Suivez-nous sur Facebook
28/03/2017 | Chroniques

Le Poing: Analyse complète du dernier spectacle de la WWE à Montréal

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Le Poing: Titre Universel ou pas, Kevin Owens revient chez lui!
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Weekend de WrestleMania 1ère partie: WrestleCon, SHIMMER, Axxess

Pat Laprade

Pat Laprade

Le spectacle de la WWE de vendredi dernier a été un succès sur toute la ligne. D’excellents combats, une foule nombreuse et en feu et deux Québécois pour conclure le tout. J’ai lu certains commentaires négatifs sur les réseaux sociaux et pourtant, je me demande ce qui aurait pu être fait de mieux.

Je l’ai souvent dit et je le répète encore, les spectacles non-télévisés, les house shows comme on dit dans le jargon, sont des spectacles sous-estimés par les amateurs, qui pensent trop souvent à tort que la lutte n’est pas au même niveau que lors d’un Raw ou d’un SmackDown. Au contraire. C’est un spectacle où il n’y a pas de contraintes parce que justement ce n’est pas à la télé, c’est un show qui dure une bonne heure de moins, ce qui rend l’expérience plus agréable, il n’y a pas de longueurs nécessaires à cause des pauses commerciales ou des segments moyens qui servent uniquement à meubler les 190 minutes du lundi soir et on laisse toute la place ou presque à la lutte et non pas à des segments d’entrevues qui ne se finissent plus.

Ceci dit, un Raw demeure un Raw et c’est toujours plaisant d’assister en direct à un événement qui est télédiffusé à travers le monde et qu’on suit à chaque semaine devant notre téléviseur. Ça a souvent créé des moments assez spéciaux à Montréal comme Hulk Hogan le lendemain de WrestleMania 18, les débuts de Brock Lesnar ou plus récemment, le Québécois Sami Zayn contre John Cena pour le titre U.S.

Mais il est faux de penser qu’un house show n’est pas un spectacle qui vaut la peine de payer pour. Et vendredi dernier l’a prouvé à plus d’une reprise.

Owens vs. Zayn, du bonbon!
J’étais bien content de voir que le combat annoncé entre les deux Québécois, Kevin Owens et Sami Zayn, a bel et bien eu lieu, sans que ça devienne un match par équipe comme ce fut le cas le lendemain à Portland dans le Maine. On a respecté le fait que les fans s’attendaient à voir les deux lutteurs s’affronter un contre un, donnant à Montréal sa première finale toute Québécoise en 23 ans. La dernière fois c’était en octobre 1994, aussi pour un gala non-télévisé, alors que Jacques Rougeau Jr prenait sa retraite en remportant le combat face à son ancien partenaire, Pierre-Carl Ouellet. On se souviendra qu’à l’automne 1994, le baseball était en grève, privant ainsi les Expos d’une présence presqu’assurée en Série Mondiale. Le hockey était en lock-out, dans ce qui fut ultimement la dernière saison des Nordiques. Le champ était donc libre pour Rougeau et Ouellet de faire parler de leur match et une foule de 16 843 spectateurs s’était présentée au défunt Forum pour assister à ce qui fut l’un des plus gros spectacles à la WWE cette année-là. De plus, c’est spécial de réaliser que non seulement Rougeau et Ouellet ont eu un rôle à jouer dans la carrière d’Owens, mais que leur histoire, deux anciens amis qui ne s’entendent plus, s’apparente beaucoup à celle de Zayn et Owens.

Dès l’annonce avant l’intermission que le match était pour être un Montreal Street Fight, les amateurs étaient prêts, prêts à donner une ovation à leurs deux favoris. Bien qu’Owens ait eut une plus forte réaction que Zayn lors de son entrée – les effets d’avoir été champion Universel pendant six mois et d’avoir fait une tournée médiatique assez importante – Zayn a bien récupéré le tout lorsqu’il a fait la promo de sa vie à la fin du combat. Une promo qui était senti, qui venait du cœur et qui a rendu tout le monde présent, incluant son adversaire, émus. Il a mis l’accent sur le fait que les deux s’étaient battus dans des petites salles un peu partout à Montréal et que maintenant, ils faisaient les frais de la finale au Centre Bell et il a rendu hommage à Owens en disant que pendant plusieurs mois, le gars qui était au sommet de la WWE, c’était un Québécois, un gars de chez nous. J’avais la chair de poule d’entendre la réaction des gens, qui se sont soudainement retournés vers Owens pour l’acclamer à sa juste valeur.

Kevin Owens qui frappe Sami Zayn avec un bâton de hockey photo: Minas Panagiotakis minas@photography514.com

Kevin Owens qui frappe Sami Zayn avec un bâton de hockey photo: Minas Panagiotakis minas@photography514.com

Le match comme tel fut le meilleur de la soirée. De l’action en masse, des objets dont un bâton de hockey et pas une, pas deux, mais trois tables! Peu importe qui gagnait le combat, ça n’avait pas d’importance, mais dans ce cas, la logique veut que le babyface l’emporte et c’est ce qui est arrivé.

On veut des tables!
Le moment le plus drôle est arrivé lorsque les fans ont commencé à crier « we want tables »! Owens, qui a un sens de la répartie hors-pair, a pris le micro et s’est adressé à la foule en français en leur disant que s’ils avaient demandé des tables en français, il leur en aurait donnés, mais puisqu’ils l’ont fait en anglais, ils n’en auraient pas. L’inévitable s’est alors produit et la foule a scandé « on veut des tables » (la lutte peut être tellement simple et prévisible parfois!). Owens a repris le micro, et en bon heel qu’il est a rétorqué « Sorry, I don’t speak French! ». C’était beau à voir et à entendre!

Mis à part la finale, Roman Reigns n’a pas affronté Braun Strowman finalement, mais bien Samoa Joe, dans ce qui a donné un bien meilleur combat que s’il avait affronté la brute qu’est Strowman. Un vrai bon match. Que vous aimiez Reigns ou pas, si vous êtes objectifs, vous vous devez d’admettre qu’il est un excellent lutteur. Sur les ondes de RDS, Owens a même dit qu’il est l’un des meilleurs lutteurs qu’il a affrontés de toute sa carrière.

La réaction pour Finn Balor a aussi été très forte et son combat avec Jinder Mahal en a surpris plus d’un, autant en termes de qualité que de longueur. Enzo et Cass, de même que Sasha Banks et Bayley, ont été plus que bien accueillis par les fans, tandis que Charlotte et Joe ont eu des réactions mixtes, car bien que heels, les gens étaient contents de les voir.

Somme toute, le meilleur house show depuis très longtemps à Montréal.

Analyse en chiffres des derniers spectacles de la WWE à Montréal
Les amateurs de sports de combats au Québec ont l’habitude de se présenter aux tourniquets lorsqu’une bataille entre deux Québécois – ou deux Québécois d’adoption – s’affrontent. Je parlais de Rougeau-Ouellet plus haut, mais j’aurais pu aussi parler des 16 000 personnes à Québec pour Dino Bravo et Rick Martel, des 20 000 à Montréal pour Dave Hilton et Stéphane Ouellet ou plus récemment, des 20 479 fans pour Jean Pascal et Lucian Bute. Owens et Zayn ont attiré tout près de 9 000 fans, bien peu comparativement aux assistances que je viens de mentionner. Cependant, il faut mettre les choses en perspective et j’ai d’ailleurs reçu plusieurs demandes afin d’analyser les dernières assistances de la WWE à Montréal.

Il faut remonter en 2001 pour voir une foule aussi nombreuse pour un gala non-télévisé de la WWE. Le 18 mars 2001, 12 351 amateurs passaient les portes du Centre Molson, ainsi appelé à l’époque, pour une finale opposant Steve Austin, Undertaker et Kane face à Big Show, William Regal et Triple H. À titre informatif, neuf mois plus tard, Lutte Internationale 2000, l’ancêtre des Spectacles Familiaux Jacques Rougeau, attirait 12 000 fans pour une finale entre Pierre-Carl Ouellet et Kurrgan. Ironiquement, Kevin Owens, sous le nom de « The Kid » Kevin Steen, et seulement âgé de 17 ans, prenait part au show.

Depuis 2012, la moyenne des spectacles non-télévisés de la WWE à Montréal est de 5 880 fans. Le plus gros d’entre eux s’est déroulé le 16 mars 2012, alors que la WWE revenait à Montréal pour la première fois en 18 mois. 2011 étant la seule année depuis 1984 où la WWE n’avait pas présenté de spectacles en ville, les amateurs avaient donc répondu à l’appel. La moyenne des Raw depuis 2012 est de 11 270 personnes, pour une moyenne combinée de 7 288 amateurs.

Pour la même période, en excluant seulement WrestleMania qui vient vraiment changer la donne, la moyenne de la WWE a été de 5 641 fans. Oui, vous avez bien lu, 5 641 fans.

Voici un tableau comparatif :

tableau-chronique
**Les chiffres concernant la WWE proviennent du Wrestling Observer Newsletter

En 2012, le retour de la WWE en ville avec 8 000 personnes que je me souviens être en feu, a été vu comme un positif comparativement à la moyenne. La WWE a donc décidé de revenir avec Raw, le premier événement télévisé depuis le fiasco qu’avait été Breaking Point en 2009. Encore une fois la foule a bien répondu. Elle est revenue en 2013 avec un house show qui a attiré dans la moyenne avec les débuts de Zayn à Montréal pour la WWE, mais les deux dernières années avaient été assez fortes pour tenter de revenir plus souvent. Donc en 2014, elle vient trois fois à Montréal et une fois à Québec. Comme vous pouvez voir dans le tableau, la foule n’a pas été au rendez-vous pour les house shows. Et Québec a pour sa part attiré un peu moins de 3 000 spectateurs. Les fans ont tout même répondu à l’appel pour Raw, mais ce n’était pas suffisant. Comble de malheur, 2014 est l’année où le dollar canadien, qui était au pair avec son équivalent américain depuis quelques années, a commencé sa chute. Parce que c’est bien beau de comparer un nombre de spectateurs, ça demeure un business et c’est l’argent que ces personnes amènent qui prédomine. À un taux moyen pour les trois spectacles de 0.88$, c’est-à-dire que le dollar canadien valait 0.88$ US, il faut donc enlever 12% de la foule pour qu’elle puisse se comparer à la moyenne qui vient principalement des États-Unis. En 2015, Raw a été quelque peu décevant avec ses 8 700 payants. Le dollar canadien le fut tout autant, avec ses 21 cents d’écart. Donc pour bien comprendre le tout, c’est comme si la WWE avait attiré environ 7 000 fans payants à Montréal quand on fait la conversation en dollar américain. En 2016, les 7 000 spectateurs, une fois la conversation faite, donnent environ 5 000 fans.

Les faibles assistances et la chute du dollar : les principales raisons
Pour ceux qui se demandaient pourquoi la WWE ne venait pas plus souvent à Montréal, la réponse est dans ce tableau et dans ces explications. Au moment où les fans se devaient de répondre à l’appel, en 2014, ils ne l’ont pas fait. Ou tout simplement, la WWE ne leur a pas donné des vedettes qu’ils voulaient voir. Mais le résultat demeure le même. La chute du dollar canadien et la baisse dans les assistances sont les principales raisons derrière la prudence de la WWE de venir ici plus souvent. Le fait que la WWE ne soit plus à la télé en français ne peut servir de raison, car cela fait plus de 15 ans qu’elle ne l’est plus. L’inverse n’est pas vrai cependant, car son retour aurait un impact assuré sur sa popularité au Québec.

La foule de vendredi, avec un taux d’échange 0.75$ (il faut enlever 25%) donne un peu moins de 7 000, ce qui est tout de même respectable pour un house show. Et pour ceux qui se demandent, la WWE ne vend pas ses billets plus chers depuis 2014 pour contrebalancer le tout. Le billet le plus cher vendredi dernier était de 117$, un maximum qu’on voit aussi dans des marchés américains, et même parfois plus.

Toronto, Québec…et Laval
Pourquoi Toronto a-t-elle été mieux traitée que Montréal avec un spectacle de NXT, un PPV et un Raw en novembre dernier, pour une économie similaire? Parce que Toronto est vu comme un plus gros marché, où le potentiel d’attirer est plus important. Vince ne porte pas des villes comme Toronto et Montréal dans son cœur car il les considère comme imprévisibles, où les fans réagissent à l’encontre des scénarios de façon plus virulente qu’ailleurs. La fameuse réputation d’être dans un « bizzaroworld ». Mais puisque Toronto est un plus gros marché, entre deux maux, il choisit le moindre.

Et Québec dans tout ça? Un peu moins de 3 000 spectateurs, avec un taux de change de 0.85$, c’était clairement insuffisant, même si en prenant comme argument que par habitant, les 3 000 de Québec sont meilleurs que les 3 900 de Montréal. Le Centre Vidéotron coûte surement plus cher à louer que le Colisée et le dollar canadien ne s’est pas amélioré depuis. Alors malheureusement pour vous cher fans de la Capitale, vous n’êtes pas à la veille de revoir la WWE. Oui, je sais Ottawa n’attire pas beaucoup plus, mais il est géographiquement mieux situé.

En fait, mis à part Montréal, la ville la plus propice au Québec de voir la WWE dans la prochaine année est fort probablement Laval, avec sa Place Bell qui sera inaugurée cet automne. Avec ses 10 300 places et sa proximité au métro Montmorency, c’est l’emplacement parfait pour accueillir un spectacle comme celui de vendredi et peut-être même pour un spectacle de moindre envergure comme NXT, où une fois quelques sections bloquées et des rideaux bien placés, 3 ou 4 000 personnes pourraient bien s’y retrouver sans que l’ambiance ne soit affectée. C’est une version un peu plus grande du Ricoh Coliseum de Toronto, que la WWE utilise d’ailleurs de temps en temps.

Tous ces chiffres vous ont donné mal à la tête? Voici ce qu’il faut en retenir :

-Le spectacle de vendredi est le meilleur house show en termes de spectateurs depuis 2001
-Comparativement à la moyenne de la WWE, il se compare avantageusement aux autres
-L’année 2014 a fait très mal à la réputation de Montréal
-La chute du dollar canadien fait aussi mal au territoire
-Laval devrait recevoir la WWE avant Québec

Owens a fait plusieurs entrevues en marge du spectacle de vendredi, dont l'Antichambre à RDS

Owens a fait plusieurs entrevues en marge du spectacle de vendredi, dont l’Antichambre à RDS

Kevin Owens, le nouvel ambassadeur de la WWE au Québec
Le lutteur de Marieville a prouvé lors des jours qui ont précédé l’événement de vendredi dernier qu’il était maintenant le nouveau porte-parole francophone de la WWE au Québec. Dans la lignée des Yvon Robert, Johnny Rougeau et remplaçant son ancien entraîneur Jacques Rougeau Jr, il consolide de plus en plus son rôle de chouchou médiatique. Les médias l’adorent et si ce n’était que d’eux, Kevin pourrait facilement faire une apparition médiatique par semaine à l’année longue. Le succès de vendredi dernier repose en grande partie sur ses épaules, autant avant que pendant le spectacle.

La grande conclusion de tout ça?

Tout comme en 2012, la combinaison d’une foule nombreuse et en délire d’un bout à l’autre du spectacle devrait donner le même résultat : le retour d’un événement télévisé. Raw, SmackDown ou un PPV? Si j’avais à gager, j’irais avec Raw ou à tout le moins, un PPV de Raw. Mais fort possiblement un Raw. La WWE a besoin de son nouvel ambassadeur, Kevin Owens, afin de promouvoir l’événement à sa juste valeur. Si Sami Zayn peut aussi embarquer dans le train médiatique, même si c’est seulement avec les médias anglophones, on pourrait penser à voir une foule entre 13 000 et 15 000 spectateurs, ce qui ne s’est pas vu ici en plus d’une décennie.

En rafale…
-Grosse semaine de lutte à l’émission Jean-Charles en liberté sur les ondes du 91.9 Sport. En plus d’avoir reçu Kevin Owens la semaine dernière, j’ai débuté vendredi la première de six chroniques. En effet, j’y étais vendredi dernier afin de parler du show de la WWE, hier pour en faire le résumé, je serai de retour jeudi et vendredi en direct d’Orlando où se tiendront les festivités de WrestleMania, de même que lundi et mardi après Mania.

-Aujourd’hui, pour la première fois à la radio francophone, Sami Zayn donnera une entrevue à JC et mercredi, l’ancien champion par équipe de la WWE Pierre-Carl Ouellet sera l’invité afin de parler de son expérience à Mania et de Kevin et Sami. Jean-Charles en liberté est présenté du lundi au vendredi de 15h à 19h.

-Je devrais écrire de façon assez régulière au courant des prochains jours. Prévisions de WrestleMania, compte-rendu des shows auxquels je vais assister, de l’ambiance sur place. Je serai aussi à WrestleCon, la plus grosse convention de l’année, afin d’y vendre mon dernier livre sur l’histoire de la lutte féminine, Sisterhood of the Squared Circle. J’y serai avec mes accolytes Bertrand Hébert et Dan Murphy.

*La photo en coverture d’article est une gracieuseté de Minas Panagiotakis minas@photography514.com.

Resto-Bar
Cette chronique est une presentation du Resto-Bar Coin du Métro. Le Resto-Bar Coin du Métro, 10 719 Lajeunesse, l’endroit par excellence pour tous les événements sportifs tels que le hockey, le soccer, la boxe, la lutte et le football à Montréal! Vous pouvez aussi consulter leur page Facebook.

Bonne lutte à tous et à toutes!

Si vous avez des questions, des suggestions ou des commentaires, n’hésitez pas à communiquer avec moi au patric_laprade@lutte.quebec, sur ma page Facebook ou sur mon compte Twitter.

RÉAGISSEZ CI-DESSOUS

commentaire(s)

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Le Poing: Titre Universel ou pas, Kevin Owens revient chez lui!
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Weekend de WrestleMania 1ère partie: WrestleCon, SHIMMER, Axxess