Suivez-nous sur Facebook
04/12/2019 | Chroniques

Analyse : Retour sur la première saison de NWA Powerrr

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Deepak Massand : Une légende montréalaise qu'il faut sortir de l'oubli
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Scott Steiner, un autre ajout «gériatrique» à NWA Powerrr

Capture d’écran, le 2019-12-04 à 20.30.55

À un peu plus d’une semaine de la présentation du gala Into The Fire à la télévision à la carte, qui sera le tout premier PPV de la nouvelle mouture de la NWA (National Wrestling Alliance), je vous propose de revenir sur la Saison 1 de l’émission hebdomadaire NWA Powerrr, qui s’est conclue hier soir par l’annonce de l’arrivée de Stu Bennett (Wade Barrett) à titre de commentateur.

Remarquez que mes observations ne sont présentées dans aucun ordre particulier, et que j’éviterai d’aborder le sujet de Jim Cornette, puisque Lutte.Québec en a déjà parlé abondamment dans des articles précédents. Sans plus tarder, voici une brève analyse de NWA Powerrr Saison 1.

UNE PRÉSENTATION «RÉTRO» TOUT À FAIT CHARMANTE

Il y a fort longtemps qu’on n’avait pas eu l’occasion de voir une émission de lutte filmée dans un studio de télévision plutôt qu’une aréna, et bien que ce choix «artistique» ait été fait avant tout en raison de restrictions budgétaires, il faut admettre que c’est extrêmement rafraîchissant, et même cocasse par moments. Les producteurs de la NWA ont opté pour une présentation de facture «rétro» évoquant de toute évidence les années 80, tant sur le plan esthétique et graphique que dans le choix de la chanson thème «Into The Fire» de Dokken. On tente vraisemblablement d’attirer les amateurs de lutte nostalgiques de cette belle époque, et à ce niveau, force est d’admettre que c’est un succès. De cette manière, la NWA est parvenue à se distinguer de toutes les autres fédérations, et ce, avant même qu’un seul lutteur ne soit monté dans l’arène.

UN ALIGNEMENT DE LUTTEURS DONT ON A VITE FAIT LE TOUR

Parlant de monter dans l’arène, c’est là que ça se gâche quelque peu. Dans sa division masculine en simple, la NWA compte sur un seul lutteur de très haut calibre qui pourrait légitimement aspirer aux grands honneurs dans d’autres fédérations: le champion des poids lourds Nick Aldis. Non loin derrière Aldis, les ex-membres de TNA/Impact Wrestling James Storm, Eli Drake et Ken Anderson sont des vétérans «mid-carders» dont la réputation n’est plus à faire, et leur place au sein de l’alignement de la NWA est à la fois méritée et nécessaire, pour étoffer un peu les rangs. Personnellement, j’ai toujours apprécié le Cowboy James Storm, tant pour son personnage acerbe que pour son athlétisme, et j’étais ravi de le revoir à la NWA, après qu’il ait quitté Impact Wrestling et passé de longs mois sous le radar.

Par contre, après avoir nommé ces quatre têtes d’affiche… disons que ça sent «le fond de chaudron», si vous permettez l’expression. Aron Stevens (anciennement connu sous le nom de Damien Sandow à la WWE), Trevor Murdoch, Colt Cabana, Ricky Starks, The Question Mark et Melina? Y a-t-il vraiment quelqu’un qui s’est enthousiasmé en entendant ces noms? Tous les goûts sont dans la nature, certes, mais personnellement, j’ai regardé en mode «avance rapide» de longs passages des émissions de Powerrr impliquant ces protagonistes.

NICK ALDIS N’A PAS DE COMPÉTITION (AUTRE QUE JAMES STORM)

Si James Storm semblait être un choix incontournable pour affronter le champion Nick Aldis lors du gala Into The Fire, qui sera présenté le 14 décembre prochain, que restera-t-il à prouver pour Aldis une fois qu’il aura vaincu Storm? Quel autre lutteur, au sein de la NWA actuelle, serait réellement digne de l’affronter? Entendez-vous les mouches voler, vous aussi? Eh bien, voilà.

Capture d’écran, le 2019-12-04 à 20.30.17

Dans l’un des premiers épisodes de Powerrr, Aldis avait affirmé en entrevue qu’il serait prêt à se mesurer à n’importe quel lutteur provenant du circuit indépendant ou d’une autre fédération, quel qu’il soit. C’est d’ailleurs ce qui a incité le vétéran canadien Tyson Dux à lancer un défi à Aldis en conclusion du plus récent gala de la FLQ Wrestling, No Fear, en novembre dernier. Cependant, on ne sait toujours pas si un tel affrontement est dans les cartes. L’arrivée imminente de Stu Bennett à la NWA porte à croire qu’Aldis pourrait affronter son compatriote britannique sous peu. Bennett n’a toutefois pas lutté depuis qu’il a quitté la WWE il y a plus de quatre ans, et c’est pourquoi il semble sage de le rapatrier à titre de commentateur, dans un premier temps.

DEUX GRANDS-PÈRES CHAMPIONS PAR ÉQUIPE

Ne vous méprenez pas, j’ai beaucoup de respect pour Robert Gibson et Ricky Morton, les membres du légendaire Rock N Roll Express. Mais au-delà de la nostalgie qu’éprouve le public du sud des États-Unis en les voyant monter à nouveau dans le ring, existe-t-il une pire façon de faire perdre toute crédibilité à la division par équipe de la NWA que de confier les ceintures de champions à deux grands-pères qui se nourrissent exclusivement de «manger mou» pour éviter de briser leurs dentiers? Pour l’amour, il faut savoir quand s’arrêter si on veut quitter la tête haute! Ça démontre aussi à quel point les dirigeants de la NWA ont peu d’estime pour les Wild Cards, ex-champions par équipe vaincus facilement par le RNR Express.

RNR Express

BILLY CORGAN ET DAVE LAGANA : BONNE VOLONTÉ ET TÊTE DE MULE

Billy Corgan, célèbre chanteur des Smashing Pumpkins, aurait pu laisser la NWA sombrer dans l’oubli après l’échec de sa collaboration avec Impact Wrestling et Dixie Carter. On rapporte qu’il a perdu des sommes d’argent astronomiques dans cette aventure. Cependant, Corgan a persévéré et, bien qu’il soit loin d’être un expert à titre de producteur d’une fédération de lutte, sa passion et sa détermination ont permis de redonner vie à la NWA. Pour l’instant, son succès est mitigé, mais laissons-lui davantage de temps avant de juger l’ensemble de son oeuvre. On m’a laissé entendre, entre les branches, qu’il consulte régulièrement un certain membre de la famille Hart pour lui demander conseil et obtenir son avis, ce qui démontre une ouverture d’esprit et un désir de s’améliorer.

Pour sa part, Dave Lagana, scripteur en chef de la NWA, est le principal responsable des scénarios plus ou moins cohérents et parfois sortis de nulle part qui ont été mis de l’avant tout au long de la première saison de NWA Powerrr. On rapporte, en coulisses, que Lagana a rejeté du revers de la main de nombreuses idées intéressantes, pour la simple raison qu’elles ne venaient pas de lui. Quand l’égo a davantage d’importance que la qualité du produit, ça donne les résultats qu’on connaît…

Et vous, chers amateurs de lutte, qu’avez-vous pensé de cette première saison de NWA Powerrr?

RÉAGISSEZ CI-DESSOUS

commentaire(s)

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Deepak Massand : Une légende montréalaise qu'il faut sortir de l'oubli
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Scott Steiner, un autre ajout «gériatrique» à NWA Powerrr