Suivez-nous sur Facebook
20/06/2019 | Chroniques

Benjamin Tull: l’art de faire souffrir… et de faire rire!

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
La lutte et Leucan font équipe à Saint-Hyacinthe
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
FCL: de la lutte... sur un quai!

benjamin-tull-A

À la fois imposant, terrifiant et très efficace dans le ring, Benjamin Tull a plusieurs cordes à son arc.

Ce lutteur sans filtre au micro, qui fait carrière depuis 19 ans, est entre autres un “foodie” convaincu, un comédien qui gravit lentement les échelons et le copropriétaire de la boulangerie-pâtisserie Les Touriers. Prochaine étape: un spectacle d’humour!

Le Medley (6206, rue Saint-Hubert, Montréal) accueillera, le mercredi 26 juin à 19 h, l’événement « La Lutte! La Lutte! La Lutte! » organisé par Pierre-Luc Racine, du podcast 3 Bières. Cette soirée fait d’ailleurs partie du festival Minifest.

« Pierre-Luc a invité d’autres humoristes à faire du stand-up sur le thème de la lutte. En plus de quelques humoristes, il voulait avoir sur place des lutteurs qui viennent faire du stand-up ou compter une histoire. Urban Miles et moi avons répondu à l’appel », explique Benjamin.

Le champion actuel de la IWS et de Lutte 07 (à Gatineau) avoue avoir hâte de participer à cette soirée.

« Le stand-up, c’est quelque chose que je voulais essayer depuis longtemps car j’apprécie vraiment faire des promos, autant dans le ring que devant la caméra. J’ai l’impression qu’il y a beaucoup de similitude avec le stand-up. C’est donc là que je le verrai », affirme-t-il en riant.

***

benjamin-tull-B

Avec un bagage aussi impressionnant en tant que lutteur, nul doute que Benjamin Tull aura des anecdotes croustillantes à raconter.

Et la lutte, pour lui, c’est du sérieux. Il a notamment fait sa marque au sein de la NCW – où il a été président du conseil d’administration pendant trois ans – , mais aime bien performer dans plusieurs compagnies, en tant que lutteur indépendant, dont la IWS, la NSPW, Lutte 07, LDDCPW, Battlewar, la FLQ et C*4.

Mais Benjamin Tull aime bien rayonner à l’extérieur du ring, tout en gardant un lien avec la lutte.

« J’ai fait un documentaire sur la lutte Lucha Libre au Mexique, où j’ai fait des pratiques avec la CMLL. Il y a aussi ma participation à un court documentaire réalisé par Radio-Canada, sur la vie de lutteur/entrepreneur/père, qui a obtenu une nomination aux Gémeaux. Récemment, j’ai participé à une lecture de pièce de théâtre sur la lutte, écrit par Maxime Champagne dans le cadre du Festival Jamais Lu au théâtre Aux Écuries.

Benjamin Tull soutient que la lutte demeure encore aujourd’hui une grande passion.

« C’est surtout un trip d’adolescence qui n’a jamais fini… Et quand j’ai voulu arrêter en quittant la NCW, je n’ai jamais été autant en demande de toute ma carrière. J’ai alors décidé d’en profiter pendant que ça passait (* rires *). Je me sens très privilégié de vivre tous ces moments actuellement, en luttant pour les meilleurs fédérations québécoises. Et j’ai ainsi des super belles opportunités, ce qui est probablement d’ailleurs ce que je préfère », conclut-il.

Pour en savoir plus sur la soirée du 26 juin: « La Lutte! La Lutte! La Lutte! Spectacle d’humour sur la lutte! » sur Facebook.

Une autre entrevue réalisée par Lutte Québec, en 2017, est toujours en ligne ici.

Et pour visionner le documentaire « Une soirée à la lutte », cliquez ici.

64300745_459110418225617_4414614270138908672_n

RÉAGISSEZ CI-DESSOUS

commentaire(s)

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
La lutte et Leucan font équipe à Saint-Hyacinthe
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
FCL: de la lutte... sur un quai!