Suivez-nous sur Facebook
19/04/2017 | Chroniques

Le Poing, édition spéciale: Deux Québécois se souviennent de Rosey

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Le Poing: Un vrai « shakeup » pour Owens, Zayn et Maryse
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Le Poing, format billet: Le Québec bien représenté dans la dernière édition du PWI

Pat Laprade

Pat Laprade

À cause de son jeune âge, Matt Anoa’i, mieux connu sous le nom de Rosey, a vu sa carrière de lutteur professionnel s’étalée dans la première dizaine des années 2000, un passé pas si lointain.

Par conséquent, deux jeunes Québécois ont côtoyé le membre de la célèbre famille de lutteurs.

Sylvain Grenier, que des bons mots à son endroit
L’ancien champion par équipe de la WWE Sylvain Grenier, avec son partenaire Rob Conway, ont eu une longue rivalité avec Rosey et The Hurricane en 2004. Grenier en garde d’ailleurs de bons souvenirs.

« Tout le monde aimait Matt. C’était un gars super tranquille et très généreux. Il n’avait pas peur de vendre dans un match. Et il travaillait bien, aucunement dangereux dans un ring. C’était un gros toutou. Pour son frère (Roman Reigns) qui est maintenant rendu au top, ça doit pas être facile », raconte-t-il.

Grenier, qui lutte encore sporadiquement sur la scène locale, allait remporter les titres par équipe de la WWE à trois reprises avec Conway. Il est d’ailleurs le Québécois le plus titré par équipe à la WWE avec quatre règnes (3 avec Conway, 1 avec René Duprée), suivi de près par Jacques Rougeau, Pierre-Carl Ouellet et Rick Martel avec trois chacun.

L’expérience Sunday Night Heat avec Handsome JF
Jean-Frédéric Clément, aussi connu sous le nom de Handsome JF (Jean-Frais) sur le circuit indépendant, avait lutté contre Rosey au Centre Bell de Montréal le 31 mai 2004, lors des enregistrements de la défunte émission Sunday Night Heat. Dans un match par équipe avec son partenaire Éric Mastrocola, ils avaient affronté Rosey et The Hurricane. Vous pouvez d’ailleurs voir ce combat, qui débute à 12 :15.

Alors deux élèves de l’école de lutte, c’est Jacques Rougeau qui leur avait obtenu cette opportunité. Ironiquement, c’est Kevin Steen (Kevin Owens) qui devait être l’un des deux protégés de Jacques ce soir-là, mais il avait décidé de quitter l’école de lutte quelques temps auparavant.

Clément se souvient bien de cette dernière journée de mai 2004.

« Les gars arrivaient d’une tournée en Europe. Ils étaient fatigués, se souvient le natif de Terrebonne. Ils étaient bien gentils et bien corrects avec nous, mais ça paraissait qu’ils étaient morts. J’ai alors donné une couple d’idées de ce qu’on pourrait faire durant le match, de monter une structure de match et ils étaient si fatigués que ça leur tentait pas de se casser la tête et ont accepté les idées que je leur ai proposées. »

Malgré son gabarit, Anoa’i maitrisait bien l’art qu’est la lutte professionnelle.

« Il était solide dans l’arène, mais très safe. Je me souviens qu’on préparait notre match et Rosey voulait que je lui donne un double ax handle dans le dos. Je lui en ai donné un worké et il m’a dit “à la grosseur que j’ai, il faut que tu frappes plus fort, ça ne me fera pas mal!” Et là il m’a donné un exemple. Ça a rentré sur un méchant temps! Mais dans le match, il m’a donné un clothesline et un sidewalk slam et j’ai absolument rien senti. »

Mais tout comme Grenier, Clément garde de bons souvenirs du Samoan.

« On avait repassé le match quelques fois avec eux avant. Ils ont suivi le match à la lettre. On avait juste six minutes rideau à rideau. Après le match, Rosey et Hurricane étaient venus nous remercier et nous féliciter », conclut-il.

Sylvain Grenier (2e à partir de la gauche), Handsome JF (en haut à droite), entourés de leurs amis, Patrice Maltais (en haut à gauche), Éric Mastrocola et Marc Blondin  photo: Facebook de Jean-Frédéric Clément

Sylvain Grenier (2e à partir de la gauche), Handsome JF (en haut à droite), entourés de leurs amis, Patrice Maltais (en haut à gauche), Éric Mastrocola et Marc Blondin photo: Facebook de Jean-Frédéric Clément


Curieusement, ce même soir, Grenier et Conway battaient Chris Benoit et Edge en levée de rideau de Raw, pour ainsi remporter les titres par équipe de la WWE. En héros local, Grenier avait reçu toute une ovation de la foule. Comme quoi la vie fait parfois drôlement les choses, Clément, qui lutte de façon régulière à la NSPW sur les ondes de MaTV Québec, et qui a longtemps fait partie de la ToW, est devenu un des bons amis de Sylvain Grenier.

Des débuts fracassant pour Rosey à Montréal
C’est le 14 octobre 2002 qu’Anoa’i faisait ses débuts à Montréal, pour un enregistrement de Raw, alors qu’il faisait partie du duo 3-Minute Warning avec son cousin Jamal, plus tard connu sous le nom d’Umaga. Dans un segment avec Eric Bischoff, ils avaient attaqué le Québécois Pat Patterson. Malheureusement, Jamal avait blessé Patterson à l’épaule durant l’attaque.

Sa dernière présence dans la métropole fut le 15 août 2005, alors qu’il perdait contre Kerwin White (Chavo Guerrero) lors des enregistrements de Sunday Night Heat.

En 2009, Jamal (Eddie Fatu) est décédé à l’âge de 36 ans. Et maintenant c’est Rosey qui quitte à l’âge de 47 ans. Contrairement à bien d’autres lutteurs décédés dernièrement comme Ivan Koloff, Jimmy Snuka ou George Steele, les deux cousins sont décédés à un bien jeune âge.

« Ça me fait freaker, avoue Grenier. Y en a pour qui c’est le style de vie, ils brûlaient la chandelle par les deux bouts. Pour Matt, c’était son poids. Mais quand même, c’est jeune 47 ans. »

Resto-Bar
Cette chronique est une presentation du Resto-Bar Coin du Métro. Le Resto-Bar Coin du Métro, 10 719 Lajeunesse, l’endroit par excellence pour tous les événements sportifs tels que le hockey, le soccer, la boxe, la lutte et le football à Montréal! Vous pouvez aussi consulter leur page Facebook.

Bonne lutte à tous et à toutes!

Si vous avez des questions, des suggestions ou des commentaires, n’hésitez pas à communiquer avec moi au patric_laprade@lutte.quebec, sur ma page Facebook ou sur mon compte Twitter.

RÉAGISSEZ CI-DESSOUS

commentaire(s)

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Le Poing: Un vrai « shakeup » pour Owens, Zayn et Maryse
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Le Poing, format billet: Le Québec bien représenté dans la dernière édition du PWI