Suivez-nous sur Facebook
30/04/2016 | Chroniques

Le coin du livre: Harley Race = 100% badass

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Le coin du livre : un lutteur qui a travaillé pour Saddam Hussein et la WWE!
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Le coin du livre: l’autobiographie de Pat Patterson, le rêve du Québec!

André The Giant avait peur de seulement deux personnes dans la vie: Meng (Haku) et Harley Race. À la lecture du livre King of the Ring: The Harley Race Story, on comprend vite pourquoi. La première fois que j’ai vu Harley Race lutter dans les années 80 pour la WWF, il était à la fin de sa carrière dans l’arène en tant que lutteur. Je n’ai pas été très impressionné. Je ne connaissais pas beaucoup la carrière qu’il avait eue avant. Il n’avait pas non plus le physique des lutteurs des années 80 qui m’impressionnaient à l’époque. Ce n’est que par la suite que je me suis mis à m’intéresser au « King » Harley Race à force d’entendre parler de ses exploits de vieux « tough ».

Il y a trois choses qui caractérisent Harley Race : des « toughs » comme lui, il ne s’en fait plus, il aime faire de la vitesse quand il conduit une auto et il aime les fusils. D’ailleurs, tu es mieux de ne pas jouer de tours si Harley Race est dans le même vestiaire de lutte que toi. C’est ce qu’ont appris assez vite Johnny Valentine et Jay York. Un moment donné, Johnny Valentine a eu la brillante idée de mettre de l’essence à briquet dans la pompe contre l’asthme à Jay York. Après son combat, York a utilisé sa pompe et mettons que quand il a pu reprendre son souffle, il n’était pas très content. Quelques jours plus tard, Race était dans le vestiaire avec ces deux derniers, Larry Hennig et quelques autres lutteurs. York était sûr que Valentine avait encore une fois mis de l’essence à briquet dans sa pompe. Il a sorti un fusil, a dit à Valentine qu’il l’avait averti de ne plus faire ça et il a tiré un coup vers lui qui l’a propulsé jusque dans les douches. Il s’est alors retourné vers les autres en disant qu’il ne pouvait pas laisser de témoins en vie après ce qui venait de se passer. Il a pointé son fusil sur un des lutteur s’est mis à genoux pour le supplier de l’épargner. Il a par la suite pointé son fusil vers Larry Hennig. Rendu à Harley Race, il a réalisé que ce dernier avait sorti son propre fusil et qu’il était rendu sur sa tempe. « Soit que tu baisses ton gun ou tu vas te retrouver sur le plancher à côté de Valentine » Haley Race ne plaisantait pas. Par contre, York a répondu : « C’était juste une joke. Tu peux te relever Valentine. » York avait tiré une balle à blanc. Harley Race ne le savait pas et il n’était pas du genre à prendre de chances. Cette mauvaise blague a failli couter la vie à Jay York.

Ce n’est pas la seule fois que Race a pu prouver qu’il ne faut vraiment pas le faire chier. Il a commencé à lutter dans le circuit des fêtes foraines. La plupart du temps, les combats étaient arrangés. Un lutteur montait dans l’arène pour défier quiconque dans la foule qui voulait l’affronter. C’est à ce moment que Harley Race entrait en scène. Il sortait de la foule pour défier le lutteur. Bien sûr, il était de connivences avec et le résultat du combat était prédéterminé. Ça arrivait aussi à Harley Race d’être celui qui lançait les défis. Parfois un spectateur se sentait assez brave et montait dans l’arène. La plupart du temps, il gagnait facilement, mais si un de ces adversaire se montrait trop coriace et qu’il pouvait gagner, Race avait une porte de sortie. Il lui donnait un bon coup de tête. Ces coups étaient illégaux dans ce genre de combats et il se faisait disqualifier pour ne pas perdre la face.

Durant un de ses huit règnes en tant que champion mondial de la NWA, il est allé défendre sa ceinture au Mexique contre un lutteur habillé en C3PO. Ça se passait pas trop longtemps après la sortie du premier Star Wars en 1977 et c’était la folie furieuse. Tout le monde trippait Star Wars. Bien sûr, ceci a influencé un lutteur à s’habiller comme un des personnages de ce film. Harley Race n’en revenait pas. Il était champion et on lui demandait de se battre contre quelqu’un habillé en robot. Vu qu’il est un professionnel, il a fait le combat. La cloche a sonné et Harley s’est avancé pour faire le contact avec son adversaire. Ce dernier lui a pris un bras et l’a tiré en lui faisant mal. Harley a trouvé ça curieux, mais il a continué en essayant de refaire le contact. C3PO a refait la même chose. La seule personne à proximité qui parlait anglais était l’arbitre. Harley lui a dit de dire à son adversaire qu’il allait lui donner qu’un avertissement. Soit qu’il se calme ou il allait le regretter. L’arbitre est revenu avec la réponse : « Non, c’est toi qui va te calmer parce que c’est moi qui décide ce qui va se passer dans le combat ». Ce n’est vraiment pas le genre de réponses qu’il faut donner à Race. Il a forcé C3PO à lui faire une prise de tête ce qui lui a donné l’occasion de faire une souplesse (belly-to-back suplex). Dans les airs, il l’a tourné juste assez pour que C3PO tombe durement sur le côté. Ce dernier se tordait de douleur. Race en a profité pour le couvrir et gagner. Rendu dans le vestiaire, une quinzaine de lutteurs mexicains étaient autour de C3PO. Race a commencé à enlever ses bottes. Il s’est mis à entendre des murmures qui s’amplifiaient. Il savait que ça regardait mal pour lui et qu’il y avait des gens fâchés en face qui le regardaient. Il avait une caisse de bières à ses côtés. Il a pris une bouteille et l’a tirée dans un miroir qui a éclaté en miettes. Il a brisé le fond d’une autre qu’il a mise à côté de lui. Il a continué à délacer ses bottes. Les 15 lutteurs sont restés de leur côté sans rien faire. Il ne faut vraiment pas faire chier Harley Race.

C’est ce que Vince McMahon aurait dû savoir la première fois qu’il a rencontré Harley Race. Ce dernier devait perdre sa ceinture prochainement contre Ric Flair. Vince a appelé Harley pour lui demander s’il voulait le rencontrer. C’est dans un restaurant, accompagné chacun de leur épouse, que la réunion a eu lieu. Vince lui a proposé de garder sa ceinture de la NWA et de signer avec sa fédération. Il pourrait par la suite lancer un défi au champion de la WWF et faire un combat pour unifier les deux ceintures. Harley n’était pas convaincu de ce plan. La NWA lui avait fait gagner de l’argent toute sa vie et il trouvait que ce serait mieux de lui demeurer fidèle. À la fin du meeting, Harley a décliné l’offre de Vince. Rendu à l’extérieur, en s’en allant vers son auto, Vince marchait avec sa femme. Harley était en arrière et a vu Vince changer sa démarche, comme s’il devenait tout à coup plus confiant et que personne ne pouvait l’arrêter (probablement la même démarche qu’il utilise quand il se rend vers l’arène). Vince s’est retourné vers Harley et s’est jeté sur ses jambes. Par réflexe, Harley lui a agrippé le coup par en arrière de manière à pouvoir le briser très facilement. La femme d’Harley lui a vite dit d’arrêter parce que ça ne valait pas la peine. Harley est reparti avec sa dignité, mais il allait vite savoir que Vince allait gagner la guerre contre la NWA.

Pendant le plus fort de cette guerre entre la WWF et la NWA, Vince a organisé un gala dans la ville de Kansas City qui était le cœur du territoire de la NWA dont Harley Race détenait une part. Il avait investi 500 000$ de son argent dans sa fédération de lutte et il n’allait pas se laisser faire. Il a donc décidé d’aller confronter les lutteurs de la WWF dans le vestiaire de l’aréna de Kansas City où avait lieu le show. En arrivant, il a vu ses deux amis Dory Jr. et Terry Funk. Hulk Hogan n’était pas si loin et Harley lui a donné une claque dans la cage thoracique. Ceci l’a fait sursauter. Il a perdu son équilibre et est tombé sur une chaise. L’atmosphère était vraiment tendue. Tout le monde savait que Race n’était pas là juste pour le plaisir. Hogan a décidé de briser la glace en disant : « Je pensais que si je te voyais à Kansas City, tu transporterais un de tes gros fusils.” Et bin Race portait justement un fusil sur lui et il s’est empressé de le montrer en soulevant son gilet. Gorilla Monsoon qui regardait les choses aller en a eu assez et a demandé à Harley Race de quitter. La sécurité avait été appelée, mais vu que Harley Race était impliqué dans l’affaire, elle ne voulait pas intervenir. Il a répondu à Gorilla qu’avant de quitter, il allait laisser savoir à tout le monde qu’il était là. Harley s’est dirigé vers l’arène. La foule s’est mise à crier son nom. Gorilla menaçait de faire en sorte qu’il soit arrêté par la police s’il mettait les pieds dans l’arène. Harley avait prouvé son point et ça ne valait pas peine d’aller au poste de police pour ça donc il a rebroussé chemin et a quitté l’aréna. Ce n’est qu’un peu plus tard qu’il a capitulé et a décidé de joindre la WWF.

D’après ce qu’il dit, Harley Race a été le premier lutteur de tous les temps à passer à travers une table. Ça fait partie des deux choses stupides qu’il a inventées dans la lutte et qui lui ont couté sa carrière. L’autre étant la descente de la tête du troisième câble sur son adversaire qui est au tapis (le « diving headbutt” aussi utilisé par Chris Benoit et Daniel Bryan, par exemple). Quand il est arrivé dans la WWF, après avoir décidé qu’il était mieux de joindre l’ennemie que de faire faillite, il a prit part à un tournoi qu’il l’a couronné le roi de l’arène (il a été élu le 2e King of the Ring). Ceci devait contribuer à dire au gens que Harley Race est un grand champion, sans mentionner qu’il avait été champion de la NWA huit fois auparavant. Il avait par la suite une série de combats prévus contre HulK Hogan, qui devaient contribuer à montrer que celui-ci était le plus grand des champions. Les victoires d’Hogan l’amèneraient par la suite à reprendre la ceinture qu’il avait perdue aux mains d’André the Giant. Ce momentum l’a transporté jusqu’à sa victoire sur Randy Savage où il a repris sa ceinture. Anyway. Vince McMahon a eu vent que Harley Race est passé à travers une table dans un combat contre le Macho Man. Vince voulait que Harley répète sa cascade contre Hogan. Harley Race n’avait aucun problème avec ça, mais il n’a pas regardé la table à travers laquelle il allait passer avant de l’utiliser. Quand il est passé à travers, la bande de métal qui fait le tour de la table l’a touché près de l’os pelviens. Ce n’est que quelques semaines plus tard qu’il est rentré à l’hôpital pour se faire opérer. Harley est un gars « tough » comme il ne s’en fait plus et vivre avec la douleur n’était pas un problème pour lui.

Ceci aurait dû terminer sa carrière, mais Harley avait le goût de retourner dans l’arène même s’il n’avait pas le ok du médecin. N’ayant donc pas de papier du médecin, la commission athlétique ne l’autorisait pas à remonter dans l’arène. Il a donc quitté le pays pour recommencer à lutter lors de la tournée européenne de la WWF où la commission n’avait pas de juridiction. Pas longtemps après, il a fait son dernier combat avec la WWF contre Haku où il a perdu sa couronne de roi. Sa blessure lui a valu sept opérations à l’abdomen. Même s’il n’était pas rétabli, il continuait à lutter. Des « badass » comme Harley, il ne s’en fait plus.

Si vous voulez savoir c’est quoi un vrai lutteur « tough », vous devez lire le livre de Harley Race. Sa réputation ne semble pas exagérée. Il est un lutteur d’une autre époque qui vaut la peine d’être découvert!

Dernièrement, je n’ai pas écrit régulièrement pour cette chronique. J’ai été très occupé avec mon projet qui me tient à cœur : Total Crap. Si vous ne savez pas c’est quoi, on présente notre nouveau show au Club Soda le 3 juin prochain. Après, la chronique du Coin du livre devrait revenir plus régulièrement. Aussi, j’ai eu récemment la chance d’être invité à l’émission de télévision L‘étrange Programme pour parler de livres et de films qui ont rapport avec la lutte. Voici le résultat.

King of the Ring: The Harley Race Story écrit par Harley Race et Gerry Tritz publié le 1 février 2013 par les editions Sports Publishing, 208 pages.

Harley pochette

RÉAGISSEZ CI-DESSOUS

commentaire(s)

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Le coin du livre : un lutteur qui a travaillé pour Saddam Hussein et la WWE!
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Le coin du livre: l’autobiographie de Pat Patterson, le rêve du Québec!