Suivez-nous sur Facebook
15/05/2020 | Chroniques

7 questions rapides pour Marc Blondin!

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
7 questions rapides pour PCO!
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
7 questions rapides pour "Speedball" Mike Bailey!

blondin

Dans le monde de la lutte professionnelle, tous ne seront pas Stone Cold Steve Austin, Hulk Hogan ou Brock Lesnar… Mais avec un peu de chance et de persévérance, il y aura toujours une place pour les gens avec un style, de l’audace et un sens du spectacle… Voix de plusieurs fédérations de lutte sur près de 30 ans… Celui qui est maintenant plus que jamais “M. Fun”, Marc Blondin répond à 7 questions qui me travaillent depuis très longtemps !

1- Dans quel contexte as-tu pu entrer dans le monde de la WWF ?

Autour de 1984-85, en plus d’avoir fondé mon entreprise appelée aujourd’hui Le Monde de M. Fun, jadis «les productions de Marc». J’étais aussi aux promotions des stations radiophoniques CKVL am et CKOI fm. J’animais et produisais toutes les promotions extérieures de CKOI, beach party, équipes de ski, de balle molle, etc. J’avais, par l’entremise de la station, reçu des billets pour la WWF au Forum de Montréal.  À à cette époque, les contrats-échanges étaient très populaires: on parle en ondes de l’événement et en retour, on reçoit des billets pour les membres de la station et pour des tirages en ondes. À cette époque, au Forum, l’annonceur du ring était le regretté Robert Rivest qui travaillait aux sports de Télé Métropole, aujourd’hui TVA.  Cependant, son anglais laissait à désirer et comme j’avais une très très grosse estime de moi-même, étant frappé par le besoin d’un bon annonceur de ring qui pouvait mettre en valeur ses vedettes, j’ai approché Guy Hauray qui était le patron du côté francophone de la WWF. Je lui ai dit que s’il cherchait un bon animateur,  j’étais son homme. Selon ma mémoire, je n’ai pas été contacté rapidement, mais j’ai reçu l’appel et on m’a demandé de présenter les combats de bas de carte (préliminaires). Cependant, je me dois d’être fier de mes premiers pas sur le ring, puisque ma voix sortait super bien au Forum. De plus, pour montrer mon professionnalisme, je me suis présenté en tuxedo, ce qui donnait encore plus de punch à ma prestation ! Voila mes débuts dans le monde de la lutte.

2- Avais-tu des idoles sur lesquelles tu as basé ton style ?

Non, pas vraiment, comme je disais, j’avais une très haute estime de moi, donc mon style s’est perfectionné au fur et a mesure.

3- À quel point la barrière de la langue était un obstacle lorsque tu travaillais avec les lutteurs anglophones ?

À l’âge de 12 ans, j’ai eu le privilège d’étudier un an à Cornwall, en Ontario. Je peux dire que je maîtrisais bien l’anglais. Alors de ce coté, je n’ai pas vraiment senti de barrière, coté langue.

 4- Certains lutteurs avaient l’air assez intense en entrevue, entre autre Macho Man, parle-moi de certains moineaux qui étaient spéciaux avec qui travailler.

Je peux en nommer quelques-uns, c’est certain : Comme Hulk Hogan, tu partais l’entrevue et il était parti sur ses envolées oratoires uniques. À la fin, il ne me restait plus de temps pour traduire, souvent je n’avais qu’a dire… “au Forum le… Soyez-y Mesdames, Messieurs” !!!

Ultimate Warrior était aussi spécial, j’ai toujours eu l’impression qu’il croyait trop en son personnage…

Hacksaw Jim Duggan, un des plus drôle et sympathique. Une perle à côtoyer.

Le Géant n’était pas particulièrement sympathique avec moi, j’avais la fausse impression que, parce que nous étions tous deux de langue française, ça devait nous rapprocher, mais non… Une fois, mon dos a craqué lors d’une entrevue d’un «Saturday Night Main Event», il m’avait soulevé par le cou et je ne m’y attendais pas. Il y en aurait des centaines comme cela, mais je garde cela pour un livre, peut être !!!!

5- Nonobstant le salaire, quel à été pour toi ta meilleure époque ou fédération dans ta carrière ?

Sans aucun doute, la WWF de mes débuts 1986 à 90. J’ai eu le plaisir de côtoyer Junkyard Dog, Hillbilly Jim, Classy Freddy Blassie et bien-sûr, Hulk Hogan, les pionniers des personnages plus grands que nature.

6- Quel était ton rôle avec la ToW et quel(s) moment(s) aimerais-tu qu’on n’oublie pas de cette fédération?

J’étais un des propriétaires, j’ai mis beaucoup de temps et d’énergie dans cette entreprise, même que M. Fun a failli en payer le prix. Évidemment, de ramener des vedettes dans nos galas, et de rendre hommage aux grands du Québec, ce que nous avons fait entre autres pour Dino Bravo a titre posthume, Gino Brito, Abdullah, Paul Leduc, Edouard Carpentier pour ne nommer que ceux-ci.

7- Finalement, Le fameux “Mesdames-Messieurs” ça sort d’où ?

Tout simplement à la période ou j’étais interviewer, je terminais comme ceci, et avec le temps, j’y ai ajouté de la moutarde un peu, et sûrement surutilisé par moments !! (rires)

Merci à Marc pour ses réponses et suivez ses activités sur sa page Facebook “Le monde de M. Fun”.

RÉAGISSEZ CI-DESSOUS

commentaire(s)

LIRE L'ARTICLE PRÉCÉDENT
7 questions rapides pour PCO!
LIRE L'ARTICLE SUIVANT
7 questions rapides pour "Speedball" Mike Bailey!