Suivez-nous sur Facebook
06/07/2017 | Chroniques

Le Poing: Bilan de mi-année pour la lutte québécoise

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Le Poing: Survol de la division féminine avec le MITB et le Mae Young Classic
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Le Poing, édition spéciale: OLE! OLE! OLE!, les origines de Sami Zayn

Pat Laprade

Pat Laprade

L’après St-Jean-Baptiste, fête du Canada et jour de l’indépendance nous indique clairement que la mi-année est arrivée. Et qui dit mi-année dit bilan et c’est ce que je vous offre aujourd’hui : si l’année se terminait maintenant, qui seraient les récipiendaires des principaux prix dans la lutte québécoise?

Meilleure équipe
Il s’agit d’une catégorie qui est dominée par trois équipes depuis très longtemps : TDT, 3.0 et les Super Smash Bros. Si 3.0 (Big Magic et Scott Parker) connaissent du succès en solo depuis le début de l’année, TDT et les SSB se sont encore une fois démarqués dans cette division. Les deux ont lutté à plusieurs reprises pour Smash à Toronto (qui vient de conclure une entente afin d’être diffusé sur le Fight Network), TDT sont champions par équipe à la IWS et à la CRW tandis que les SSB sont revenus en force à Battlewar et sont champions par équipe d’une promotion à Toronto. Deux très bonnes équipes, mais je vais donner l’avantage à Thomas Dubois et Mathieu St-Jacques.

Mon choix : TDT

Meilleure lutteuse
Malgré ses 37 ans LuFisto continue à avoir un horaire très chargé. De Cleveland à Orlando, en passant par New York et la Californie, la Soreloise n’arrête pas une seule seconde. Celle qui vient tout juste d’avoir sa résidence américaine permanente a défendu son titre de SHINE avec brio tut au long de l’année. L’année 2016 a vu Vanessa Kraven être couronnée lutteuse de l’année, devant LuFisto qui semblait imbattable dans cette catégorie. Mais tout porte à croire que cette dernière n’a pas dit son dernier mot. Quant à elle, Kraven, co-championne par équipe de SHIMMER avec Tessa Blanchard, a lutté un peu moins souvent aux États-Unis, mais régulièrement au Québec et en Ontario. Depuis l’exil de LuFisto, elle est sans l’ombre d’un doute, LA lutteuse la plus populaire, qu’elle fasse une apparition à Ottawa, Montréal ou Québec. À cause de son titre de SHINE, avantage LuFisto.

Mon choix : LuFisto

Plus important invité
Une catégorie quelque fois sous-estimé, mais qui a son importance car ce sont souvent des lutteurs qui font courir davantage les foules. Et jusqu’à présent cette année, un invité s’est démarqué en particulier et il s’agit du champion U.K. de la WWE, Pete Dunne. Il a réussi à remplir le Centre Horizon à Québec un vendredi soir, à attirer une foule décente au Bain Mathieu à Montréal, un dimanche de la fête des pères à 17h et dans ses temps libres, a donné un séminaire aux élèves de la IWS. On en reparlera, mais son match contre Marko Estrada à la NSPW est l’un des meilleurs cette année, tandis que son 3-way avec Mike Rollins et Black Dynamite a été un bon match. La foule savait qui il était (l’influence grandissante du WWE Network) et ça paraissait.

Mon choix : « Bruiserweight » Pete Dunne

Meilleure rivalité
Dure catégorie cette année, alors que deux rivalités ont particulièrement marqué mon intérêt. À Québec, on a continué de surfer sur la guerre entre Montréal et Québec. Alors que je pensais que l’intensité des amateurs était pour ralentir, ce fut tout le contraire. Que ce soit la promo d’Alex Price pour Team Québec ou la réaction lorsque Handsome JF a perdu son titre de commissaire, c’est fou de constater comment cette rivalité-là a continué d’être en feu depuis le début de l’année. Benjamin Tull, Brad Alekxis et JF ont fait un travail incroyable du côté de Montréal Élite tandis qu’Estrada, Price et Burke ont fait le boulot du côté de Québec. À l’autre bout de la 20, la rivalité entre Twiggy et Stacy Thibault à Battlewar fait tellement réagir que Twiggy pourrait éventuellement se faire lancer des brassières en feu par un groupe de féministes. Il joue son rôle de heel à merveille, du pur art. J’ai une petite idée où tout ça va mener, mais je crois que la deuxième moitié de l’année ne manquera d’émotion dans cette rivalité. Pour l’instant, je les classe ex-aequo, voyons ce que les six derniers mois nous réserve.

Mon choix : ex-aequo, Montréal Élite vs Team Québec; Twiggy vs Stacy Thibault

Meilleur combat
Trois matchs ont retenu mon attention jusqu’à présent.

À Battlewar du mois de février dernier, Franky the Mobster et Mike Bailey ont offert toute une performance, probablement le meilleur combat de l’histoire de la promotion. Je n’avais jamais vu Franky vendre autant dans un combat. Les deux se sont vraiment donnés. À Québec lors de Golden Opportunity IX, Matt Angel et Mike Bailey ont eu leur combat revanche du tournoi Standing 8 de 2016 en offrant non seulement le match de la soirée, mais probablement le meilleur match que j’ai vu cette année. Finalement, en juin dernier, Marko Estrada et Pete Dunne ont offert un classique, qui, même s’il n’a duré que 20 minutes et s’est terminé par une disqualification, a été un des meilleurs 20 minutes de l’année. Dunne est une bête et Estrada était de loin son meilleur adversaire du week-end.

Mon choix : Matt Angel vs Mike Bailey, Golden Opportunity IX, NSPW

Meilleur lutteur
Plusieurs lutteurs ont connu un bon début d’année. Franky the Mobster avant sa blessure connaissait probablement sa meilleure année depuis longtemps. Mathieu St-Jacques est Monsieur C4. Big Magic continue de dominer Battlewar. Scott Parker a connu du succès autant à la NCW qu’à la IWS, devenant le premier double-champion de la promotion. Matt Angel continue d’impressionner les fans et promoteurs un peu partout en province. Marko Estrada, malgré qu’il ne lutte qu’à Québec et quelques fois dans son Nouveau-Brunswick natal, est une machine et vaut le voyage à Québec à lui seul.

Mais personne ne peut battre le début d’année de Mike Bailey.

Si quelqu’un pensait que son interdiction de lutter aux États-Unis était pour le ralentir, c’était mal le connaitre. Oui, par conséquent il est plus présent au Québec et au Canada, mais ça ne l’empêche pas d’être à temps plein au Japon pour DDT, la plus grande promotion indépendante du pays, ça ne l’empêche pas de lutter en Allemagne, où il a aussi fait part du tournoi 16 Carat Gold, et surtout, ça ne l’empêche pas de s’améliorer. De son propre aveu, il n’est plus le même lutteur qu’il y a 6 mois et il dit vrai. Son match contre Angel en était une preuve flagrante. Il sera dur à battre dans cette catégorie d’ici la fin de l’année.

Mon choix : Mike Bailey

Meilleure promotion
Il est difficile de passer à côté de la NSPW, elle qui domine la scène locale au Québec depuis plusieurs années déjà. Ce n’est pas que la promotion de la vieille capitale n’a pas de compétition. Au contraire. Le booking de Battlewar est l’un des meilleurs en province. C4 à Ottawa attire la meilleure moyenne de spectateurs après la NSPW et offre un produit différent d’ailleurs. Plus que jamais, Manny Eleftheriou semble déterminé à ramener la IWS là où elle a déjà été. Michael Bisson est en train de faire des petits miracles avec la NCW. Mais la NSPW, au lieu de rouler sur le cruise control, augmente sa vitesse de croisière. Le dernier Golden a attiré un record de 710 personnes. C’est du monde à la messe. Deux des trois meilleurs matchs que j’ai vus y étaient présentés. Ils sont toujours à la télé de façon hebdomadaire et ont le meilleur alignement en province. Comme je disais, ils sont durs à battre.

Mon choix : NSPW

Plus importantes nouvelles
Plusieurs nouvelles d’importance ont frappé la lutte québécoise de janvier à juin 2017. Voici les plus importantes :

-Les débuts de la NSPW à la télévision et une présence à Infoman
-Éclosion des podcasts et couverture par de plus gros médias (Balle Courbe, Sac de Chips, etc)
-Le retour de Raymond Rougeau et Jean Brassard en français à la WWE
-Dru Onyx est entraîneur invité au Performance Center
-Matt Lee (Big Magic) lutte à 205 Live
-Kevin Owens à SmackDown et remporte le titre U.S.
-Owens vs Zayn, première finale entre 2 Québécois au Centre Bell depuis 1994
-La WWE publie un DVD sur Kevin Owens

Qu’est-ce que les six prochains mois nous réserve?
Il sera intéressant de voir comment se dérouleront les six prochains mois. D’entrée de jeu, on sait que la IWS présentera probablement son plus gros spectacle de l’année le 5 août avec les Young Bucks contre TDT, Mike Bailey contre Buxx Belmar et Stefany Sinclair vs Veda Scott vs Kat Von Goth dans ce qui marquera le début officiel de leur division feminine. La division féminine au Québec en a perdu depuis la fermeture de Femmes Fatales et je ne suis pas sûr que ce soit le bon combat à présenter pour la revigorer. Ne vous détrompez pas. Je n’ai rien contre le choix de Sinclair pour représenter la division, au contraire. Avec LuFisto aux États-Unis et Vanessa Kraven qui lutte sporadiquement au Québec, Sinclair est le meilleur choix. Mon questionnement est ailleurs. Si vous demandez à un lutteur le match le plus difficile à monter, il vous répondra un 3-way. C’est difficile à monter quand on prend trois lutteurs d’expériences et qui sont habitués de travailler ensemble. Alors imaginez trois lutteuses qui n’ont jamais lutté ensemble et en plus, une verte recrue, qui aux dernières nouvelles, n’étaient pas encore prête, encore moins pour ce genre de combat. Ce n’est pas le choix que j’aurais fait.

Buxx Belmar va également se retrouver dans une situation assez particulière. Son retour dans l’arène jumelé au fait qu’il continue d’être l’animateur à Battlewar pourrait faire en sorte qu’à la fin de l’année, il remporte le prix de la personnalité de l’année et qu’il soit voté dans le top 10 des meilleurs lutteurs. Une première si cela survient et un exploit comme tel.

Le 5 août sera une soirée occupée alors que le cirque sera de retour en ville, lorsque la WWE présentera un spectacle non-télévisé avec les Québécois Kevin Owens et Sami Zayn. Heureusement que pour ceux comme moi, qui seront au Centre Bell (travail oblige), le spectacle de la IWS sera disponible sur leur service d’écoute en continue. TDT contre les Young Bucks avait été le combat de l’année en 2013, c’est donc un combat que vous voulez voir, peu importe le moyen.

J’ai aussi bien hâte d’entendre les voix de Raymond Rougeau et Jean Brassard, qui feront leurs débuts ce weekend pour Great Balls of Fire.

Du côté de Québec, Tyson Dux et Dylan Bostic deviendront régulier à compter de septembre et je sais que la promotion a de belles choses à annoncer pour l’automne. Et le retour mensuel de la FLQ au Bain Mathieu avec Carl Leduc pourrait mêler les cartes et causer de belles surprises. Là aussi, l’automne risque d’être fort en nouvelles.

Un nouveau prix
Une nouvelle catégorie sera ajoutée aux prix de l’année et c’est celle de la meilleure personnalité au micro. Ça peut être un lutteur, une lutteuse ou un gérant/commissaire/valet, mais pas un annonceur. Évidemment, des noms tels que Twiggy, Brad Alekxis, Franky the Mobster, Big Magic et Joey Soprano me viennent en tête, mais je suis sûr que d’autres personnes seront en lice le moment venu. Il sera donc intéressant de voir qui aura la chance d’être le premier récipiendaire.

En rafale…
-Un nouveau t-shirt est maintenant disponible qui dit « Support Quebec Wrestling », un clin d’œil au mot clic qui existe depuis plusieurs années, « support indy wrestling ». J’aime bien le côté noble de la cause, mais en toute honnêteté, j’aurais aimé qu’on traduise l’expression ou qu’on trouve un slogan semblable en français. Voici le lien pour se le procurer.

-Voici en terminant une liste des promotions de lutte au Québec, par region: (si j’ai oublié des promotions, dites-vous que c’est involontaire de ma part et je vous invite à communiquer avec moi à ce sujet)
Montréal: IWS, FLQ, ICW, NWC, CRW, WTA, FCW
Québec: NSPW
Rive-Nord de MTL: NCW
Montérégie: MWF, GEW, IWA-Qc
Gatineau-Ottawa: C4, Acclaim
Saguneay: JCW
Shawinigan: FCL
Sorel: XZW
Estrie: ALE, SCW
Drmmondville: NBW, LPQ, EWE, DCW, FWF

Resto-Bar
Cette chronique est une presentation du Resto-Bar Coin du Métro. Le Resto-Bar Coin du Métro, 10 719 Lajeunesse, l’endroit par excellence pour tous les événements sportifs tels que le hockey, le soccer, la boxe, la lutte et le football à Montréal! Vous pouvez aussi consulter leur page Facebook.

Bonne lutte à tous et à toutes!

Si vous avez des questions, des suggestions ou des commentaires, n’hésitez pas à communiquer avec moi au patric_laprade@lutte.quebec, sur ma page Facebook ou sur mon compte Twitter.

RÉAGISSEZ CI-DESSOUS

commentaire(s)

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Le Poing: Survol de la division féminine avec le MITB et le Mae Young Classic
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Le Poing, édition spéciale: OLE! OLE! OLE!, les origines de Sami Zayn