Suivez-nous sur Facebook
04/10/2016 | Chroniques

Sur la route avec Marjorie: à Lowell pour Ring of Honor

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Sur la route avec Marjorie: À Toronto pour SMASH
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Sur la route avec Marjorie: À Toronto pour SMASH

 

Adam Cole et Adam Page, par Marjorie Tapp

Lowell, Massachusetts

En fin de semaine dernière, j’ai pris la route avec ma fidèle « amie de lutte » Emilie pour aller passer deux soirées en compagnie de notre roster préféré, soit celui de Ring of Honor. 
Le pay-per-view de vendredi soir ainsi que les enregistrements télé du samedi étaient tous les deux présentés au Lowell Memorial Auditorium, endroit mythique où Shawn Michaels a jadis perdu son sourire (avant de le retrouver grâce à Jésus) et où Samoa Joe est devenu Champion NXT au printemps dernier.

Honnêtement, je ne sais pas si en 2016 il y a quelque chose que j’aime plus que d’assister à ce genre d’évènement. Faut dire que je suis une mark, terme que j’assume entièrement même s’il est souvent utilisé de manière péjorative. J’ai encore le coeur qui se débat et des nausées qui me submergent chaque fois que je vais serrer la main d’un lutteur que j’admire. Un merci tout spécial à Naito, qui n’a pas éclaté de rire quand j’ai essayé de le remercier en japonais (je m’étais pratiqué très fort en écoutant un podcast).

D’ailleurs, je tiens à souligner le fait que tous les lutteurs, sans exception, ont été parfaitement charmants, souriants, généreux et patients. Vous pourriez me faire remarquer avec cynisme qu’ils sont gentils parce qu’on les paie à grands coups de 20$, mais vous savez autant que moi qu’il y a des gens absolument désagréables en ce monde qui ne changeraient jamais d’attitude pour un simple billet vert.

Ceci étant dit…

All Star Extravaganza

C’est le genre de visionnement que je suggèrerais à quelqu’un qui ne connait pas ROH, mais qui voudrait se familiariser avec le produit.

 Au cours de la soirée, nous avons eu droit à Ladder War 6 qui a réussi à surpasser les attentes pourtant très élevées. C’était sanglant, brutal, créatif, tout en reposant sur une histoire intéressante grâce à la superbe promo livrée par Christopher Daniels au cours de l’épisode précédent l’évènement. Kamaitachi de NJPW et Dragon Lee de CMLL ont su éblouir un public d’abord sceptique avec leurs acrobaties aériennes. La foule était tellement à bout de souffle à la fin du match, que ce n’est qu’une heure plus tard que le niveau d’énergie a réussi à remonter la pente.

Motor City Machine Guns, par Marjorie Tapp

Le Bullet Club a encore dominé, avec une victoire d’Adam Cole sur Michael Elgin et une performance hallucinante (et dangereuse) des Young Bucks. Seul Adam Page a perdu son match contre le « Violent Artist » Kyle O’Reilly. D’ailleurs, tant qu’à mentionner ReDragon, Bobby Fish a eu le dessus sur Donovan Dijak, le hometown boy, qui a tout tenté pour s’emparer du TV Title, sans succès. Je suis fan de Dijak depuis un bon moment et c’était rafraîchissant de voir une foule entière se tenir fermement derrière lui. J’ai un gros faible pour les géants qui sont capable d’une agilité hors du commun.

Si vous ne connaissez pas la tag team de Taylor et Lee, s’il-vous-plaît, allez tout de suite regarder le match qui allait déterminer les prétendants aux titres par équipe. Keith Lee est dans une catégorie à part. Il fait des choses qu’il ne devrait pas être capable de faire pour un gars qui mesure 7 pieds et pèse 350 livres.
Mes voisins de sièges leur criaient des insultes en début de match et 15 minutes plus tard Taylor Lee était leur nouvelle équipe favorite. Après ça on essaie de me faire croire que c’est pas de l’art! Baliverne.


Jour 2



Bobby Fish, par Marjorie Tapp

Bon, ici je ne peux pas trop m’exprimer parce que je pourrais révéler tous les secrets du prochain mois de télé pour Ring of Honor. Je vais dire une chose (et peut-être quelques autres après): Je ne comprends pas que la moitié des gens présents vendredi soir n’ait pas acheté de billets pour samedi. La salle était à moitié vide pour les enregistrements télé et c’est une vraie honte. Le seul point positif c’est que c’était tellement vide que tout le monde a été déplacé vers les premières rangées. Passer de la cinquième à la deuxième rangée, ça change pas le monde, sauf que…

Ça a fait en sorte que Jay Lethal est tombé raide amoureux d’Emilie, que j’ai dansé avec Rhett Titus (le thème d’ANX est vraiment excellent) et que Nick Jackson est venu nous voir en fin de soirée pour nous remercier d’avoir fait la route de Montréal. Honnêtement, on va à Toronto pratiquement une fois par mois maintenant et c’est plus long que d’aller à Boston. C’était quand-même TOO SWEET de sa part. Pour ceux qui regardent l’émission à toutes les semaines, vous risquez de trouver très aisément les deux folles dans la deuxième rangée portant le chandail des Young Bucks identique à leur gear. Incroyable, mais vrai.

Je dirai aussi ceci, parce que c’est très important pour moi pour des raisons que vous trouverez probablement évidentes: Il y avait facilement 5-6 jeunes filles de moins de dix ans dans la foule. Des petites filles qui étaient fans pour vrai, qui couraient vers les barricades pour toucher au bout des doigts de leurs lutteurs préférés et sautillaient de joie comme si c’était le plus beau jour de leur vie ( et ça l’était probablement). Une des enfants est allée demander un autographe à Evil, OF ALL PEOPLE. Si ça c’est pas magique, je sais pas ce que c’est. Ces gamines-là grandissent en appréciant la lutte indépendante et ça me fait sourire.

Sur ce, on se reparle la semaine prochaine.

“Ils étaient vraiment de bonne humeur. 10/10 would recommend”, Emilie en parlant des Young Bucks

“Je veux pas faire de grande déclaration, mais si j’avais à nommer mon lutteur préféré, je dirais Jay Lethal”, Emilie

“Vous allez voir la WWF? “, douanier visiblement très à jour

RÉAGISSEZ CI-DESSOUS

commentaire(s)

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
Sur la route avec Marjorie: À Toronto pour SMASH
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
Sur la route avec Marjorie: À Toronto pour SMASH