses émissions de lutte à RDS, dont la plus récente, TNA Impact.

En 1999, suite au succès de lutte.com, cinq autres sites voient le jour, ironiquement l’année où lutte.com a fermé ses portes.

Le 1er juillet 1999, sous le contrôle Internet de Pierre Bouchard, quebeclutte.qc.ca, communément appelé Québec Lutte, fait ses débuts. Avec lutte.com, il est reconnu comme étant l’un des pionniers à avoir couvert de façon rigoureuse la lutte indépendante au Québec, avec en tête Danielle Lafrance qui couvrait ce qui se passait au Québec.

« On a certainement contribué à augmenter l’intérêt », raconte Nicolas Brouillette.

Bien que Bouchard en était le webmaître, ceux qui prenaient les décisions étaient justement Brouillette et Martin Dubuc. Le site a fermé ses portes en 2002.

Toujours en 1999, Martin Hudon, mieux connu dans les sphères Internet sous le nom de Kid Hammer, ouvrait le site Luttemedia.com. Depuis 1996, Joël Meilleur (Meyer) opérait un site qui s’appelait « Pour fan de la WWF seulement ». Hudon collaborait d’ailleurs au site.

« J’ai créé le Journal Le P’tit Paquet qui fut un réel succès. », se souvient Hudon.

Le site était devenu trop gros et Hudon décida d’ouvrir Luttemedia avec un de ses amis. Le site a fermé ses portes en 2001.

En mars 1999, Claude Leduc ouvrait le site les Étoiles de la Lutte, consacré aux étoiles d’autrefois, particulièrement aux lutteurs québécois des années 80. En janvier 2000, les Étoiles de la Lutte était intégré dans un site plus général, Lutte Pro Québec, qui couvrait aussi la lutte indépendante au Québec. Le site est resté ouvert jusqu’en 2008. Leduc a pour sa part collaboré avec plusieurs sites dont Québec Lutte et Info-Lutte. Il a été l’un des plus actifs à couvrir la lutte récente au Québec.

Philippe Leclair avait fait un refonte de son site afin d'intégrer les promotions locales

Philippe Leclair avait fait un refonte de son site afin d’intégrer les promotions locales


AttitudeQC, là où tout a commencé pour moi
Le 23 août 1999, Philippe Leclair, alors un étudiant à l’UQAM, crée avec l’aide de deux de ses amis, Jonathan Valois et Louis-Philippe Lévesque, un site Internet, WWF Attitude, qui traite la lutte avec un peu plus de désinvolture et d’humour que les autres sites.

« Je trouvais que les autres sites étaient trop sérieux et trop détaillés. Je ne voulais pas nécessairement savoir qu’un tel lutteur marchait backstage quand je lisais un résumé », expliquera Leclair à maintes reprises après la création de son site.

Après deux années, celui qui se faisait surnommé BigShow s’apprêtait à suivre la lutte québécoise de plus en plus, alors il changea de nom pour attitudeqc.com, avec dans son équipe une équipe de chroniqueur dont Claude « Le Brain » Tousignant. Le site a finalement fermé ses portes le 30 mars 2003, la charge de travail devenant trop grande pour Leclair. Attitude aura d’ailleurs permis à votre humble serviteur de faire ses débuts dans la lutte québécoise et sans lequel je ne serais pas ici pour vous en parler.

Quelques temps après l’ouverture d’Attitude, un autre site orienté vers l’humour et la controverse était fondé soit Lutte ! Le Webzine de la WWF. Créé par Hugo Roy, Hugo Théorêt et Sacha Sojic, le site se voulait quelque peu révolutionnaire en créant ses propres histoires un peu comme s’il s’agissait d’une promotion de lutte, mais aussi en faisant des mises à jour régulières et des éditoriaux créant plus souvent qu’à leurs tours de la polémique.

Lutte! Le Webzine était un site pas comme les autres!

Lutte! Le Webzine était un site pas comme les autres!

« Le Webzine, c’est Attitude, mais avec du budget », dira Philippe Leclair pendant ces années.

Dans les dernières années le Webzine comme il est maintenant appelé, est devenu un forum de discussion très visité et plus récemment un blog.

Dix ans après cette poussé de sites Internet, soit en 2009, un nouveau site voyait le jour, soit quebeclutte.com, un site consacré au Temple de la Renommée de la Lutte au Québec, ainsi qu’aux différents prix de l’année sur la scène indépendante québécoise. En janvier 2012, le site reprenait le nom de domaine Lutte.com, rappelant que le présent est une extension du passé.

Depuis ce temps, plusieurs autres sites ont vu le jour. Certains sont restés, d’autres pas. Leremorqueur.com a couvert la lutte québécoise, Fn Lutte est pour sa part né des cendres de Luttemedia, Info-Lutte couvre la lutte depuis 2001, 514wrestling et mainventradio.com auront été les seuls sites anglophones à bien couvrir le territoire sans oublier Lutte.Quebec créé par Jean-François Kelly et Benoit Cossette en 2015 ainsi que tous les sites Internet créés pour les fédérations et les lutteurs eux-mêmes.

Même d’anciens lutteurs ont embarqué dans la vague de l’Internet.

Paul Leduc a certainement été le premier, alors qu’il collaborait avec lutte.com. Depuis, Leduc a écrit des chroniques pour le rds.ca, Canoë et Info-Lutte. Sunny War Cloud en est un autre qui a écrit des chroniques pendant longtemps, ayant même son propre site.

L’Internet aura définitivement changé la façon de faire les choses. Pour ce qui est du Québec, laissons le soin au pionnier de l’Internet Steve Charette de résumer l’influence que l’Internet a eu sur la scène indépendante québécoise.

« Avec du recul, grâce à l’Internet, des gens comme Nicolas Brouillette, Philippe Leclair, Hugo Roy, Patric Laprade et bien d’autres sont devenus de très bonnes têtes de lutte et ont contribuées très positivement à diverses organisations et au développement du territoire. »

En rafale…
-RDS a tourné une édition de son émission Table d’Hôte dimanche dernier avec quatre anciens lutteurs, soient Raymond Rougeau, Pierre-Carl Ouellet, Gino Brito et Gilles “The Fish” Poisson. Le tout sera animé par Claude Mailhot. La date de diffusion n’est cependant pas encore connue.

-Cette fin de semaine à l’International des Collectionneurs au centre Pierre-Charbonneau à Montréal, quelques anciens lutteurs seront présents afin de signer des autographes et prendre des photos avec les amateurs. Samedi de 11h à 14h, le lutteur nain Tiger Jackson sera présent, lui qui a aussi personnifié Dink avec Doink the Clown à la WWE. Toujours samedi, de 14h à 16h, la légende The Destroyer Dick Beyer sera au rendez-vous directement de Buffalo, New York. Il sera aussi présent dimanche de 10h à 11h. Et finalement dimanche de 11h à 13h, nul autre qu’Armand Rougeau sera avec nous. Une fin de semaine à ne pas manquer pour tous les amateurs de lutte.

-J’aurai un beau scoop pour vous demain en début de soirée. Soyez alerte!

La question de la semaine Resto-Bar Coin du Métro

Resto-Bar
Premièrement, merci à tous ceux qui ont participé. La bonne réponse à la question de la semaine dernière – sous quel nom Sami Zayn luttait lorsqu’il était sur la scène indépendante? – était El Generico. J’aurais aussi accepté Stevie McFly et Big Larry. Félicitations à Sébastien Ainsley qui se mérite 20$ de certificats-cadeaux au Resto-Bar Coin du Métro. Je vais communiquer avec le gagnant par courriel.

Cette semaine, la question est la suivante :

Quel était le vrai nom du lutteur nain Little Beaver?

Envoyez vos réponses à patric_laprade@lutte.quebec. Le gagnant sera connu la semaine prochaine. Pour plus de détails sur le Resto-Bar Coin du Métro, veuillez consulter leur page Facebook. Le Resto-Bar Coin du Métro, 10 719 Lajeunesse, l’endroit par excellence pour tous les événements sportifs tels que le hockey, le soccer, la boxe, la lutte et le football à Montréal!

N’oubliez pas que le Resto-Bar Coin du Métro est situé dans le nord de Montréal et qu’il faut vous présenter sur place afin d’obtenir votre prix. Donc si vous habitez à deux ou trois heures de route et que vous ne pensez jamais y aller, veuillez svp avoir la courtoisie de ne pas répondre au quiz et de laisser la possibilité à d’autres de gagner. Merci!

Bonne lutte à tous et à toutes!

Si vous avez des questions, des suggestions ou des commentaires, n’hésitez pas à communiquer avec moi au patric_laprade@lutte.quebec, sur ma page Facebook ou sur mon compte Twitter.

RÉAGISSEZ CI-DESSOUS

commentaire(s)

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Le Poing: Quel est le futur de NXT?
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Le Poing: Tout le monde en parle de Kevin Owens!