Suivez-nous sur Facebook
10/10/2019 | Chroniques

« La Lutte C Vrai » plus que jamais dans Lanaudière!

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Départ canon pour la Fédération montérégienne de lutte
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Saint-Hyacinthe: la EWE prête à rayonner davantage

llcv-B

Fondée au départ par des fans de lutte – surtout de la FLQ -, ainsi que par les efforts de Yannick Noël et de Nico Perez, la promotion La Lutte C Vrai a pris définitivement son envol l’an dernier à L’Épiphanie, une petite ville de la région de Lanaudière. Une belle surprise compte tenu que la lutte était interdite à cet endroit il y a 20 ans, à cause d’une émeute…

Pour Yannick Noël, la lutte c’est non seulement vrai, mais aussi une véritable passion et une bonne dose de plaisir. Il a d’ailleurs réussi à attirer plusieurs grands noms de la lutte québécoise.

« J’ai toujours eu comme approche de travailler AVEC les lutteurs plutôt que de les traiter comme des lignes de scripts. J’ai toujours eu une approche de collaboration avec les autres fédérations de lutte et non de compétition. J’ai pu collaborer la saison dernière, directement ou indirectement, avec des promotions telles la FLQ, la XZW, la GEW, la FCL, la NSPW, Lutte 07 et même la C4 à Ottawa », mentionne-t-il, qualifiant que la LLCV a un cachat familial, mais qui peut « sortir les dents » de temps à autres.

Ce n’est toutefois pas toujours de tout repos, vu que des restrictions se sont dressées devant lui à l’Épiphanie: interdiction d’utiliser des tables, chaises et poubelles, pas de lutte à l’extérieur du ring, certains lutteurs bannis (Sexxxy Eddy, TDT, Green Phantom).

« Pour notre prochaine saison, on va donc se promener un peu à travers la région de Lanaudière », mentionne Yannick Noël.

Ce dernier affirme que de manière générale, la première saison de LLCV fut un succès… sauf le “Summer Show”.

« C’etait ma premiere et derniere expérience de gala exterieur et Dieu merci, il y avait un toit. Le gala s’est bien déroulé, mais la foule habituelle n’a pas suivi.Je me suis depuis pris en main, on a formé un comité avec des nouveaux propriétaires et on a resserré le budget le temps de bien repartir. On a eu une excellente cuvée en matière de champions: Evil Uno (AEW), Matt Martel (WWE), Lufisto, Matt Angel, Ryan Donavon, Cecil Nyx. Plusieurs invités de marque, dont Sylvain Grenier, René Duprée et Ryan Rogan, ont aussi lutté pour nous. Nous avons vraiment hate de présenter la deuxieme saison! », allègue Yannick Noël.

La LLCV peut d’ailleurs compter sur un personnel de lutteurs fort intéressant. En plus d’un noyau de lutteurs locaux (Nico Perez, Frank Venom et Steven The Sweet Boy), on retrouve des noms tels Kickmaster, Jason Petitclerc, Rock’N’Road, Jude Frisco, Kevin Beru, Karl Jepson, Jayden Cain, Kira, Sally, Mareds, Big Fat Seb, Frank O’Neil, Franck Drouin, Ryan Donovan, Joey Manson, Kath Von Goth, Lufisto, Emilio, Rockstar Inc, Judd et Seth Cassidy… et la liste continue.

Un vétéran a fait par ailleurs jaser par sa présence, soit Cowboy Bob. Yannick Noël défend ce choix.

« Cowboy Bob devait prendre sa retraite en 1999 lors du dernier gala d’une série de quatre a L’Epiphanie lorsque qu’une émeute a éclaté a la fin du troisième et il a toujours été comme un espèce de mentor de la lutte à L’Epiphanie. Je voulais lui donner l’occasion d’avoir ce dernier combat avec l’été pour se préparer et le combat du 18 octobre sera effectivement son dernier à vie. C’est un peu comme un hommage a un bâtisseur pour moi et je suis conscient que ce n’est pas unanime, mais je devais boucler la boucle », dit-il.

Yannick Noël a bon espoir que la seconde saison saura intéresser les fans, avec des galas le plus souvent à tous les mois. Les prochains événements auront lieu le 18 octobre à St-Charles-Borromée (tout près de Joliette) et le 15 novembre à la Cabane à sucre des Sportifs de Saint-Esprit.

« Nous aurons de nouvelles ceintures et quelques belles surprises au niveau des lutteurs », promet-il.

Yannick Noël se réjouit de la montée en popularité de la lutte québécoise.

« Elle est en tres bonne santé et attire plus que jamais et ça s’étend au dela de la frontière avec la présence de nombreux Québécois a la C4 d’Ottawa. Et quelque part là-dedans, la LLCV tente de se faire une petite place dans ce marché », conclut-il.

Pour en savoir davantage: « La Lutte C Vrai » sur Facebook.


(photos: Josianne Tétrault-Rebelshot)

llcv-A

llcv-Cllcv-Dposter llcv

RÉAGISSEZ CI-DESSOUS

commentaire(s)

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Départ canon pour la Fédération montérégienne de lutte
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Saint-Hyacinthe: la EWE prête à rayonner davantage