Suivez-nous sur Facebook
04/03/2020 | Chroniques

Laissez la mort dormir en paix SVP!

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Keith Lee: de graisse et de gloire!
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Shayna Baszler, l'anti "Eye Candy"

skysports-undertaker-wwe_4442597

Mark Calaway aura connu tout un voyage dans le monde de la lutte, un périple de plus de 30 ans qui a fait de ce grand rouquin un personnage culte et plus grand que nature! Du moment même où il incarnera son personnage de fossoyeur à cravate, en passant par les variations permettant à celui-ci de se renouveler sans se trahir : Le ministre des ténèbres, le “Bad Ass” américain, le “Big Evil”, le frère de l’autre (Kane), les coupes de cheveux et costumes variés, jamais, même aujourd’hui, Mark Calaway n’aura dévié de sa ligne de conduite: un personnage sombre, impénétrable et dominant. Disons-le comme ça se présente, c’est tout à son honneur, car de nombreux lutteurs, durant leur carrière, auront à changer de gimmick pour s’adapter à la mode du moment, aux tendances de l’époque et/ou satisfaire les exigences de la compagnie. Certains ont abouti avec des personnages ridicules les dirigeants vers un quasi-suicide professionnel (allo la période risible du Brutus “The Barber” Beefcake à la WCW ou les multiples incarnations du Papa Shango devenant une machine de combat (sic) ou un adepte de la censure après avoir terrifié les jeunes en prêtre vaudou!!).  Du grand n’importe quoi!!!

Mais ça suffit, la mort est la mort et, contrairement à Edge, Kurt Angle, Jeff Hardy, RVD ou tout autre bon vieux vétéran qui revient pour une “dernière run”, faut savoir être raccord avec ce qui nous a rendu immortel. L’ADN de Taker ne peut pas être usée à la corde comme on semble vouloir le faire au nom des dollars d’outre-mers et, étant avant tout un fan de la première heure, j’aurais aimé que tout se soit arrêté avec la fameuse et historique fin de la streak en 2014, à Wrestlemania XXX.

Depuis, sauf pour des moments purement nostalgiques auprès des fans et financièrement avantageux pour Vince et Taker lui-même, le personnage est devenu, malheureusement, insignifiant et n’apporte plus grand chose pour l’avancement de la lutte alors qu’ils nous a tant fait vibrer auparavant… Undertaker n’est pas un personnage comme les autres, il n’est pas Rikishi qu’on peut sortir un soir durant une réunion d’anciens, le temps de quelques pas de danse. Pour moi, l’Undertaker, c’est l’intégrité totale, la violence en peu de mots, un axe de noirceur n’ayant jamais dévié de sa trajectoire… SAUF qu’il faut justement admettre, pour me faire mentir, que c’était carrément jouissif de le voir boire un shot de Jack Daniels avec Steve Austin lors d’un Broken Skull Sessions, en dehors de son personnage, un véritable contre-pied à la gimmick de “Deadman” qu’il aura traînée toute sa carrière!

Mark Calaway aura été loyal à Vince pendant longtemps et il est dans un club sélect où peu de gens se retrouvent vraiment, celui des icônes, des superstars (les vrais superstars)….  Un vrai immortel que les fans ne veulent pas voir fléchir dans des situations ridicules, comme des matchs bidons, avec des entrées plus longues que le combat même. Qui sait quels secrets sur Vince garde-t-il en mémoire? Et on peut probablement penser que, pour services rendus, la WWE le gardera dans son giron à jamais d’une manière ou d’une autre. D’ici là, AJ Style devrait servir de dernier tour d’honneur parfait pour Undertaker à Wrestlemania, Style étant un adversaire crédible et capable de mettre son opposant “over” sans perdre en crédibilité, mais ensuite, s’il vous plait, laissez la mort dormir en paix une fois pour toutes…

RÉAGISSEZ CI-DESSOUS

commentaire(s)

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Keith Lee: de graisse et de gloire!
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Shayna Baszler, l'anti "Eye Candy"