Suivez-nous sur Facebook
01/09/2020 | Chroniques

Dominik Mysterio peut-il réussir?

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
7 questions rapides pour Dru Onyx!
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
7 questions rapides pour LuFisto!

fils-mysterio-storm

La “famille Mysterio” (Gutiérrez dans les faits) n’a rien inventé… On peut, de manière aléatoire, penser aux familles Rougeau, Hennig, Hart, Poffo, Anoa’i, DiBiase, Orton, etc. C’est un fait connu, la lutte professionnelle a toujours aimé utiliser la famille dans ses histoires pour vendre une histoire à sa clientèle ou bien utiliser le filon de la famille pour bâtir plus rapidement une jeune pousse (et ce, avec parfois des résultats bien relatifs…) D’ailleurs un gang, une faction, un clan, c’est bien, mais avouez qu’une bonne histoire de famille apporte sa dose de “réalité” et ce, peu importe du côté des bons… ou des méchants!

Je reste par contre très mitigé lorsqu’on incorpore des membres d’une famille, peu ou pas entraînés, dans une histoire active à l’écran. Je me souviens encore du malaise de voir le fils de Bill Goldberg en bedaine dans un ring alors que ce n’était absolument pas nécessaire… Que dire du malaise de voir le père de The Miz, dans une histoire contre Shane, digne d’une nomination pour un Razzie Award pour l’ensemble de son oeuvre…

Le cas Dominik Mysterio m’a d’ailleurs rendu assez inconfortable dans les derniers temps. À priori, on se souvient de l’histoire de paternité entre Rey et Eddie Guerrero autour de 2005. À ce moment-là, le jeune garçon se retrouvait au point central d’une dispute entre les deux icônes hispaniques pour la garde de Dominik, qui avait huit ans à peine à l’époque… Cette histoire, fictive, on vous le rappelle, avait quand même soulevé un certain intérêt auprès des fans, les deux protagonistes étant des valeurs sûres dans un ring, la crédibilité du jeune Dominik n’étant pas un risque réel pour la situation…

Près de 15 ans plus tard, la situation prend une tournure bien différente… Le petit garçon est devenu grand et veut jouer dans la cour de son papa. Mon malaise étant lié au fait qu’être incorporé dans une histoire familiale est une chose, mais porter l’héritage de la famille Mysterio en est une toute autre! Rey Mysterio est une véritable légende vivante partout dans le monde et, bien sûr, au Mexique! Succéder aux prouesses acrobatiques de son père ne s’apparente donc pas être des vacances, surtout avec les standards déjà établis par le plus petit des grands lutteurs professionnels! On pouvait sentir la chose arriver depuis plusieurs mois, à l’écran. Dominik est incorporé aux histoires touchant son père, un traitement sympathique qui permet d’allonger la carrière de Rey à la WWE, contrairement à des vétérans comme RVD, les Hardy’s et les Dudley’s qui ont fini par se perdre dans une certaine morosité…

Mais il y a un éléphant dans la pièce : Dominik affiche à l’écran de vilains défauts, malgré une bonne grandeur (6 pieds deux pouces) : il n’a pas de “shape”… longiligne et sans réelle masse musculaire (sous la barre des 200 livres, selon des sources), impossible de le rendre crédible face aux talents découpés au couteau de la WWE… Autre point, le jeune Mysterio (23 ans tout de même) n’a aucun charisme à l’écran. Son visage angélique est celui d’un chérubin qui a grandi, mais loin du vendeur de t-shirts qui fait sonner les caisses enregistreuses de la fédération de Vince…

Évidemment en coulisses, Dominik est conseillé et entraîné depuis assez longtemps car il sait que son nom de famille ne peut pas tout apporter. On le dit déterminé et à l’écoute auprès de ses coachs, ce qui fait que ses apparitions récentes ont démontré une réelle volonté de s’incruster dans le business, coûte que coûte. D’ailleurs, les étapes ont passé de simples apparitions à manger une couple de solides rinces par des méchants (Lesnar, Rollins-Murphy…) pour ensuite se positionner comme lutteur en bonne et due forme! L’aventure étant périlleuse toutefois à cette dernière étape, tout peut s’effondrer bien vite si, quand le temps de lutter arrive, on ne livre pas la marchandise…

Arrive donc SummerSlam, mais surtout Payback où le jeune à réellement saisi sa chance de devenir “legit” dans ce monde impitoyable, amplifié par la cruauté des fans commentant à chaud les prouesses ou catastrophes de leurs favoris dans le ring. Durant Payback, Dominik, sans tout faire exploser, a réussi à ne pas ternir l’image et la carrière de son père qui (ça doit être un rêve pour papa) partageait le ring avec lui. Ramassant les réactions positives de la foule (virtuelle) et réussissant à donner le change au tandem de vilains Rollins-Murphy. Honnêtement, j’étais content pour lui car les bases sont là, l’exécution s’améliore et son langage non-verbal devient de moins en moins banal. On ne parle pas encore d’un futur Hall of famer, mais j’aime penser qu’il peut devenir une vraie Superstar de la WWE sans avoir à se dire “pas grave si y’é poche man, c’est le père du gars qui fait le 619, donc je l’aime bien!” 

Maintenant, comme les fans sont exigeant, le travail n’est pas terminé pour Dominik Mysterio. Il devra ajouter, selon moi, une bonne dose de muscles sur sa charpente, éviter les blessures, travailler à grande vitesse ses talents au micro et surtout développer éventuellement son propre arsenal de prises… Je suis personnellement tanné du 619 (de son père) et du Frog Splash (d’Eddie) depuis longtemps! Alors, d’ici quelques mois, j’espère que le personnage pourra un peu s’affranchir des comparaisons avec ses prédécesseurs…

Seul l’avenir nous dira à quoi ressemblera la carrière du bien jeune homme, mais les choses semblent enfin sur la bonne voie pour ce talent de troisième génération.

 

 

RÉAGISSEZ CI-DESSOUS

commentaire(s)

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
7 questions rapides pour Dru Onyx!
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
7 questions rapides pour LuFisto!