Suivez-nous sur Facebook
08/04/2015 | Chroniques

Death of WCW – Une leçon de marketing et de gestion !

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Amour-haine
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Juste pour lutter

Byv3wu7IgAA_11j

Byv3wu7IgAA_11j

Ce qui est bien avec ma chronique « Lutte et société », c’est que je peux faire pas mal ce que je veux parce que ça englobe beaucoup de choses. Tant que je ne vous parle pas seulement de ce qui se passe uniquement dans le ring.

(ouain hein le move d’Orton sur Rollins à WrestleMania sick en maudi !!!!!11!!!)

Mon livre préféré portant sur la lutte, que j’ai lu et relu des centaines de fois, c’est The Death of WCW , écrit par R.D. Reynolds et Bryan Alvarez, et publié chez ECW Press.

Les plus bilingues parmi vous devineront que ce livre porte sur la mort de la WCW.

(hihi)

En passant, ceux qui ont acheté la version de 2004, je vous conseille vivement d’acheter également celle publiée l’année dernière! Il y a beaucoup de détails supplémentaires, et on y rajoute un beau chapitre qui énumère les similarités entre la WCW et la TNA d’aujourd’hui… Croyez-moi, il y en a beaucoup!

Ses auteurs posent la question suivante; pourquoi la WCW est morte, alors qu’elle n’était pas censée mourir?

Bien sûr qu’elle n’était pas censée mourir!

  • Des lutteurs dédiés et loyaux (quand un de tes plus grands lutteurs performe chez la compétition… 14 ans après que ta compagnie ait fermés, c’est chill)
  • Un incroyable bassin de lutteurs venant de partout dans le monde, contrairement à une certaine époque dans la WWE.
  • Un bassin de fans loyaux depuis les tout débuts (soit lorsque ça s’appelait Georgia Championship Wrestling)
  • Et surtout; un propriétaire aux poches pleines, soit Ted Turner.

Pourquoi j’aime autant ce livre? Pourtant, il y a tellement d’autres livres sur la lutte disponibles!

C’est une préférence personnelle je dirais, à cause de mon champ d’études. Le marketing et la gestion me passionnent. Voir comment fonctionnait la WCW était fascinant. Les non-amateurs de lutte peuvent, à mon avis, aimer le livre. (C’est le magazine Forbes qui le dit!)

Le livre nous accompagne dans cinq chapitres: 1988 – 1996, lorsque M. Turner a acheté la compagnie de Jim Crockett pour en faire « sa » WCW, 1997, 1998, 1999, 2000, 2001, et son ultime chapitre parle de l’acquisition de la WCW par la WWE.

Les deux auteurs ont contribué au site wrestlecrap.com, spécialisé sur le côté moins glorieux et plus niaiseux de la lutte. Alors, attendez-vous à rire avec une centaine d’anecdotes qui n’ont pas de sens et que les fans ont pu apercevoir; Sting et British Bulldog attaqués sur plage par Sid Vicious, Vader… ainsi qu’un nain avec un oeil, la psychédélique guerre entre Ultimate Warrior et Hulk Hogan (Avec le segment le plus bizarre de l’histoire de la lutte. Indice: ça implique un miroir), le séjour de Ric Flair dans un l’hôpital psychiatrique lors d’un épisode de Nitro… et qui devient président de la WCW quelques jours plus tard sans explication.

J’en passe!

Même si tout ça est vraiment drôle, on y parle aussi de toutes les controverses de l’histoire de la compagnie; Ric Flair à la WWF (avec la ceinture de la WCW!), le Fingerpoke of Doom, Vince Russo qui trahit Hulk Hogan à Bash of the Beach 2000, etc. Même pour un non-fan qui n’a pas vécu les années WCW (j’avais 9 ans quand elle a fermé!), ce livre est diablement intéressant.

Et en passant, oui le livre répond à la question de comment cette compagnie au destin assuré a pu fermer. La réponse est bien simple, et non, ce n’est pas seulement la gestion déficiente de cette compagnie.

Bonne lecture!

RÉAGISSEZ CI-DESSOUS

commentaire(s)

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Amour-haine
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Juste pour lutter