Suivez-nous sur Facebook
19/03/2016 | Chroniques

Le coin du livre : un lutteur qui a travaillé pour Saddam Hussein et la WWE!

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Le coin du livre : un livre sur la fin de la ECW!
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Le coin du livre: Harley Race = 100% badass

Nous connaissons surtout Adnan Alkaissy pour son rôle du Général Adnan dans la WWE, au début des années 90, alors qu’il servait de manager pour le Sgt. Slaughter, qui était rendu sympathisant au régime irakien de Saddam Hussein. Avant ça, il a eu une carrière de lutteur un peu partout dans le monde, surtout en Irak. C’est ce que nous apprenons dans son livre The Sheikh of Bagdad. Les histoires que celui-ci contient sont assez incroyables. En voici quelques unes.

Adnan est né en Irak en 1939. Il a rencontré Saddam Hussein pour la première fois alors qu’il allait à la même école secondaire que lui. Ils sont devenus des amis. Saddam avait toujours un livre dans les mains et il était beaucoup intéressé à la politique. Ça n’a pas été une surprise pour Adnan de le voir joindre les rangs du parti Baath. Il était un candidat parfait pour eux puisque Saddam était le genre d’individu qui ferait n’importe quoi pour une cause qu’il avait à cœur.

Le climat social commençait à se détériorer rapidement en Irak. Juste durant la période où Adnan allait à l’école secondaire, il a été témoin de deux révolutions politiques. C’est en finissant l’école secondaire qu’il a décidé d’aller étudier aux États-Unis et de vivre le rêve américain. Adnan était un athlète. Il pratiquait beaucoup de sports dont la lutte amateur. Il a réussit à décrocher une bourse de football à l’Université de Houston même s’il n’avait jamais regardé un seul match de football américain de sa vie.

Adnan-Saddam

Il a donc entrepris la traversée de l’Océan Atlantique à bord d’un navire. C’est durant ce voyage qu’il a fait une rencontre très importante. Il était dans la salle d’entrainement et un homme assez musclé est entré. Adnan était vraiment impressionné par son physique. Cet homme était en fait le grand lutteur québécois Yvon Robert. Yvon l’a regardé et a remarqué ses oreilles en choux fleurs. Il lui a dit : « Tu dois être un lutteur. D’où viens-tu? » Adnan lui a répondu qu’il venait de Baghdad et qu’il s’en allait jouer au football collégial à Houston. Yvon lui a répondu qu’il connaissait très bien le plus gros promoteur de lutte professionnelle à Houston. Si jamais la lutte professionnelle serait le genre de choses qui l’intéressent, il pourrait le référer aux bonnes personnes. Adnan ne connaissait rien de la lutte professionnelle, mais juste à voir le nombre de filles qui regardaient Yvon Robert, c’est clair qu’il aimerait bien s’essayer dans ce sport. Yvon lui a demandé s’il voulait qu’il lui montre quelques prises. Adnan lui a dit oui. Probablement pour impressionner les filles qui le regardaient, Robert s’est jeté sur lui. Adnan l’a contré, lui a pris les jambes, l’a soulevé et Robert s’est ramassé sur le dos. Ce dernier, un peu frustré, lui a crié de prendre ça un peu plus relax. Adnan a donc compris que Robert ne connaissait pas vraiment la lutte amateur. Il lui a dit d’être un peu plus doux et de faire semblant que ça fait mal. Adnan a donc eu sa première leçon de lutte professionnelle. En arrivant à New York, Yvon Robert lui a fait visiter quelques bons restaurants et les deux sont devenus amis.

À l’Université de Houston, Adnan a réalisé que sa vraie passion était la lutte et non le football. Il a donc décidé de transférer à l’Université de l’état de l’Oklahoma. À cet endroit, il a vite gravi les échelons et est devenu un des meilleurs lutteurs amateurs. C’est en finissant l’université qu’il a décidé d’appeler son ami Yvon pour qu’il le mette en contact avec les gens de Houston qu’il connaissait. Adnan est resté à Houston environ un an où il s’est entrainer pour devenir lutteur professionnel. Il est déménagé par la suite à Portland, en Oregon. C’est à cet endroit qu’il a rencontré le promoteur de lutte du coin, Don Owen. Ce dernier avait besoin de quelqu’un pour jouer un personnage d’indien. C’est ainsi qu’Adnan est devenu le Chief Billy White Wolfe. Il s’est mis à se promener dans plusieurs territoires et il a éventuellement gagné la ceinture de champions par équipe de la WWWF en compagnie du Chief Jay Strongbow.

C’est en 1969 que Adnan est retourné vivre en Irak. Il y était retourné quelques fois et durant ces visites, on s’était mis à parler de ses succès à la télévision et dans les journaux. On le montrait comme l’exemple qu’un irakien pouvait réussir sur la scène internationale. Quand Adnan est retourné en Irak, c’était seulement que pour rendre visite à sa famille. Les choses avaient beaucoup changées. Le parti auquel s’était joint Saddam Hussein avait pris le pouvoir et ce dernier était rendu un des hauts placés au pays. Il n’était pas encore le numéro un, mais il était très proche de le devenir. Quelques jours après l’arrivée d’Adnan en Irak, il a reçu un appel qui lui disait que Saddam Hussein voulait le rencontrer. Même s’il le connaissait et il avait été ami avec lui, cette rencontre lui faisait peur parce qu’il avait entendu plusieurs histoires sur Saddam. Il était du genre à mettre son fusil sur la table juste pour intimider la personne qu’il rencontrait. Adnan s’est tout de même rendu au rendez-vous. Après s’être remémoré le bon temps. Saddam lui a offert de travailler pour lui. Il lui a demandé d’organiser des combats de lutte. Adnan pourrait montrer ce qu’il est capable de faire au peuple de l’Irak. Il serait une fierté nationale. Adnan n’avait pas vraiment le choix, mais il s’est dit que ce serait le fun d’être le champion d’Irak et de faire venir quelques amis pour faire des combats avec eux. Ce qu’il n’avait pas réalisé, c’est que la lutte deviendrait très populaire en Irak. Saddam, pour sa part, l’avait prédit et ça faisait justement partie de son plan. Saddam était un homme très intelligent et il avait compris que la lutte lui servirait à détourner l’attention du peuple envers la politique. Pendant que les gens seraient occupés à acclamer Adnan, ils ne porteraient pas attention aux vrais enjeux politiques dans le pays.

Adnan-Andre

Le premier combat que Adnan a organisé en Irak a eu lieu à l’été 1969 contre George Gordienko. Plus de 100 000 spectateurs se sont déplacés pour l’évènement. C’était un deux de trois. Adnan a gagné les deux premières chutes. Il avait proposé à Gordienko de gagner la deuxième, mais ils avaient tellement peur qu’une émeute éclate si Adnan perd qu’ils ont décidé d’y aller avec ce scénario. Au moment où Adnan a été proclamé vainqueur, des milliers de spectateurs se sont mis à tirer dans les airs avec leur fusil. C’était la tradition de célébrer de la sorte en Irak.

En 1971, Adnan a décidé d’affronter André the Giant. Ce combat a attiré encore plus de gens. Cette-fois-ci, André devait gagner la deuxième chute. Juste avant de sortir pour aller vers l’arène, Saddam est allé voir Adnan pour lui souhaiter bonne chance. Il lui a dit: “si André gagne, je le tire avec mon fusil sur le champ.” Ne voulant pas prendre de risques, Adnan a décidé de changer le scénario durant le combat. Il a dit à André qu’il devait perdre la deuxième chute. Adnan avait un peu peur parce que si André ne voulait pas, il était assez grand et gros pour pouvoir faire comme bon lui semble dans l’arène. André a tout de même accepté et il a évité le pire, sans le savoir. Adnan ne lui a pas dit les intentions de Saddam pour ne pas le faire paniquer. Après le combat, Saddam est allé voir André et lui a dit que s’il voulait réussir dans le domaine de la lutte, il devrait maigrir un peu. Oui, Saddam connaissait ça la lutte… En fait, Saddam n’était pas au courant que les combats étaient arrangés et Adnan devait travailler très fort pour garder le secret. Saddam ne devait pas savoir que la lutte n’était pas vraie parce que c’est sûr que s’il avait su, Adnan aurait été exécuté sur le champ.

Adnan-Andre 1

Éventuellement, Adnan s’est tanné d’être en Irak. Il avait une vie de rêve : une grosse maison, une grosse auto, beaucoup d’argent, etc. Par contre, il n’était pas d’accord avec le régime de Saddam. Les choses devenaient de pire en pire en Irak et il avait entendu une rumeur que Saddam cherchait à se débarrasser de lui. Adnan était tellement populaire en Irak qu’il faisait de l’ombre à Saddam. Adnan a donc mis en branle un plan d’évasion qui a fonctionné. Par contre, il n’a pas pu apporter beaucoup d’argent avec lui parce qu’à la minute qu’il irait retirer un gros montant à la banque, Saddam serait averti et ceci pourrait compromettre son plan.

Adnan est donc retourné aux États-Unis où il a continué sa carrière de lutteur dans la AWA sous les traits de son personnage du Sheikh. Les blessures et l’âge l’ont convaincu de faire la transition de lutteur à gérant. C’est d’ailleurs comme gérant qu’il est retourné à la WWE en 1990 en tant que Général Addan. Il jouait un personnage qui ressemblait beaucoup à Saddam Hussein. C’était en même temps que la Guerre du Golfe et son personnage était vraiment « over » en tant que méchant numéro un de la WWE. Il était associé au Sgt. Slaughter qui faisait lui aussi son retour à la WWE en tant que traitre américain et sympathisant au régime de Saddam. Pour Adnan, cette époque a été un dernier coup d’argent. Ce n’était pas un personnage qu’il aimait particulièrement jouer, mais il savait qu’il était à la fin de sa carrière et il avait besoin de gagner sa vie.

The Sheikh of Bagdad est un excellent livre qui traite autant de lutte que de l’histoire de l’Irak. Même si Adnan a joué des personnages moins connus ou même oubliés des amateurs de lutte, son histoire vaut vraiment la peine d’être lue. On se demande parfois si tout ce qu’il nous raconte est vrai, mais il a toutes les photos pour prouver ce qu’il avance donc pourquoi douter de lui?

The Sheikh of Baghdad par Adnan Alkaissy et Ross Bernstein, publié par Triumph Books le 1er avril 2005, 224 pages.

General Adnan book

RÉAGISSEZ CI-DESSOUS

commentaire(s)

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Le coin du livre : un livre sur la fin de la ECW!
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Le coin du livre: Harley Race = 100% badass