Suivez-nous sur Facebook
05/11/2020 | Chroniques

7 questions rapides pour SeXXXy Eddy!

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
7 questions rapides pour… Kevin Raphael!
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
7 questions rapides pour Jim Korderas, arbitre à la WWE!

eddy hore

On ne le dira jamais assez: Ça prend toute une paire de cou*lles pour monter sur un ring! Dans le cas de Sexxxy Eddy, on peut dire qu’il a le kit au grand complet! Véritable vétéran au Québec et même en dehors de la belle province, c’est un gars très généreux dans ses réponses qui aborde cette semaine une multitude d’aspects de ce sport qu’il aime tant… Pour Sexxxy Eddy, aucun problème à se mettre “à nu” pour l’entrevue!
1) La première question s’impose d’elle même : Quel est le degré de séparation entre SeXXXy Eddy et Edward Dorozowsky?
 
Au début, quand je jouais le rôle, je me surprenais à admirer le côté fonceur, confiant, téméraire et surtout le côté “Ladies Man” de SeXXXy Eddy. Avec le temps, je suis devenu de plus en plus confortable avec le personnage et avec moi-même, faisant en sorte qu’une partie de SeXXXy Eddy était toujours présente dans mon quotidien. Quand on dégage une énergie de confiance, cela attire les gens alors quand, après les shows, plusieurs filles venaient me voir, les voyages sont devenus plus fréquents, ça s’est mis à rouler et je suis littéralement devenu ce casse-cou maniaque de sexe. Mais après quelques blessures graves qui m’ont forcé à ralentir mon élan et, avec du recul, je suis devenu plus humble et une certaine sagesse s’est installée et m’a permis de me retrouver. Au bout de la ligne, je trouve que ce fut comme une belle métamorphose d’une chenille à un papillon. Je suis maintenant capable de devenir mon alter ego quand je suis en mode performance et que ma musique résonne, le rideau s’ouvre et je suis SeXXXy Eddy… tout comme allumer ou éteindre une lumière.
 
2) Je t’ai vu lutter en plein air à Montréal (Heavy Mania je crois), c’était… hilarant! Bien que le côté spectaculaire d’un gars à moitié à poil prenne beaucoup de place dans ton personnage… quelle est ton bagage de lutte théorique et/ou technique?
 
Tous les amateurs de lutte commencent avec du “backyard”, un terme qu’on utilise pour ceux qui imitent leurs héros dans leur cour de maison. Une minorité d’entre eux iront plus loin en payant pour suivre des cours professionnels, je fus l’un d’entre eux. À l’âge de 20 ans, j’ai commencé par des cours avec le meilleur coach au Québec : Marc le Grizzly, à la NCW, pour apprendre les fondamentales de la lutte et en même temps, j’étais co-fondateur de la IWS (cherchant à offrir de la lutte extrême à Montréal à un public anglophone). J’ai, par la suite, appris à lutter avec des armes “hardcore” (chaises, tables, échelles, punaises, bouteilles de bières, etc). On était la seule fédération en 1999 avec nos promos et nos “storylines” scriptées en anglais. D’autres fédérations ont vu que ça marchait bien pour nous, alors ça les a encouragés à ouvrir leurs propres portes. Mais aucune fédération ne nous arrivait à la cheville et aucune d’entre elles ne sont encore présentes. Éventuellement, j’ai laissé mon poste de promoteur pour me concentrer sur ma passion d’être lutteur professionnel, mais quand on me demande un conseil sur la lutte ou les femmes, je suis très fier d’aider les jeunes et de les diriger dans la “bonne” direction.
 
3) Ta feuille de route est impressionnante! À quel endroit as-tu été le mieux traité… À quel endroit on t’a traité comme de la merde?
 
La barre est haute, rien ne battra l’accueil que j’ai eu au Japon. Les étudiants du dojo japonais transportaient mes bagages dès ma sortie de l’aéroport. J’ai vu des sites et vécu des expériences que les touristes réguliers ne verront jamais! J’ai mangé dans des restaurants extraordinaires et j’ai fréquenté les femmes les plus belles au monde! Je me corrige… Les femmes les plus belles sont au Québec! Je n’ai jamais été traité comme de la merde, mais il y a quelques places où on s’est fait avoir. Malheureusement, c’est souvent les compagnies de lutte qui sont les plus proches de notre ville natale qui sont les plus “cheap”. Ils n’ont pas de gaz ou hôtel à débourser et en plus, ils te niaisent avec le prix discuté d’avance pour ton service! TOUT LE MONDE DEVRAIT AVOIR UN PETIT QUELQUE CHOSE POUR SON TRAVAIL! À 2 reprises, pour différentes fédérations, des promoteurs ontariens ont crissé leurs camp avant de payer les lutteurs. Une autre fois, après un show à New York, Joel Gertner (un des gérant de l’ancienne ECW qui me doit encore de l’argent!), sachant que j’étais le vétéran des 4 lutteurs canadiens présents, m’a demandé poliment : “Combien d’argent, de la somme discuté pour toi et ta gang en voiture, est-ce que je peux te donner pour que tu ne me casses pas les dents?” Je lui ai pardonné un an plus tard quand il m’a envoyé le DVD du show… lol!!!!
 
4) Une fois embarqué dans la quarantaine… Est-ce que le personnage devient lourd à assumer ou pas tant que ça?
 
On doit se pousser plus fort au gym, on a plus de cheveux gris à enlever, on doit faire plus attention aux blessures car elles prennent plus long à guérir… Être SeXXXy, c’est 100 % dans l’attitude! Mais ça aide si t’es amanché pour veiller tard.
 

5) On peut penser… à Shawn Michaels dans sa période “playgirl”, à Rick Rude pour l’ensemble de son oeuvre dans la WWF, mais y’a un peu de Val Venis, un peu de Buff Bagwell, mais peut-être un peu de Steve-O dans Jackass aussi… j’oublie quelqu’un?

Il te manque un peu “d’arrogance”… The Model Rick Martel! Nous avons tous nos idoles qu’on imite au début, mais l’art de devenir soi-même est de prendre les meilleurs traits de tous nos héros et de se trouver à travers ça. À date, je crois que je suis le seul à avoir fait, à plusieurs reprises, mon moonsault tout nu de la troisième corde!

6) Tu as lutté contre beaucoup de gars des États-Unis… et d’ailleurs dans le monde… Les lutteurs du Québec, ont-ils une bonne réputation?

Les québécois ont toujours eu leur place et une belle histoire enrichie dans le monde de la lutte! Vachon, Rougeau, Leduc, Yvon Robert, Édouard Carpentier; c’était le summum de la popularité de la lutte au Québec. Au milieu des années 80, il y eu une perte d’intérêt envers la lutte parmi nos fans d’ici qui suivaient l’action depuis le début. La majorité de nos héros et grands champions québécois jouaient alors des “rôles de méchant” à la WWF qui les ridiculisaien4kt. On s’est fait remarquer de nouveau après le fameux “Montreal Screw Job”. Quelques années plus tard, le seul pur laine encore présent à la télévision était Sylvain Grenier de La Résistance!

Ma première fois aux États, j’ai tellement fait bonne impression que par la suite, la CZW en Philadelphie voulait avoir plus de talents québécois. Suivie par New Jersey, New York, Indiana, Californie, etc! On a vu les débuts aux States de Beef Wellington, Franky the Mobster, LuFisto, Viking, Green Phantom et même les vedettes présentes à la WWE: l’équipe Ever-Rise de Matt Martel et Chase Parker, champion Intercontinental Sami Zayn et l’ancien champion Universel Kevin Owens. Toujours présent à la ROH est notre légende PCO Pierre-Carl Ouellet! Le Québec a retrouvé sa place dans le coeur des amateurs passionnés de ce sport.

7) Après la maudite pandémie… il se passe quoi pour SeXXXy Eddy?

Mon dernier show date du 6 mars 2020… La plupart des lutteurs ont tellement hâte de remonter dans un ring de lutte. D’autres ont silencieusement pris leur retraite. Et la troisième catégorie (à laquelle je m’associe), profite du temps libre pour découvrir de nouvelles passions. La lutte, le spectacle, les fans ne vont jamais être comme avant. J’adore la lutte, mais c’est la foule qui nourrit ma passion. Peut-être est-ce le temps de passer le flambeau? Ou peut-être… Est-ce le temps, plus que jamais, de se défouler en cherchant à voir un fou en bobettes qui se déhanche! À vous de décider les fans de lutte et vrais fans de divertissement! Et si c’est la fin, je peux dire en toute confiance que j’ai bien laissé ma marque dans la riche histoire de la lutte au Québec et au Canada.

RÉAGISSEZ CI-DESSOUS

commentaire(s)

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
7 questions rapides pour… Kevin Raphael!
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
7 questions rapides pour Jim Korderas, arbitre à la WWE!