Suivez-nous sur Facebook
27/06/2020 | Chroniques

7 questions rapides pour Matt Angel!

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
7 questions rapides pour le Chirurgien O'Kraven!
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
7 questions rapides pour the Beast King FTM!

matt-angel-iws-e1512771247663-300x161

Du petit gars maigrichon en provenance du Saguenay-Lac-St-Jean jusqu’au prétendant au titre du prochain “Next big thing” qui pourrait aboutir aux États-Unis, Matt Angel offre toujours sur le ring un très bon spectacle… Confiant et audacieux dans l’arène, Matt Angel a rapidement acquis le titre d’attraction à voir absolument. Régulièrement opposé aux meilleurs lutteurs du Québec, quand une vedette internationale s’amène sur un territoire pour un gala, on fait souvent confiance à Matt pour lui donner le change devant le public!

1) Peux-tu faire la liste impressionnante des lutteurs “internationaux” que tu as pu affronter sur un ring depuis le début de ta carrière?

Au courant de ma carrière j’ai pu affronter plusieurs talents internationaux. Tout a commencé avec Cedric Alexander, qui m’a laissé un très beau souvenir. J’ai aussi affronté Rob Van Dam, Pete Dunne, Shawn Spears, Simon Grimm (Simon Gotch de la WWE), Mike Bailey, David Starr. Je dois en oublier un peu, mais chaque match était vraiment une belle expérience. J’adore travailler avec des lutteurs/lutteuses qui ont plus d’expérience que moi. Ça me permet vraiment d’apprendre et d’être meilleur à chaque fois!

2) Les amateurs t’on connu en mode “babyface”, mais ensuite en version Matt Angel 2.0, un lutteur plus musclé… et plus affirmé niveau caractère. Peux-tu revenir sur l’évolution de ton personnage?

De travailler en tant que « face » c’était facile pour moi. Je savais comment travailler avec une foule et monter des combats en tant que « face ». Je n’avais pas l’intention d’être « heel » dans les mois à venir. Mais avec la création de Untouchables, je me suis dit que c’était un bon moment pour changer des choses sur mon personnage, mon attitude, mes prises, ma psychologie de combat, etc. J’ai pris ce« heel turn» comme une opportunité de pouvoir, non seulement travailler en tant que « heel » pour la première fois, mais en plus de « Step up » ma « game ». Concernant mon physique, dans la lutte il faut toujours ce remettre en question et il faut toujours vouloir évoluer. Cela dit, j’ai commencé à travailler sur mon physique car c’était une grosse lacune chez moi qui aurait probablement fini par me nuire au fil du temps. Plus tu es en shape et en forme, plus tu donnes de bonnes performances lorsque tu est dans l’arène.

3) Question technique: ton 450 (c’est tu bien un 450?) ou ton spanish fly, ça nous semble toujours très risqué, mais… Est-ce que ce l’est encore pour toi? D’ailleurs l’as-tu déjà complètement raté?

Pour être honnête, la plupart des prises qu’on reçoit, ou qu’on exécute, comportent leurs lots de risques. Le 450 Splash n’est plus une prise que je fais car je considérais qu’elle était déjà « trop vue » lors des spectacles en général. Je ne me suis heureusement jamais blessé sur cette prise. Concernant mon Spanish fly, c’est une prise qui est très difficile à exécuter. Ça prend beaucoup de timing et beaucoup d’équilibre pour moi et mon adversaire. Nous devons tomber en même temps et de façon sécuritaire. Je me souviens de l’avoir manquée une fois et être tombé sur la nuque. Depuis ce temps, je m’assure de bien savoir comment exécuter la manœuvre avant de la faire.

4) Je me souviens que Cedric Alexandrer t’avais brisé le nez dans un de tes premiers combats majeurs… Comment te souviens-tu de ce moment et comment gères-tu tes blessures?

C’est drôle à dire, mais le combat où Cedric m’a cassé le nez a été un de mes plus beaux moments/souvenirs jusqu’à date en carrière. Le combat se déroulait vraiment bien et plus le combat avançait et plus la foule embarquait dans l’histoire qu’on racontait. Au moment où il m’a cassé le nez à la fin du combat, ça a permis de rajouter encore plus de « drama » au combat. Je me souviendrai toujours de sa face, la face de l’arbitre, la face de mes parents qui étaient dans la salle et la face de la foule en général. C’était incroyable!! En plus, j’ai remporté le combat. J’avais l’air d’un guerrier aux yeux de tout le monde qui était là. Ça m’a obligé une nuit à l’hôpital, mais ça valait la peine. Cette blessure-là m’a quand même sorti du ring pendant 3 mois. Bien évidemment, j’ai changé bien des choses depuis cette blessure sur ma façon de lutter. Je me dis que si je veux lutter encore longtemps, je dois travailler plus intelligemment dans le ring.

5) Pas le choix de poser la question que tout le monde pose… Quelles sont tes relations avec les fédérations au sud de la frontière?

Je suis en bonne relation avec certaines promotions hors Canada. J’ai notamment adoré mon expérience avec la Ring of Honor. Cependant, je n’ai pas envie d’aller lutter à toutes les semaines à l’international. Je me considère chanceux de faire partie de la lutte au Québec. J’ai la chance de lutter chaque fin de semaine à plusieurs endroits au Québec/Canada, de côtoyer mes amis chaque semaine, d’avoir un emploi stable et surtout d’avoir BEAUCOUP de plaisir. Si un jour j’ai une offre sérieuse qui s’offre à moi, j’évaluerai ce que j’ai envie de faire rendu là. Mais pour l’instant, ce que je fais au Québec me rend fier et heureux. Dans le futur, j’aimerais aller faire quelques tournées à l’international pour acquérir encore plus d’expérience. Le Japon, l’Angleterre et l’Irlande sont des endroits où j’aimerais particulièrement lutter.

6) Tu as livré des gros matchs contre des cruiserweights avec qui le rythme était rapide… as-tu déjà affronté des gars gigantesques comme FTM, Darko, Dru Onyx?

J’ai déjà affronté des gars comme Onyx, FTM, Falco ou Mac Storm. J’adore travailler avec des lutteurs plus gros que moi. J’aime l’histoire qu’on peut raconter avec ses gars-là. Je n’ai jamais affronté FTM et Onyx en solo et ce sont deux gars avec qui j’aimerais bien lutter dans le futur.

7) Tu travaille dans le monde agricole en parallèle au monde de la lutte: accepterais-tu d’incorporer des éléments “campagnards” à ta gimmick?

Ce serait très drôle sans aucun doute Haha! Mais je n’ai pas d’intérêt à le faire. Je ne pense pas que l’aspect campagnard aurait sa place dans ce que je fais présentement. Cependant, il ne faut jamais dire jamais. Peut-être qu’un jour je dirai complètement autre chose.

 

*** Photo gracieuseté : IWS – International Wrestling Syndicate

RÉAGISSEZ CI-DESSOUS

commentaire(s)

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
7 questions rapides pour le Chirurgien O'Kraven!
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
7 questions rapides pour the Beast King FTM!