Suivez-nous sur Facebook
21/11/2020 | Chroniques

FTR, au sommet du tout premier classement par équipe du PWI

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Kenny Omega au temple de la renommée du Wrestling Observer
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
La chronique de Pat Laprade: Une belle opportunité!

PWD_February_21-1

Pat Laprade

Pat Laprade

Fort de son succès avec ses éditions sur les meilleurs lutteurs et meilleures lutteuses, le PWI 500 et le Women’s 100, le Pro Wrestling Illustrated, le seul magazine de lutte aux États-Unis et au Canada, a publié cette semaine sa première édition du PWI Tag Team 50, soit le classement des meilleures équipes dans le monde de la lutte.

Prenant la période du 1er octobre 2019 au 30 septembre 2020, le magazine classe les meilleurs duos selon des critères quelque peu différents de ses autres classements. On retrouve le push, les victoires, les titres, si l’équipe a été active (au moins 10 matchs ou quatre mois d’activité en équipe pour être éligible), mais on ajoute de nouveaux critères tels que la chimie, la créativité et le it factor, ce petit quelque chose qui rend l’équipe à part des autres.

Un classement mixte, bonne ou mauvaise chose?
Outre les critères, l’un des constats que nous pouvons faire, est que le PWI, dans un but d’équité, a favorisé l’inclusion des équipes féminines dans sa liste. Un peu trop peut-être.

Je m’explique.

Je trouve l’idée excellente. Cependant, je trouve que ce fut fait au détriment d’autres équipes qui auraient mérité leur place ou qui aurait mérité un meilleur rang.

Est-ce que Nikki Cross et Alexa Bliss, en équipe, ont été supérieures à Best Friend? Est-ce que les IIconics, classées 50e, ont été meilleures qu’un paquet d’équipes laissées pour contre, telles que Danny Burch et Oney Lorcan, Pete Dunne et Matt Riddle ou Jessicka Havok et Nevaeh par exemple? Poser la question c’est y répondre. Je crois que les éditeurs auraient mieux fait d’évaluer les équipes féminines pour ce qu’elles ont accompli et non pas par soucis de représentativité.

Cela dit, j’applaudis tout de même la décision. Il s’agit de la première édition et le processus ne peut être encore parfait.

FTR, une équipe à part
Le PWI ne pouvait demander un meilleur timing que de sortir son numéro quelques semaines après l’excellent match entre FTR et les Young Bucks à Full Gear.

Dash Harwood et Cash Wheeler ont connu une superbe année de référence en remportant les titres d’AEW, mais aussi ceux de SmackDown, devenant la première équipe à remporter des titres par équipe à la WWE et à AEW.

Les anciens champions d’AEW, The Elite, Kenny Omega et Hangman Page, ont terminé au deuxième rang, alors que la première équipe féminine, Sasha Banks et Bayley, complète le podium, un choix très mérité pour celles qui nous ont divertis tout l’été, en plus de remporter les titres féminins par équipe de la WWE.

Les Canadiens Josh Alexander et Ethan Page, The North, qui ont été champions à Impact, sont classés quatrième alors que les Street Profits, première équipe masculine en provenance de la WWE, complètement le top 5.

Les Bucks, en dehors du top 10
Dans ce qui sera probablement une surprise pour plusieurs, les Young Bucks n’ont pas été classés parmi les 10 meilleures équipes. En effet, on leur a préféré les Guerrillas of Destiny, les Lucha Bros., New Day, les Kabuki Warriors et Roppongi 3K.

La chose est surprenante parce que les deux frères sont considérés comme la meilleure équipe des dernières années dans le monde de la lutte, mais pas si surprenant quand on regarde leur année d’évaluation. Ils ont perdu leur match de première ronde dans le tournoi pour couronner les premiers champions par équipe d’AEW, n’ont remporté aucun titre et n’ont pas été les mieux utilisés, malgré leurs excellents matchs. Cela dit, ils ont eu à mon avis une meilleure année que R3K, de même que les Kabuki Warriors, surtout de la façon que les titres féminins sont utilisées à la WWE. L’année prochaine sera certes différente avec leur récente victoire à Full Gear.

Cela dit, pour moi, la plus grande surprise est la 13e position d’Undisputed Era, alors que je les avais au premier rang sur la liste que j’avais remise au PWI. Ils ont été à mon avis les champions les plus dominants, en plus de cocher toutes les autres cases.

Toute une année pour les Golden Rôle Models: meilleure équipe féminine de l’année et 3e au total

Toute une année pour les Golden Rôle Models: meilleure équipe féminine de l’année et 3e au total

Quelques statistiques
Au total, neuf équipes féminines font partie du classement, donc un peu moins de 20%. La WWE en a 4, la plus importante promotion féminine au Japon, Stardom, en a 3, la promotion toute féminine EVE en Angleterre de même que la promotion féminine numéro un en Amérique du Nord, SHIMMER, en ont une chacune.

Sept des 20 meilleures se trouvent avec AEW, eux qui ont mis beaucoup d’emphase afin d’avoir la meilleure division par équipe au monde. En contrepartie, la WWE n’en a que 5, dont une à NXT et deux duos féminins.

Au total, la WWE domine avec 13 équipes dont 2 à NXT et 2 autres à NXT UK. AEW en a 9, New Japan 6, Impact et Stardom 3 chacune. ROH et AAA au Mexique en ont 2, MLW, la NWA, All Japan, CMLL au Mexique et NOAH au Japon en ont une chacune, tandis que la scène indépendante compte 7 représentantes.

Faible représentations du Québec
Plus près de chez nous, trois Québécois font partie du classement. Au 24e rang, on retrouve The Artist Collective, le trio composé de Shinsuke Nakamura, Cesaro et du Québécois Sami Zayn tandis qu’au 38e rang, nous avons les Québécois Stu Grayson et Evil Uno, aussi connu sous le nom de Dark Order.

Matt Martel et Chase Parker, Ever-Rise, qu’on peut voir à NXT et 205 Live, n’y sont pas, tout comme l’équipe de l’année sur la scène indépendante québécoise en 2019, Mathieu St-Jacques et Thomas Dubois, TDT, les Untouchables (Matt Angel et Travis Toxic) ainsi que les Torontois Sebastian Suave et Tarik (The Pillars) qu’on peut voir autant ici qu’en Ontario.

En terminant, voici le top 10, de même que le top 10 masculin et le top 5 féminin.

Final
1-FTR
2-The Elite
3-Golden Role Models
4-The North
5-Street Profits
6-GOD
7-Lucha Bros.
8-New Day
9-Kabuki Warriors
10-Roppongi 3K

Masculin
1-FTR
2-The Elite
3-The North
4-Street Profits
5-GOD
6-Lucha Bros.
7-New Day
8-Roppongi 3K
9-Young Bucks
10-Violent Giants

Féminin
1-Golden Role Models
2-Kabuki Warriors
3-Queen’s Quest
4-Alexa Bliss et Nikki Cross
5-Team Sea Stars

Resto-Bar
Cette chronique est une presentation du Resto-Bar Coin du Métro. Le Resto-Bar Coin du Métro, 10 719 Lajeunesse, l’endroit par excellence pour tous les événements sportifs tels que le hockey, le soccer, la boxe, la lutte et le football à Montréal! Vous pouvez aussi consulter leur page Facebook.

Bonne lutte à tous et à toutes!

Si vous avez des questions, des suggestions ou des commentaires, n’hésitez pas à communiquer avec moi au patric_laprade@videotron.ca, sur ma page Facebook ou sur mon compte Twitter.

RÉAGISSEZ CI-DESSOUS

commentaire(s)

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Kenny Omega au temple de la renommée du Wrestling Observer
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
La chronique de Pat Laprade: Une belle opportunité!