Suivez-nous sur Facebook
19/05/2018 | Chroniques

“Derrière le masque”, un combat à finir contre l’intimidation

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
The Usos, une des meilleures équipes à vie selon Heyman!
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Triple H promet une "annonce majeure" pour la lutte féminine

amelie-bibeau

Durant ses loisirs, le mot “livre” a toujours évoqué, pour Amélie Bibeau, l’imagination et le pouvoir des mots. Pour son conjoint Sébastien “Johnny La Magouille” Morin (une star de l’Académie de Lutte Estrienne, basée à Sherbrooke), c’était plutôt relié au poids de ses adversaires dans le ring…

Pourtant, ces deux univers parallèles – qui ont formé un couple soudé et uni – se rejoignent à merveille dans “Derrière le masque”, un roman dans lequel Amélie Bibeau illustre les conséquences de l’intimidation au quotidien.

C’est dans un lancement littéraire que l’auteure jeunesse originaire de Windsor a connu son amoureux. Une rencontre improbable… mais marquante.

“Sébastien m’a fait connaître, avec sa passion qu’est la lutte, un monde fascinant qui marie bien les prouesses physiques et l’aspect théâtral. Certains personnages sont vraiment fascinants!”, confie-t-elle.

C’est dans cet esprit qu’Amélie a mis en scène, avec sa plume vivante et imaginative, l’histoire d’Olivier Dumais, un garçon âgé de 16 ans pas très populaire à l’école, mais qui brille dans le ring avec son personnage de Sauterelle. Olivier tentera du mieux qu’il peut (sans dévoiler sa véritable identité) charmer Alicia Castonguay, qui décide également de tenter sa chance dans le monde de la lutte.

“Une fois qu’il porte son masque, Olivier se sent invincible. C’est son moyen de s’évader, de s’en sortir car à l’école, il se fait constamment insulter et harceler. La lutte lui fait vraiment beaucoup de bien. Par ailleurs, je n’ai pas été véritablement intimidée durant ma jeunesse, mais j’ai vu de près les impacts qu’ont une telle approche sur les jeunes “, résume Amélie.

L’auteure a bien sûr pu compter sur le soutien de son conjoint, qui a permis d’illustrer avec de nombreux détails les coulisses de la lutte.

“En plus d’écrire un combat, il a influencé quelques personnages et donné quelques conseils afin de donner du réalisme à l’aspect lutte. Il y a même des vidéos sur mon site Web afin de montrer quelques prises de lutte”, mentionne-t-elle avec fierté.

Celle qui a connu un grand succès avec la série “Lili-la-lune” – abordant les agressions sexuelles – proposera, après le premier tome de “Derrière le masque” (avec comme sous-titre “Haute voltige”), deux autres tomes. Le deuxième est déjà en préparation et devrait être publié dans moins d’un an.

“Je souhaite réellement toucher le plus de gens possible, notamment par des conférences dans les écoles et, pourquoi pas, exporter mon livre à travers la francophonie. L’intimidation fait trop de ravages et il faut alimenter positivement la réflexion à ce sujet. Ce serait également génial si cette série de livres était adaptée pour la télévision. Et grâce à Sébastien, mon livre a pu être remis à Kevin Owens. Imaginez les retombées si cette vedette de la WWE donne un coup de main afin de le faire connaître encore plus!”, dit-elle en souriant.

Amélie Bibeau a actuellement entrepris une tournée d’événements de lutte afin de rencontrer les fans, dont ce soir (19 mai) au gala de la GEW à Granby ainsi que le 9 juin, lors du gala ALE vs NCW à Sainte-Thérèse. Pour en savoir davantage sur sa démarche littéraire et sa carrière: www.ameliebibeau.com/derrierelemasque.html.

derriere-le-masque

***

Un tel projet n’aurait pu pas voir le jour sans une complicité extraordinaire avec l’Académie de lutte estrienne (ALE), qui bénéficie d’une visibilité importante dans les médias estriens et sociaux.

Lors de la visite de Lutte Québec à l’événement “Apogée” – tenu devant plus de 600 fans comblés au Centre d’activité physique du Cégep de Sherbrooke le 28 avril -, il était facile de constater que la ALE est avant tout une grande famille. Et Amélie, avec les éloges entourant la sortie de “Derrière le masque”, en fait pleinement partie.

Simon Hébert-Pelletier, alias le “dominant” Simon Easton – un “heel” très efficace! – a collaboré avec plaisir au projet d’Amélie Bibeau.

“J’ai eu le plaisir d’inspirer un des personnages, Patrick Champagne, coach dans l’organisation de Sauterelle et de Lucky. Comme je suis entraîneur à la ALE depuis ses débuts, soit comme coach en chef ou assistant, c’est tout un honneur! J’ai pu lire le combat écrit par mon collègue La Magouille avant que le livre ne sorte, et j’ai lu le livre immédiatement lors de sa sortie. J’ai reconnu plusieurs situations similaires à ce que je vois autour de moi dans la lutte québécoise. Le monde de la lutte n’est pas différent du monde réel. On y trouve du bon monde… comme du moins bon!”, confie-t-il à Lutte Québec.

Simon Easton, un des piliers de la ALE.

Simon Easton, un des piliers de la ALE.

Un des pionniers de la ALE, Simon est d’ailleurs très fier de l’impact de cette promotion de lutte, qui donne la chance à plusieurs jeunes talents de se faire valoir. Les valeurs de respect et de loyauté, ainsi que l’esprit de famille, sont prioritaires pour celui qui manie à merveille la publicité sur les médias sociaux. Et la ALE est en pleine montée, comme le prouve sa participation à un événement de la NCW en juin.

“Nous sommes là pour les fans. Je suis prêt à mettre les bouchées double pour que l’on ait du plaisir, bien souvent en faisant plusieurs sacrifices”, conclut-il, en faisant remarquer que 80 % des lutteurs de la ALE pratiquent leur art bénévolement.

Amélie Bibeau était tout sourire à son kiosque lors du gala “Apogée”.

“J’ai eu un coup de main tellement formidable de la part de la gang de la ALE! Et les fans sont vraiment très gentils avec moi. Je me sens vraiment privilégiée!”, conclut-elle.

Pour en savoir plus sur la ALE: https://estrielutte.weebly.com ou sur Facebook.

(Photos en action: courtoisie ALE/Martin St-Laurent)

Le champion actuel de la ALE, Bigfoot, couronné lors de l'événement "Apogée".

Le champion actuel de la ALE, Bigfoot, couronné lors de l’événement “Apogée”.

L'action était au rendez-vous lors de l'événement "Apogée", présenté par la ALE le 28 avril, à Sherbrooke.

L’action était au rendez-vous lors de l’événement “Apogée”, présenté par la ALE le 28 avril, à Sherbrooke.

RÉAGISSEZ CI-DESSOUS

commentaire(s)

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
The Usos, une des meilleures équipes à vie selon Heyman!
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Triple H promet une "annonce majeure" pour la lutte féminine