Suivez-nous sur Facebook
01/09/2019 | Chroniques

AEW All Out: tout un couronnement à Chicago!

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
NOUVELLE MAJEURE: La WWE de retour à Montréal dans le temps des fêtes
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
L'ancien lutteur Fernand Fréchette décède à l'âge de 75 ans

AEWY2J

Pour un amateur de lutte c’est à Chicago que ça se passe ce weekend et j’y suis justement. En effet, All Elite Wrestling, la nouvelle coqueluche du milieu, produisait son deuxième PPV au Sears Center de Chicago, là où tout a commencé pour Cody, Kenny Omega et les Young Bucks avec le projet d’All In il y a déjà un an.

Beaucoup a changé en 12 mois. Le groupe est devenu une compagnie avec à sa tête Tony Khan, l’un des propriétaires des Jaguars de Jacksonville dans la NFL, il a collectionné les événements à guichets fermés et a obtenu un contrat avec un des 10 plus gros postes de télé aux États-Unis. Ce qui n’a pas changé c’est la qualité de lutte qu’il présente.

Hier, une foule de près de 11 000 spectateurs, avec un fort démographique entre 18 et 40 ans, très peu d’enfants, mais beaucoup plus de femmes, ont vu un événement varié à souhait. Il y avait des matchs 3 contre 3, par équipe, en simple, à trois, de la lutte féminine, une bataille royale, un match d’échelle, un match plus extrême, des matchs qui racontaient chacun une histoire différente et à la toute fin, le couronnement d’une année de dur labeur, lorsque Chris Jericho est devenu le premier champion de l’histoire de l’AEW en défaisant « Hangman » Adam Page.

« Je croyais que AEW représentait le changement, le nouveau. Pis c’est un gars qui luttait il y a plus de 20 ans qui devient le premier champion. WTF? » certaines pourraient se dire.

Effectivement.

Mais c’est aussi un gars qui a su se réinventer dans les dernières années. Avec l’arrivée imminente de la télévision, Jericho est un lutteur qui est davantage connu autant par les anciens fans de l’ère attitude, que le groupe va vouloir ramener à la lutte, que par les amateurs qui connaissent surtout les lutteurs de la WWE. De plus, il est heel, et un bon heel par surcroit, ce qui en fait le choix idéal pour être champion. C’est toujours mieux de voir un babyface courir après le titre qu’un heel. L’histoire se termine toujours mieux de cette façon.

Un rythme de show parfait et une excellente diversité

La finale de 26 minutes n’était pas nécessairement évidente. Il fallait suivre le match de la soirée et l’un des meilleurs matchs de l’année alors que probablement les deux meilleures équipes au monde s’affrontaient dans un match d’échelles, soient les Young Bucks (Nick et Matt jackson) et les Lucha Bros. (Pentagon et Fenix).

C’est d’ailleurs ce que j’ai aimé du show, son pacing, son rythme.

On a débuté avec un bon match entre les vétérans SCU (Scorpio Sky, Christopher Daniels et Frankie Kazarian) et la nouvelle garde, l’équipe composée de Luchasaurus, Jungle Boy et Marko Stunt. Deux styles différents, mais qui se sont bien complétés. Luchasaurus était clairement la vedette du match. Ce n’est pas le meilleur lutteur, il ne parle pas au micro, mais il a un charisme, un quelque chose qui connecte bien avec la foule. Comme quoi ce n’est pas toujours nécessaire d’être un des meilleurs au micro ou dans les entrevues pour être over avec la foule. Comment savoir que quelqu’un est over? C’est quand il l’est. Point à la ligne. Et il ne faut pas toujours comprendre pourquoi, mais plutôt suivre la vague.

Tout de suite après, on nous a donné Kenny Omega contre PAC, Neville pour ceux et celles qui l’avaient connu à la WWE. Remplaçant de Jon Moxley, blessé au point de ne même pas pouvoir prendre l’avion, on savait que le match serait bon, alors son positionnement m’a initialement surpris. En rétrospective, c’était parfait. Un excellent match, probablement le deuxième meilleur de la soirée. Les gars étaient fatigués à la fin, ce qui est normal et à l’écran, les commentateurs ont rattrapé la petite erreur arrivée vers la fin du match. C’est leur travail après tout, rendre le match meilleur encore. En direct, on n’a pas eu cette chance, mais tout de même, sans être parfait, le match a livré la marchandise. PAC a remporté le combat et devient donc l’aspirant numéro un au titre. Mais quelque chose me dit que sa rivalité avec Page, qu’il devait affronter à Double or Nothing, va interférer dans tout ça.

Après le combat je me suis dit que je ne voudrais pas être celui qui suit ce match. C’est alors qu’on a eu droit à un match triple menace entre Jimmy Havoc, Darby Allin et Joey Janela. Le match le plus hardcore de la soirée et le match parfait pour suivre ce qu’on venait de voir. Ce n’était pas un match pour tous les goûts, je l’admets, mais c’était le bon match devant la bonne foule. C’est important de bien connaître sa foule et de savoir ses limites.

On a ensuite enchaîné avec un match par équipe, le premier de la soirée. Donc un 3 c. 3, un match en simple, un triple menace et un match par équipe, quand je vous parlais de diversité, les quatre premiers matchs en sont un bon exemple.

Le match impliquait les Best Friends, Trent et Chuck Taylor, contre Dark Order, les Québécois Evil Uno et Stu Grayson. Et ça me tue de l’admettre, mais ce fut le moins bon match de la soirée. Pas un mauvais match là. Juste le moins bon. Nuance. Et ce n’est pas le talent des gars qui est remis en cause ou ce qu’ils ont fait dans le combat, mais plutôt la relation entre Dark Order et la foule d’AEW. Depuis la froide réception qu’ils ont eue à Double or Nothing, ils n’ont pas été capables de gagner la foule à leur cause encore. Il y a quelque chose avec leurs personnages qui ne passe pas avec les fans. Quelqu’un me faisait remarquer qu’ils devraient être babyfaces, qu’il était là le problème. Pas fou. La plupart de leurs prises sont des prises spectaculaires qui sont plus faciles à applaudir qu’à huer. Mais il y a plus. La connexion de se fait pas et on devra trouver le problème bientôt. Parce que le talent y est. Peut-être qu’ils n’ont juste pas encore démontré à la foule tout leur savoir-faire. Je les ai vus à la PWG contre les Young Bucks et American Wolves, je les ai vus contre les Bucks autant à la PWG qu’à ROH, ils sont capables de faire partie des meilleurs. En 2010, 2011, 2012, ils étaient considérés comme l’une des 10 meilleures équipes au monde. Mais ils étaient babyfaces et n’étaient pas aussi « gimmicky » dans leur personnage. À suivre.

AEW devra améliorer sa division féminine

On y est ensuite allé d’une autre diversité alors qu’on a présenté le seul match de femmes sur la carte principale, soit Riho contre Hikaru Shida, deux lutteuses japonaises qui ont livré un excellent combat. Elles ont commencé plus lentement, mais ont terminé en force. Par la fin du match, elles avaient conquis les spectateurs. En conférence de presse d’après-gala, le propriétaire Tony Khan disait qu’il voulait mettre beaucoup d’emphase sur les lutteuses japonaises, les Joshis. Il voit les Joshis comme les Luchadors du début des années 90 à la WCW, c’est-à-dire un style méconnu et peu utilisé en Amérique du Nord, mais qui devrait être en principe très apprécié des fans. Une excellent analyse si vous voulez mon avis. La WWE a dans ses rangs trois des meilleures lutteuses au monde en Asuka, Kairi Sane et Io Shirai, et à part un peu avec la dernière, l’organisation ne fait pas grand-chose avec elles.

Riho a remporté le combat et affrontera maintenant Nyla Rose afin de couronner la première championne féminine de l’AEW. Dans l’avant-gala, Rose avait remporté une bataille royale, le Casino Battle Royale, un concept différent, qui a mieux passé cette fois-ci que la première fois, preuve parfois qu’il ne faut pas abandonner une idée après seulement une reprise. Le concept est pourtant simple. Cinq personnes débutent la bataille royale et après un certain nombre de minutes, cinq autres arrivent, et cinq autres et cinq autres, pour un total de 20. Puis, une seule personne fait son entrée, pour amener le total à 21, un clin d’œil au blackjack étant donné que la première bataille royale de ce genre avait été présentée à Las Vegas et de la connotation des noms de shows avec le monde des casinos.

Ce concept, entre une bataille royale régulière et un Royal Rumble, permet de mettre beaucoup d’emphase sur le dernier participant et créer une réaction similaire à celui ou celle qui entre en dernier dans un Rumble.

Et dans la bataille royale d’hier, il y avait du talent au pied carré. On n’a pas lésiné avec ça, surtout en recrutant des lutteuses qui ne sont pas signées avec AEW. On avait les non-signées telles que Mercedes Martinez, Shazza McKenzie, Ivelisse, Fabi Apache, Priscilla Kelly, Nicole Savoy, Big Swol et Tenille Dashwood, alors que trois d’entre elles sont présentement les championnes des trois plus importantes promotions de lutte féminine en Amérique du Nord. On avait les vétéranes telles que Awesome Kong, ODB et Jazz, qui ont toutes les trois reçu une super réaction. Et on avait celles signées par AEW comme Britt Baker, Nyla Rose, Sadie Gibbs, Brandi Rhodes, Bea Priestley et Allie. Faire sortir Martinez en dernier prenait une certaine dose de courage parce que mise à part la classique Mae Young, elle n’a jamais travaillé pour une promotion majeure. Cela dit, elle est probablement la lutteuse la plus complète que j’ai vue à l’œuvre. Le match était désigné pour que Nyla Rose, la première lutteuse trans signée par une compagnie majeure de lutte, l’emporte. Ça se voyait dès les premières minutes.

Le seul hic que j’ai avec ça c’est que Rose n’est pas la lutteuse la plus talentueuse qu’AEW a dans ses rangs et je crains qu’on lui donne un push que pour faire un statement. Je ne dis pas que c’est ça, mais en même temps, Britt Baker est la face féminine de la compagnie depuis le jour un et une lutteuse bien plus talentueuse et je m’explique mal qu’on ne l’ait pas choisie. Surtout contre Riho, le clash va être très grand entre les deux. S’ils font gagner Riho, c’est donc dire que ce que Khan mentionnait, de pousser les Joshis, était la raison derrière. Si Rose gagne, le statement de la compagnie sera alors clair. En conférence de presse, Khan mentionnait que la diversité était importante pour lui. Et personnellement, je n’ai pas de problème avec ça, si c’est à talent égal. Toutefois, mettre quelqu’un champion juste parce qu’il est différent, je n’ai jamais aimé ça. Peu importe la différence. Ça devrait aller au mérite, toujours et tout le temps. Surtout que pour Rose, LE match que les gens veulent voir c’est avec Awesome Kong et ce match n’a pas besoin d’un titre.

J’ai demandé à Khan s’il était intéressé à signer des lutteuses comme McKenzie, Martinez, Kelly, Savoy et compagnie. Évidemment, il a mentionné qu’il ne peut signer tout le monde, qu’il doit commencer par trouver de la place à celles qu’il a déjà sous contrat, mais qu’éventuellement, oui, car ce sont toutes d’excellentes lutteuses. Britt Baker a pour sa part mentionné qu’elle aimerait bien un match avec Martinez.

Le problème avec la réponse de Khan, bien que je comprenne qu’il ne peut avoir 20 lutteuses sous contrat avec seulement deux heures par semaine, c’est qu’il n’a pas signé les meilleures nécessairement. Baker fait partie de l’élite, tout comme Shida et Riho. Mais si je compare les Martinez, Ivelisse, McKenzie, Savoy, Swol et Dashwood aux Priestley, Rhodes, Rose, Bates et Gibbs, il y a un gap. Impact frappe fort avec sa division féminine avec les Tessa Blanchard, la meilleure lutteuse américaine en ce moment, Jessicka Havok, Tenille Dashwood (qui a eu la permission de lutter à AEW), Jordynne Grace et Taya Valkyrie. La WWE a Flair, Banks, Lynch, Bayley, en plus des Asuka, Shirai, Sane, LeRae et Baszler, sans oublier Rousey. AEW est un peu le parent pauvre de ce groupe et devrait courir pour signer les indépendantes pendant qu’il est encore temps. La guerre est commencée et présentement, ils ont le troisième meilleur alignement de lutteuses, devançant uniquement ROH.

Les Bucks ont dû appeler leur mère!

Pour revenir au show, les trois derniers matchs ont bien terminé l’événement. L’entrée de Shawn Spears, mais surtout celle de Cody, étaient superbes. Bon, le chien à Cody n’ pas aimé la pyrotechnie, et en conférence de presse, Khan a admis que c’était une mauvaise idée et que Brandi n’était pas contente de la situation, mais sinon, c’était fort. Le match était différent à cause des interactions avec Tully Blanchard, MJF, Earl Hebner et l’apparition surprise d’Arn Anderson, qui a eu l’un des pops de la soirée. On continue à titiller le turn de MJF sur Cody et ça va être du bonbon quand ça va arriver.

Le match d’échelles entre les Bucks et les Lucha Bros. a été complètement fou! Les bumps que ces gars-là ont pris, c’était quelque chose! Heureusement, les frères de Jackson s’en tirent indemne. C’est presqu’un miracle. En conférence de presse, les Bucks ont dit être revenus en coulisses après le match et n’avoir jamais vu un vestiaire aussi terrifié! Je ne comprends pas encore comment Nick Jackson n’est pas gravement blessé après son bump sur la table à l’extérieur. Les frères ont même dû appeler leur mère pour la rassurer! Mais ça a ajouté au match en bout de ligne, même s’il y a surement une façon de rendre le match aussi spectaculaire, mais un peu plus sécuritaire. La foule a d’ailleurs eu de la difficulté à revenir dans le match après la chute de Nick. Encore une fois, ce match différait de l’autre match par équipe ou du match plus extrême entre Havoc, Janela et Allin. Avec en plus l’arrivée surprise de Santana et Ortiz, les anciens champions par équipe d’Impact, qui étaient aussi courtisés par la WWE, ça a donné un après-match, quelque chose qui n’a pas été surutilisé hier soir. Match de la soirée par beaucoup!

Et la finale, qui par son importance, par le fait que Jericho a été le seul à se blader et par le style que les deux ont travaillé, était encore une fois différent des deux autres matchs en simple de la soirée et de plus, suffisamment espacé les uns des autres. J’ai rarement vu un show aussi bien rythmé et je suis sûr à 100% que c’est la raison pourquoi la foule en donnant encore à la toute fin, même après une heure de pre-show et quatre heures de show. Un excellent show, que je conseille à tous et à toutes.

La conférence de presse d’après-gala…en bref!

« On a l’impression que ça a été un coup de curcuit ce soir. L’énergie était incroyable! » ont dit les Bucks.

« Les titres par équipe de AAA ne seront plus défendus ici. Avec l’arrivée imminente de la télévision, on ne veut pas rendre les choses compliquées et confondantes pour nos fans, » ont-il aussi dit.

« C’est bon pour la business. La business n’a pas été aussi en santé depuis des années. Nous avons des amis là-bas et on veut qu’ils aient du succès. On l’avait vu venir. Ça ne nous a pas surpris du tout, » ont affirmé les Bucks sur l’arrivée de NXT à USA Network les mercredis soirs en même temps qu’AEW sur TNT.

Du côté de Tony Khan, qui est demeuré plus de 30 minutes après le show à répondre aux questions, voici les grandes lignes :

  • Même si c’était à Chicago, surpris qu’il n’y ait pas eu de CM Punk chant? « Les gens savaient qu’il ne serait pas là. Tout le monde avait mis ça au clair. »
  • PAC devrait signer avec la compagnie
  • Est-ce que Arn Anderson va signer avec la compagnie? « Ne jamais dire jamais »
  • Tully Blanchard est là à long terme.
  • Kylie Rae a demandé de sortir de son contrat. (de mon côté, j’ai appris entre les branches qu’elle voulait se retirer du monde de la lutte. À suivre.)
  • Une des raisons d’avoir choisi les mercredis, c’est qu’il ne voulait pas faire compétition à l’émission de télé la plus écoutée aux États-Unis, soit la NFL, qui ont des matchs les lundis, jeudis et dimanches. Le mardi c’est la NBA à TNT, alors il restait les mercredis et quelques samedis par année pour les PPV.
  • La relation avec AAA devrait continuer
  • Ils ne devraient pas faire de shows le jour de Noël qui tombe un mercredi cette année
  • Sur le sujet de trop faire travailler les lutteurs et lutteuses, il ne croit pas à une saison morte, mais bien à une meilleure rotation et l’importance d’organiser les choses comme il se doit. Une meilleure rotation va donner des pauses à certains.
  • Santana et Ortiz ne pourront s’appeler LAX
  • Baltimore, l’endroit de leur prochain PPV, intitulé Full Gear, le 9 novembre prochain, est statistiquement parlant une très bonne ville pour eux

CM Punk, la star dans StarrCast

PunkStarrCast

En périphérie des événements de l’AEW, il y a depuis l’an dernier une convention de lutte appelée StarrCast qui s’y tient, où il y a des panels, des séances d’autographes et de la marchandise à la tonne. Bref, de tout pour tous. Propriété de Conrad Thompson, le roi des podcasts, lui qui a animé ou anime encore des baladodiffusions avec Bruce Pritchard, Eric Bischoff et prochainement Arn Anderson, cet événement se veut un concept à part d’AEW, ou du moins, c’est ce qu’on veut nous faire croire.

Cela dit, l’hôtel où le tout a lieu ici, est complètement AEW. Le menu du restaurant a été modifié avec des noms de plats aux couleurs des lutteurs de l’AEW, comme le MJF steak ou des trucs du genre. Vous voyez le genre. De plus, toutes les télévisions du bar diffusent les événements passés de l’AEW, comme Double or Nothing, en boucle. Et le logo AEW est aussi présent que celui de StarrCast.

Cela dit, le clou de cette convention avait lieu hier alors que Mike Johnson du PW Insider avait été choisi par CM Punk lui-même pour diriger l’entrevue. Entre 600 et 700 personnes se sont pointés dans une des salles du Hyatt Regency, plus que pour la majorité des shows de lutte auxquels j’assiste! De plus, Punk a signé des autographes et pris des photos, à 160$ pour la paire, pendant des heures avant et après son panel. Je n’ai jamais vu autant de gens attendre en ligne. C’était malade!

Voici donc en rafale et en résumé, les points forts de l’entretien de Punk.

  • D’entrée de jeu, il a confirmé qu’il ne serait pas à All Out. Bien que plusieurs doutaient, pas moi. Ce n’était pas le bon moment de toute façon. S’il est pour signer, je le ferai débuter au premier show de télé le 2 octobre ou à l’émission qui sera enregistrée à Chicago avec l’Action de Grâces.
  • Il était surpris, mais genre vraiment surpris, que des personnes à la WWE se voient accorder une pause, entre autres Seth Rollins et Becky Lynch, alors qu’ils sont au top de la WWE. Il en n’est pas revenu de l’entrevue, faisant souvent des blagues qu’il devrait demander une pause. Punk avait déjà demandé une pause à la WWE et ça ne lui avait pas été permis. Il a même Tweeter plus tard en journée « Vacation? ».
  • Il aurait une conversation avec tout le monde (lire ici toutes les promotions de lutte). Mais ce n’est pas lui qui va les approcher le premier.
  • Il est en paix avec le fait qu’il n’aura jamais fait de finales à WrestleMania. Il a comparé ça à un sportif qui ne remporte jamais le trophée de championnat.
  • Il a dit qu’il avait pleuré quand il a quitté ROH.
  • Il voulait travailler pour All Japan dans les années 2000, mais le booker lui a finalement dit qu’il était trop gros pour être un mi-lourd, mais trop petit pour être un poids lourd. Comme quoi les choses ont beaucoup changé à ce niveau.
  • Il a dit que Vince n’a jamais compris son personnage. Hunter non plus.
  • Parmi ses bons moments à la WWE, voyager de ville en ville comme les champions de la NWA faisaient, ses matchs avec Cena, d’avoir rencontré sa femme, voyager avec Kofi Kingston et travailler avec Daniel Bryan.
  • Dans les 110 minutes qu’il a été interviewé, il a raconté des anecdotes vraiment drôles sur Harley Race et comment ce dernier a été malade dans son auto neuve, sur la fois qu’il a eu de la heat avec Tony Atlas, sur ses combats avec Samoa Joe à la ROH, sur son premier match avec Cena et qui devait diriger le combat, sur la fois que Vince l’appelé alors qu’il quittait l’hôpital après une opération pour lui dire qu’il luttait 3 semaines plus tard.
  • Il a terminé sur cette pensée concernant la guerre entre NXT et AEW : « Vous allez tous en bénéficier. Ne soyez pas en guerre avec d’autres parce quelqu’un avec plus d’argent que vous, vous dit que vous devriez l’être. »

En périphérie

Un peu comme à WrestleMania ou à SummerSlam à Toronto cette anneé, plusieurs événements ont lieu à Chicago, alors que tous et chacun tentent de profiter du nombre d’amateurs de lutte en ville. AAW a présenté un événement jeudi et vendredi dernier, le second ayant attiré 525 personnes, soit la pleine capacité de la salle. Rise, une promotion toute féminine, présente un show cet après-midi tandis qu’en soirée, Warrior Wrestling présente toute une carte avec entre autres Brian Cage, Michael Elgin, les Lucha Bros, Tessa Blanchard, Austin Aries, Mick Foley et Austin Aries. Je serai d’ailleurs à ces deux derniers événements. Je suis curieux de voir les assistances, surtout après le flop que fut Toronto pour la plupart. Tout ça est sans compter l’affluence au plus gros magasin de t-shirts de lutte en Amérique du Nord, Pro Wrestling Tees, qui fait des spéciaux tout le weekend.

Les Anti-Pods de la Lutte à QUB Radio

Ne manquez pas l’épisode de cette semaine avec mon collègue Kevin Raphaël alors que nous allons revenir en détails sur le show d’hier soir et sur tout ce qui s’est passé ici ce weekend, en plus de l’excellent NXT UK: Cardiff et de plein d’autres nouvelles et manchettes dans le milieu de la lutte professionnelle.

RÉAGISSEZ CI-DESSOUS

commentaire(s)

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
NOUVELLE MAJEURE: La WWE de retour à Montréal dans le temps des fêtes
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
L'ancien lutteur Fernand Fréchette décède à l'âge de 75 ans