Suivez-nous sur Facebook
20/06/2015 | Chroniques

Le coin du livre : JTG de Cryme Tyme raconte son aventure dans la WWE

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Le coin du livre : l’histoire de « Superfly » Jimmy Snuka
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Le coin du livre : l’autobiographie de Bruce, le frère de Bret Hart

Vous vous souvenez de l’équipe Cryme Tyme avec JTG et Shad Garpard? Non? Ce n’est pas grave.

Que vous connaissiez JTG ou non, son livre Damn! Why Did I Write This Book? se lit en l’espace de deux ou trois heures. Quand on le commence, c’est impossible d’arrêter de le lire malgré le fait qu’il est rempli de fautes de syntaxes ou de mots mal placés (ok, il n’y en a pas tant que ça, juste une vingtaine). JTG nous raconte son aventure de lutteur dans la WWE. Il nous averti dès le départ. Ce qu’on s’apprête à lire est son point de vue. Peut-être qu’un autre individu dans la même situation aurait vu les choses différemment. On comprend assez vite qu’il ne se fera pas d’amis avec ce livre et que de toute façon, peu importe ce que tu fais dans le monde de la lutte, ça se peut que tu ne t’en fasses pas anyway.

JTG commence son livre en nous parlant d’une chose qu’il faut absolument éviter comme la peste quand on est un lutteur : heat, qui veut dire “chaleur” en français, mais dans les coulisses du délicat monde de la lutte, ce mot a une autre signification. Je vais donc l’employer en anglais vu que sa définition dans le monde de la lutte n’a pas d’équivalent francophone. La heat peut détruire la carrière d’un lutteur. Elle est comme un nuage noir qui suit un individu après qu’il ait eu un conflit ou un malentendu avec un ou plusieurs de ses collègues de travail lutteurs dans les coulisses. Si tu as de la heat sur toi, tes confrères ne t’aimeront pas ou vont simplement te rejeter, que tu saches ou pas que tu en aies sur toi. Il y a des fois que tu ne sauras jamais pourquoi tu en as sur toi. La plupart du temps, tu reçois de la heat à cause de la jalousie des autres ou pour un simple quiproquo. JTG aurait préféré avoir contracté le virus Ebola au lieu d’avoir de la heat sur lui. Comme Ebola, la heat te met socialement en quarantaine et dans des cas extrêmes, si ton conflit « backstage » est avec un lutteur qui est plus haut placé que toi, qui est dans les tops de la compagnie, personne ne va vouloir manger avec toi à la cafétéria, personne ne voudra voyager avec toi pour aller au prochain gala de lutte, personne ne voudra être surpris par d’autres à parler avec toi, etc. Bref, c’est comme quand tu es un rejet à l’école secondaire, mais dans ce cas-ci, ça se passe dans un monde d’adultes lutteurs.

Voici un exemple de heat : un lutteur, à sa première année sur la route avec la WWE, arrive à l’aréna très bien vêtu et porte des lunettes fumées. Il a l’air d’une superstar. Il entre à l’intérieur de l’aréna en serrant la main à tout le monde parce que c’est ce qu’il est supposé faire à chaque jour (et il ne faut pas qu’il manque une seule main parce qu’il pourrait s’attirer de la heat, s’il en oublie une). En arrivant près d’un des lutteurs vétérans, ce dernier décide d’embarrasser le lutteur recrue en disant : « pour qui il se prend à se promener avec ses lunettes fumées à l’intérieur? » Immédiatement, la recrue enlève ses lunettes fumées en riant nerveusement. Il passe le reste de la journée à marcher sur des œufs, sans dire un mot. Parce qu’un vétéran n’aime pas le voir avec des lunettes fumées, ce lutteur a maintenant de la heat avec tout le monde dans le vestiaire et il a peur de son ombre.

JTG a signé son premier contrat avec la WWE en juillet 2006 et son équipe Cryme Tyme a finalement fait ses débuts à Monday Night RAW en octobre de la même année. Après le combat qu’ils ont livré avec le Spirit Squad, ils sont apparus dans un segment avec King Booker. C’était un des plus beaux jours de sa vie. JTG pensait que rien ne pouvait ruiner ça jusqu’à temps qu’un des membres du temple de la renommée de la WWE l’approche dans le vestiaire. Ce n’était pas la première fois qu’il l’approchait pour lui dire que pendant son entrée vers l’arène, les gestes que JTG faisait ressemblent aux gestes que DX font (le « crosschop » près des parties). Shawn Michaels… oups, le membre du temple de la renommée dit à JTG que ça faisait trois fois qu’il l’avertissait et qu’il n’avait aucun respect pour lui ou pour la « business ». JTG ne voulait pas avoir de heat avec cette légende et il est allé s’excuser même si les gestes qu’il faisait ne ressemblaient à rien à ceux de DX. Il ne voulait pas de heat avec un de ses idoles. Dans son livre, JTG ne nomme pas toujours les personnes avec qui il a des conflits. Dans ce cas-ci, il dit que c’est un membre du temple de la renommée et une légende qu’il admire depuis qu’il est jeune. On devine que c’est Shawn Michaels parce qu’il est le seul membre de DX qui a été intronisé au temple de la renommée de la WWE. Un autre moment donné, durant une tournée européenne, d’autres lutteurs vétérans lui ont demandé s’il ne pouvait pas transporter leur sac de pot en passant les douanes. JTG ne voulait vraiment pas, n’étant pas un consommateur lui-même. Il était sûr que le douanier ne le croirait pas en disant qu’il faisait juste tenir le sac de pot pour les autres. De nulle part un lutteur gentleman britannique (qu’on devine être William Regal parce qu’il n’y avait pas 15 lutteurs anglais à la WWE à l’époque) est venu le défendre en disant de le laisser tranquille, que c’était sa première tournée en Europe et d’arrêter de vouloir le mettre dans le trouble. Aussi vite que Regal est arrivé, aussi vite que les autres sont partis. Il y a une hiérarchie dans le monde de la lutte qui doit être respectée et quand un vétéran comme Regal parle, les autres écoutent.

JTG a aussi eu de la heat parce que son partenaire Shad Gaspard a décidé de se faire coiffer dans un corridor de l’aréna, à la vue de tous. Ceci a fait chier tout le monde, même les agents. Le lendemain, un des agents est venu voir JTG en disant qu’il sait que ce n’est pas de sa faute s’il a de la heat sur lui, mais vu qu’il est en équipe avec Shad, c’est comme s’ils étaient joints à la hanche, comme des frères siamois. Il lui a ainsi annoncé que leur prochain combat serait contre le Great Khali dans un match handicap où ils perdraient en moins de deux minutes. Selon JTG, c’est clair que ce combat leur a été imposé pour les punir.

Le meilleur moment de ce livre est quand JTG raconte qu’il a dû passer à la cour des lutteurs. Pour faire une histoire courte, il a couché avec la “ring rat” (groupie) d’un autre lutteur après que le champion de la WWE l’ait baisé et l’ait envoyé dans la chambre de JTG. Ce dernier dit qu’il ne voulait pas coucher avec la fille, mais qu’il s’est comme fait violer dans une sens. Anyway, ceci a créé un très gros conflit backstage entre JTG et l’autre lutteur qui a pris des proportions énormes au point d’avoir à être réglé dans la cour des lutteurs. Cette cour se tient seulement dans des cas exceptionnels et elle rassemble tous les lutteurs ainsi que les hauts placés de la WWE comme Vince et Stephanie McMahon. Le vestiaire au complet est le jury, l’Undertaker est le grand juge et JBL est le procureur qui représente celui qui a été lésé. L’accusé doit se trouver un avocat qui doit être un autre lutteur respecté, s’il veut avoir des chances de gagner. JTG a trouvé un ancien de la ECW, un vétéran qui l’a assuré qu’il ne pouvait pas perdre avec lui comme avocat. Pour en être encore plus sûr, il a acheté de l’alcool pour tout le monde. Il a donc dépensé 400$ en boisson, un bon investissement selon lui. Le jour où le procès devait avoir lieu, est celui de l’émission RAW où l’histoire était que les funérailles de Vince McMahon devait être célébrées. Vince était “mort” la semaine d’avant (pas pour de vrai, mais dans les histoires de l’émission.) Tous les lutteurs de RAW et de Smackdown étaient présents. C’est aussi le jour où la mort de Chris Benoit et de sa famille a été annoncé. Juste avant de commencer le procès, un des lutteurs s’est mis à pleurer parce qu’il venait d’apprendre la nouvelle (à ce moment, personne ne savait que Benoit avait tué sa famille et s’est suicidé par la suite.) C’était la panique dans l’aréna. Les fausses funérailles de Vince ont été annulées et vous savez probablement le reste de l’histoire. La cour des lutteurs a aussi été annulée à cause de la confusion générale. Sauvé par la cloche, comme on dit.

Je recommande ce livre à tout amateur de lutte qui veut en apprendre plus sur les coulisses de la WWE. Bien sûr, c’est le point de vue de JTG qui est présenté, mais il vaut la peine d’être lu.

Damn! Why Did I Write This Book? n’existe pas en format physique. Vous pouvez seulement vous le procurer sur le net en format PDF pour la magnifique somme de 1,99$ US. C’est un 2$ très bien investi. Vous pouvez le commander juste ici.

cryme_tyme_by_theelectrifyingonehd-d7shbsn

JTG qui vend un petit peu trop le Cobra de Santino

Cryme Tyme vs The Hart Dynasty avec l’intervention de l’Undertaker

Cryme Tyme rencontre DX

La première apparition à RAW de Cryme Tyme contre Spirit Squad

 

RÉAGISSEZ CI-DESSOUS

commentaire(s)

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Le coin du livre : l’histoire de « Superfly » Jimmy Snuka
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Le coin du livre : l’autobiographie de Bruce, le frère de Bret Hart